DALE COOPER QUARTET & THE DICTAPHONES

(FRANCE)

MÉTAMANOIR

(2011)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

JAZZ

TAGS:
Chant féminin, Electro, Jazzy, Mélancolique
""
CHILDERIC THOR (11.08.2012)  
4/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Ne cherchez pas de Dale Cooper : il n'existe pas. Derrière cet étrange patronyme se terre donc un tout aussi étrange ensemble d'une bonne dizaine de musiciens. Basé à Brest, le collectif oeuvre dans un créneau dont l'exigeance n'a d'égale que la singularité d'une expression sonore baptisée Dark/Jazz, sorte de musique ambient nocturne et crépusculaire. C'est très marginal et heureusement pas encore trop branchouille.

Denovali Records s'est fait peu à peu le refuge idéal de ces groupes au succès commercial à priori improbable. De fait, des entités telles que The Mount Fuji Doomjazz Corporation ou le Dale Cooper Quartet & The Dictaphones, par exemple, ont quelque chose d'un trésor connu d'une seule poignée qui les chérissent. Et elles le leur rendent bien, accouchant d'oeuvres fleuves qui se vivent, se ressentent, s'écoutent religieusement, dans l'obsurité d'une pièce dont les carreaux de la fenêtre qui la perce sont fouétés par une pluie hivernale.

Repérés grâce au déjà curieux Paroles de Navarre, les Français, avec Métamanoir, nous invitent à les suivre dans une dérive urbaine et noctambule dont on se dit qu'elle pourrait être la bande originale d'un film de David Lynch, dont les images semblent, il est vrai, être enfantées pour ce type de sonorités d'une profondeur mélancolique. Bien que des lignes de chant, masculin parfois, féminin le plus souvent (celui notamment de Gaëlle Kerrien, connue pour avoir collaboré avec Yann Thiersen), viennent en fendre la trame, aboutissant alors à quelques un de ses plus beaux moments ("Eux Exquis Acrostole", "Le Implacable gentilhommière"), Métamanoir conserve cet apparat instrumental d'une sombre puissance hyptnotique.

Percussions fantomatiques, pianos funéraires ("Elle agréable rendez-vous de chasse"), réverbérations Drone aux confins d'un Post Rock débarrassé de ses lénifiantes scories et instruments à vent tels que saxophone, clarinette et hautbois, forment la palette dans laquelle le Dale Cooper Quartet trempe son inspiration afin de faire jaillir un kaléidoscope d'images parfois inquiétantes. "Mon tragique chartreuse", long et obsédant dérelict que polluent une myriade de sons Ambient, de parasites électronique tandis qu'une spectrale voix féminine le guide dans les limbes, illustre de la plus lancinante des manières cette qualité rare. A ce socle sonore, le groupe greffe des modelés plus élégiaques, symbole du jour qui se lève ("La terrible palais"), achevant de perturber autant que d'envoûter l'auditeur qui ne demande que cela.

Inutile de chercher à comprendre le sens de son nom comme la raison de ces morceaux aux titres étranges, Métamanoir n'est pas une question de raison mais de ressenti, de foi. Un peu à l'image de ses auteurs...
- Site officiel
GROUPES PROCHES:
POPPY ACKROYD

LISTE DES PISTES:
01. Une Petit Cellier - 05:23
02. Eux Exquis Acrostole - 11:15
03. Ma Insaisissable Abri - 05:37
04. Sa Prodigieux Hermitage - 00:35
05. Le Implacable Gentilhommière - 07:45
06. Elle Agréable Rendez-vous De Chasse - 05:35
07. Mon Tragique Chartreuse - 12:53

FORMATION:
Christophe Mevel:
Gaël Loison:
Yannick Martin:
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
CRAFT: Void (2011)
BLACK METAL -
DANAVA: Hemisphere Of Shadows (2011)
HARD ROCK -
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024