ARTISTE:

ALICE COOPER

(ETATS UNIS)
TITRE:

BRUTAL PLANET

(2000)
LABEL:

EAGLE ROCK ENTERTAINMENT

GENRE:

HEAVY METAL

TAGS:
Neo
""
NESTOR (04.10.2010)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Il aura fallut attendre 6 années avant qu’Alice Cooper ne donne une suite à "The Last Temptation", soit la plus longue attente constatée en 32 ans de carrière. Un délai très long lorsqu’on songe qu’au début des années 70, il avait commercialisé 9 albums studio durant la même période ! Mais il faut dire que ce 21ème disque studio se démarque profondément de ses prédécesseurs (ce qui n’est guère surprenant de la part de cette girouette de Cooper).

"Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir ", tel pourrait être le titre de ce "Brutal Planet" qui ne fait pas dans la gaieté. Visiblement sa rencontre avec Rob Zombie à la fin des années 90 a grandement influencé sa nouvelle orientation musicale. Nous sommes là à des années lumières de l’insouciance et de la légèreté de l’époque "Hey Stoopid". Que ce soit au niveau de la musique, lourde, froide, répétitive, ou bien des paroles qui abordent des thèmes aussi guillerets que les violences domestiques ("Take It Like A Woman"), les tueries collectives en milieu scolaire ("Wicked Young Man"), la surconsommation ("Eat Some More"), l’intolérance ("Blow Me A Kiss"), les aspects illusoires et destructeurs de la célébrité ("Gimme"), ou la dureté de la vie moderne ("Sanctuary"). Il n’y a guère que "It’s The Little Things" qui conserve un petit côté enjoué. Et si le retour de son ancien compagnon de route, Bob Ezrin à la production (aux côtés de Bob Marlette), pouvait laisser croire à un retour aux sources, l’aspect monolithique, sombre, lourd, basique de la musique et l’ajout de sonorités renvoyant au Rock Industriel, coupent court à toute attente de ce type.

Dès "Brutal Planet", le premier titre de l’album, le ton est donné. Cela sonne sérieux, massif, alarmiste. Alice dépeint la vanité de la destinée humaine sur Terre et appelle à plus de moralité, de spiritualité. L’intervention d’une voix féminine semble d’ailleurs suggérer une intervention divine, ou du moins angélique. En effet, et de manière assez paradoxale, ce disque pessimiste et noir est un des premiers d’Alice Cooper après que celui-ci se soit déclaré Born again christian (personne revendiquant sa rédemption religieuse après avoir été éloignée de la foi chrétienne). L’étude plus approfondie des paroles laisse de fait entrevoir une large place laissée à la Morale. Alice dresse un tableau très critique des travers moraux de nos sociétés modernes, et en ce sens, sa démarche est assez cohérente.

Reste que l’humour s’est perdu en chemin. Son sens de la dérision, de la provocation malicieuse, de l’ironie qui contribuaient grandement au charme de ses disques ont quasiment disparu. Il n’y a guère que "It’s The Little Things" qui dénote du lot, que cela soit sur la forme comme sur le fond. Le reste des morceaux est conforme à l’idée directrice de ce disque. Ils visent à peindre un monde, pas si futuriste que cela, dans lequel tous les travers que l’on peut constater de nos jours sont amplifiés jusqu’à devenir intolérables et à transformer l’Homme en une chose dépouillée de son humanité. Pour surprenant qu’il soit, surtout lorsque l’on songe à la carrière passée du bonhomme, le résultat est bien souvent très bon.

Nous sommes loin de la facilité d’accès qui pouvait être constatée dans ses précédents albums, et les titres demandent ici un effort d’écoute, mais cela en vaut la peine. Les très bons "Brutal Planet", la ballade chargée d’émotions "Pick The Bones", le Heavy "Eat Some More", voire même le plus facile d’accès "It’s The Little Things" sont autant d’exemples de la qualité de composition dont Alice fait une fois de plus preuve. Les morceaux dispensables, à l’image de "Pessi-Mystic" qui lorgne vers du sous Black Sabbath, sont vraiment rares et ne parviennent pas à altérer la bonne impression générale.


Plus d'information sur http://www.alicecooper.com/





LISTE DES PISTES:
01. Brutal Planet - 04:40
02. Wicked Young Man - 03:50
03. Sanctuary - 04:00
04. Blow Me A Kiss - 03:18
05. Eat Some More - 04:36
06. Pick Up The Bones - 05:14
07. Pessi-mystic - 04:56
08. Gimme - 04:46
09. It's The Little Things - 04:11
10. Take It Like A Woman - 04:12
11. Cold Machines - 04:14

FORMATION:
Alice Cooper : Chant
Bob Marlette: Guitares / Basse / Claviers
Eric Singer : Batterie
Phil Xenidis: Guitares
Ryan Roxie: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (2 avis)
STAFF:
4/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Sondage de la semaine (Alice Cooper, Annihilator, Helloween, Iron Savior)
 
AUTRES CHRONIQUES
WARLOCK: Hellbound (1985)
HEAVY METAL -
DARKWATER: Where The Stories End (2010)
METAL PROGRESSIF - Ce disque confirme tout le talent entrevu en 2007. En fin d'année, au moment des comptes dans la catégorie métal progressif, Darkwater risque de ne pas être loin des podiums !
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ALICE COOPER
ALICE-COOPER_Detroit-Stories
Detroit Stories (2021)
4/5
2.5/5
EAR MUSIC / HARD ROCK
ALICE-COOPER_Paranormal
Paranormal (2017)
4/5
3/5
EAR MUSIC / ROCK
ALICE-COOPER_Raise-The-Dead-Live-From-Wacken
Raise The Dead Live From Wacken (2014)
2/5
5/5
U.D.R. / HARD ROCK
ALICE-COOPER_Welcome-2-My-Nightmare
Welcome 2 My Nightmare (2011)
3/5
4/5
UNIVERSAL / HEAVY METAL
ALICE-COOPER_Alice-Does-Alice
Alice Does Alice (2010)
3/5
-/5
AUTOPRODUCTION / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022