MW / Accueil / Avis / MUSEA
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album ANGE MOTEUR ! ANGE
MOTEUR ! (1981)
MUSEA
ROCK
4/5
RIKO38
27/08/2017
 
7
0 0
Qu'est ce que c'est que cette manie de considérer cet album comme étant le pire du groupe ! Ah c'est sûr qu'on est bien loin d"Au delà du Délire", aux effets théâtraux à la limite du pompeux... bref tout ce qu'adore le progueux de base (dont je fais parti).

Le groupe, avec les départs de Brézovar et Daniel Haas, a voulu à la fin des 70s, pour être en adéquation avec les modes de l'époque, de tourner la page de cette période "progressive symphonique" dès l'excellentissime "Guet Apens". Ont suivi logiquement "Vu d'un chien" et "Moteur !", devenant de moins en moins progressif, donc plus rock, plus direct. Et c'est tout à leur honneur !

Pour ce qui est de l'album "Moteur !", sans être parfait, possède de beaux moments : "Détective privé" (quand Ange se prennent pour des punks !), "Un autre jazz", sans oublier les ballades "Rien n'est trop beau pour toi" ou ce pur bijou qu'est "Assis !" nous prouvant que le père Christian est encore capable de nous émouvoir... et qu'il est loin d'être lobotomisé !

Album THE SAMURAI OF PROG LOST AND FOUND THE SAMURAI OF PROG
LOST AND FOUND (2016)
MUSEA
ROCK PROGRESSIF
1/5
CORTO1809
20/07/2016
  0 0
Dieu sait que je suis un grand fan de rock progressif seventies dans lequel j'ai baigné durant ma jeunesse ! Dieu sait que j'ai aimé les albums de Steve Unruh, tant solos qu'au sein de Resistor ! Dieu sait que j'ai le plus grand respect pour le projet Colossus et les disques qui en sont sortis !

Mais là, cet album est une démonstration magistrale de tout ce qu'il ne faut pas faire en progressif. Non seulement, comme l'indique très justement TonyB, le chant est au mieux passable, au pire calamiteux, mais en plus les parties instrumentales ne valent pas mieux, sans âme, sans idée, décousues. On s'ennuie d'un bout à l'autre, quand on ne s'agace pas. Si ces titres de groupes de seconde zone ou inconnus étaient restés oubliés, il y avait une bonne raison : ils n'avaient juste aucun intérêt. Ne vous laissez pas allécher par la promesse d'un titre frôlant l'heure, c'est une sirène qui vous fera mourir d'ennui. Un disque de prog à vous convertir au punk !

Album ORION LA FACE VISIBLE ORION
LA FACE VISIBLE (2015)
MUSEA
ROCK PROGRESSIF
2/5
PETE_T
02/11/2015
  0 0
Encouragé par maints commentaires sur la toile j'ai enfin décidé de porter une oreille sur cet album tant attendu.
J'y ai malheureusement découvert un ensemble daté et un peu vieillot qui aurait pu passé inaperçu si la majorité des titres n'avait pas été instrumental.
Il est déjà difficile de se faire une place avec des compositions chantées (et pas forcément du mieux qu'il soit), alors quand le propos musical se perd dans les méandres d'une production bien morne il va s'en dire qu'il est plutôt malaisé de se faire remarquer par le bon coté de la lorgnette.
Ecouté plusieurs fois mais rangé définitivement dans la CDThèque.

Album SANDROSE SANDROSE SANDROSE
SANDROSE (1972)
MUSEA
ROCK PROGRESSIF
4/5
PETER HACKETT
03/05/2015
  0 0
Cet unique album mérite qu'on s'y attarde. On se demande ce que Sandrose aurait pu produire avec les moyens techniques d'aujourd'hui ...
Remis dans le contexte de l'époque, cet album est pour moi un témoignage incontournable de la scène progressive française.

J'apporterais quelques compléments aux informations déjà fournies par le chroniqueur :
Jean-Pierre Alarcen avait déjà créé en 1966 un groupe nommé les Mod's avec Alain Legovic (alias Alain Chamfort).
Il fut pour moi surtout le guitariste du regretté François Béranger ("Le Monde Bouge" - 1974, "L’Alternative" - 1975, "En Public" - 1977 et "Participe Présent" - 1978) et le compositeur de deux albums solo plus que recommandables : "Tableau n°1" en 1979 et "Tableau n°2" en 1998.

Album THE SAMURAI OF PROG THE IMPERIAL HOTEL THE SAMURAI OF PROG
THE IMPERIAL HOTEL (2014)
MUSEA
ROCK PROGRESSIF
2/5
TONYB
03/12/2014
  0 0
Plutôt déçu par cette nouvelle livraison : les Samouraïs nous avaient habitués à beaucoup mieux. Cet album se révèle très inégal, et seul le premier titre m'a vraiment accroché.
Et quelle drôle d'idée que ce Limoncello, que l'on retrouve également sur l'album solo de Robert Webb ???

Album DAY SIX ETERNAL DIGNITY DAY SIX
ETERNAL DIGNITY (2003)
MUSEA
METAL PROGRESSIF
3/5
PROGRACER
13/10/2012
  0 0
Je trouve la chro de Tony très sévère avec cet album. Certes, la maturité n'est pas ce qui caractérise le plus cet Eternal Dignity, mais de là à ne pas octroyer la moyenne à cet opus, c'est, je le répète, très sévère.
J'y ai trouvé des mélodies directes, des riffs efficaces, et une recherche progressive assez aboutie pour un premier essai. Certains titres comme 'Day VI' ou 'Dark Tower' auraient même trouvé place dans leur dernière production - certes, bien plus homogène - sans rougir de la comparaison.
L'aspect dépouillé de la production et l'emploi de sonorités de claviers originales m'ont beaucoup fait penser à Hourglass, combo de prog ricain dans la même veine. L'orchestration transpire l'authenticité et les Néerlandais ne sacrifient jamais les mélodies ou les ambiances aux décibels à tout prix.
Bref, si l'on met l'aspect parfois décousu de certains titres de côté, je trouve que cet album mérite une oreille attentive des amateurs de metal prog sans fioritures.
Il en faut pour tous les goûts et ce Eternal Dignity est définitivement au mien.
Note : 7,5

 
PAGE / 16
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021