ARTISTE:

CACOPHONY

(ETATS UNIS)
TITRE:

SPEED METAL SYMPHONY

(1987)
LABEL:

ROADRUNNER RECORDS

GENRE:

GUITAR HERO

TAGS:
80's, Technique
""
CHILDERIC THOR (21.11.2012)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Dans le sillage de Yngwie Malmsteen, dont le Rising Force (1984) est alors encore dans toutes les mémoires, des bataillons des "shreders" envahissent les bacs des disquaires, sous l'entremise de Mike Varney et de son label Shrapnel Records. Marty Friedman et Jason Becker, âgé de seulement 16 ans (!) à ce moment-là, comptent parmi les poulains de cette écurie de virtuoses du manche. Sous l'étiquette Cacophony, les deux guitaristes enregistrent deux albums, Speed Metal Symphony en 1987, puis Go Off ! l'année suivante, avant de se séparer, chacun allant prêter sa dextérité chez des pointures telles que Megadeth (pour Friedman) ou David Lee Roth (pour Becker).

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser craindre, le groupe demeure toujours très mélodique, seul le chant de l'inconnu - et qui le restera - Peter Marrino, ainsi que certaines parties parmi les plus agressives ("Burn The Ground"), peuvent arrimer, d'une manière lointaine certes, le projet au Thrash encore balbutiant et alors dernier échelon (avant le Death Metal) sur l'échelle de la brutalité. En revanche, avec le titre Speed Metal Symphony, il ne saurait y avoir tromperie sur la marchandise : ça joue vite, très vite même, tandis que la touche néo-classique est notamment représentée par l'instrumental "Concerto" (ça ne s'invente pas).

Pâtissant de lignes vocales assez faibles, l'album vaut donc surtout pour ses incroyables parties de guitares et pour une poignée de compositions plutôt bien troussées, parmi lesquelles émergent surtout "The Ninja", doté d'une entame magnifique et d'une seconde partie instrumentale, du feu de dieu, ainsi que le titre éponyme long de plus de neuf minutes et digne du meilleur Malmsteen. Les deux bretteurs s'en donnent à cœur joie, véritable festival de six-cordes à donner la trique à tous les apprentis guitaristes.

On constate que c'est bien lorsque Marrino est bâillonné que Speed Metal Symphony trouve ses moments les plus réussis, sans toutefois faire de lui un incontournable du genre, certains morceaux tels que "Desert Island" ou "Where My Fortune Lies" lui interdisant de bénéficier tout à fait de ce titre de gloire. Enfin, en réécoutant Cacophony, on ne peut qu'avoir une pensée pour Jason Becker, virtuose alors promis à un avenir doré mais à la carrière brisée par une sclérose (latérale amyotrophique, pour être précis) l'empêchant désormais de bouger et même de parler...


Plus d'information sur http://www.martyfriedman.com/



GROUPES PROCHES:
JOE SATRIANI


LISTE DES PISTES:
01. Savage - 05:50
02. Where My Fortune Lies - 04:33
03. The Ninja - 07:25
04. Concerto - 04:37
05. Burn The Ground - 06:51
06. Desert Island - 06:25
07. Speed Metal Symphony - 09:37

FORMATION:
Atma Anur: Batterie
Jason Becker: Guitares
Marty Friedman: Guitares / Basse
Peter Marrino: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
BLIND GUARDIAN: Battalions Of Fear (1988)
METAL MELODIQUE -
JON LORD: Concerto For Group And Orchestra (studio) (2012)
AUTRES - Si cette version manque peut-être un tout petit peu de la spontanéité des précédentes versions en concert, elle est par contre la plus réussie esthétiquement parlant.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021