ARTISTE:

PROCOL HARUM

(ROYAUME UNI)
TITRE:

THE WELL'S ON FIRE

(2003)
LABEL:

EAGLE ROCK ENTERTAINMENT

GENRE:

ROCK

TAGS:
FM, Old School
"Un album agréable mais sans passion."
CORTO1809 (02.10.2012)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

C'est la seconde fois que Procol Harum nous fait le coup de la résurrection ! Alors qu'on le croyait définitivement disparu à sa séparation en 1977 après la sortie de "Something Magic", il revenait quatorze ans plus tard avec "A Prodigal Stranger". Nouvelle éclipse de douze ans avant de se rappeler à notre bon souvenir avec "The Well's On Fire". Côté line up, Robin Trower et Dave Bronze sont respectivement remplacés par Geoff Whitehorn et Matt Pegg, ce dernier étant le fils de David Pegg, ancien bassiste de Jethro Tull. Comme quoi le monde est petit ! Les piliers Brook/Reid/Fisher sont, eux, bien présents, rassurant partiellement sur l'intérêt de cette nouvelle mais tardive production.

Soyons honnête : si l'écoute de cet album est agréable, elle ne provoque aucun étonnement. Brooker et sa bande nous récitent consciencieusement leur partition, sans plus. C'est propre, bien joué, bien chanté (la voix chaude de Gary Brooker traverse les âges sans changer ou presque, n'étant à la peine que sur la note la plus aigue de 'Fellow Travellers' sans que cela prête à conséquence) mais l'émotion est rarement présente et l'inspiration est devenue mécanique. Les titres enchaînent des rocks prévisibles, des rhythm'n'blues stéréotypés, des chansons pop FM sans grand intérêt, mais qui passent comme une lettre à la poste.

Quelques titres redonnent quand même au groupe son lustre d'antan et méritent à eux seuls l'achat de cet album.'Shadow Boxed' distille une mélodie pop au punch rafraichissant, 'The Blink Of An Eye' joue sur la nostalgie de son orgue Hammond, 'Fellow Travellers' donne envie de se laisser aller à la tendresse, joue contre joue en fermant les yeux. Mais c'est surtout avec 'The Emperor's New Clothes' et 'Weisselklenzenacht' que la magie de Procol Harum resurgit.

Sur 'The Emperor's New Clothes', le piano et la voix nous invitent à une valse mélancolique et raffinée sur laquelle flotte un parfum de 'Grand Hotel'. Les fantômes du vieux Procol Harum s'invitent au bal, provoquant un premier frisson autant dû à la beauté du titre qu'à la nostalgie qu'il inspire. L'introduction à l'orgue Hammond de 'Weisselklenzenacht' renvoie à celle de 'A Whiter Shade Of Pale'. Sur les accords plaqués du piano et les coups de batterie, la basse résonne d'un long murmure grondant tandis que l'orgue égrène des thèmes classico-baroques presque religieux, échos lointains d'un certain 'Repent Walpurgis'. Un véritable condensé de ce à quoi on s'attend quand on écoute du Procol Harum. Si ce titre est le dernier du dernier album studio du groupe, il ne pouvait être plus approprié pour terminer en beauté une carrière qui s'était ouverte sur 'A Whiter Shade Of Pale'.

La boucle est bouclée et il est amusant de voir que les deux plus beaux titres de cet album sont signés Brooker et Fisher. Comme si, inconsciemment, ils avaient chacun voulu achever leur œuvre par un titre rappelant leurs meilleures heures. En ce sens, le contrat est pleinement rempli.


Plus d'information sur http://www.procolharum.com



GROUPES PROCHES:
CAMEL, VAN DER GRAAF GENERATOR, MANFRED MANN'S EARTH BAND, WARZECKA, TRANSATLANTIC, THE MOODY BLUES, RENAISSANCE, ELP, CURVED AIR, THE BEATLES

LISTE DES PISTES:
01. An Old English Dream – 04:40
02. Shadow Boxed – 03:33
03. A Robe Of Silk – 02:41
04. The Blink Of An Eye – 04:40
05. The Vip Room – 04:55
06. The Question – 05:00
07. This World Is Rich (For Stephen Maboe) – 05:18
08. Fellow Travellers – 04:46
09. Wall Street Blues – 04:25
10. The Emperor's New Clothes – 04:16
11. So Far Behind – 03:51
12. Every Dog Must Have His Day – 05:19
13. Weisselklenzenacht (The Signature) – 05:24

FORMATION:
Gary Brooker: Chant / Piano
Geoff Whitehorn: Guitares
Keith Reid: Textes
Mark Brzezicki: Batterie
Matt Pegg: Basse
Matthew Fisher: Orgue
Roger Taylor (invité): Choeurs (2)
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
PROCOL HARUM: Un nouvel album en 14 ans
 
AUTRES CHRONIQUES
LA SOURIS DÉGLINGUÉE: Banzaï ! (1991)
AUTRES - LSD fait sa révolution avec ce Banzaï aussi inattendu que redoutable : la fusion parfaite du Rock, du Punk, du rap et du Reggae. Magistral
ANNIHILATOR: Waking The Fury (2002)
THRASH -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PROCOL HARUM
PROCOL-HARUM_Novum
Novum (2017)
4/5
4/5
EAGLE ROCK ENTERTAINMENT / ROCK
PROCOL-HARUM_The-Prodigal-Stranger
The Prodigal Stranger (1991)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
PROCOL-HARUM_Something-Magic
Something Magic (1977)
5/5
-/5
CHRYSALIS / ROCK
PROCOL-HARUM_Procol-s-Ninth
Procol's Ninth (1975)
4/5
-/5
CHRYSALIS / ROCK
PROCOL-HARUM_Exotic-Birds-And-Fruit
Exotic Birds And Fruit (1974)
4/5
-/5
CHRYSALIS / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021