NIGHTINGALES

(ROYAUME UNI)

NO LOVE LOST

(2012)
LABEL:

EPHELIDE

GENRE:

ROCK ALTERNATIF

TAGS:
Happy, Happy, Psychédélique, Punk
""
NESTOR (11.07.2012)  
3/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Septième album en plus de 30 années d’existence pour NIGHTINGALES, soit un bilan qui aurait de quoi nous laisser augurer un groupe posé et ayant le souci de la perfection et du détail... On peut difficilement être plus éloigné de la réalité.

"No Love Lost" est en effet un chaudron percé duquel jaillissent de toutes parts les idées et les humeurs les plus hétéroclites possibles. On passe ainsi allègrement de titres flirtant avec la Dark Waves ("The Done Thing"), à des titres d’obédience Punk Rock ("Ace Of Hearts"), en passant par des morceaux aux rythmiques Funk ("The Burster"), ou de la Pop music ("Someone For Everyone"). Avec toujours pour point commun des structures de morceaux qui évitent à tout prix la linéarité et un petit vent de folie agitant le tout.

C’est simple, on acquiert rapidement le sentiment que ce disque a été composé à l’occasion d’une improbable réunion alcoolisée entre Captain BEEFHEART, Frank ZAPPA, PIL, Iggy POP et Mr BUNGLE, la filiation musicale avec les univers de ces derniers, aussi différents soient ils, étant palpable. Autant vous dire que si vous recherchez une musique structurée, sérieuse et rassurante, vous en serez pour vos frais. Par contre, si l’humour et les contres pieds ne vous font pas peur, la mixture servie ici pourra trouver grâce à vos yeux.

Pour ce qui est de l’humour, pas de problème, la plupart des morceaux présentés ici dégoulinent de dérisions et sont parés de paroles qui empreintent autant à la poésie qu’à l’humour burlesque ou absurde. Pour ce qui est de la structure des chansons, avouons le tout net, ce premier contact avec la musique de NIGHTINGALES m’a plongé dans un abîme de doutes et de perplexité. Cramponné à mon petit chariot lancé sur des montagnes russes, je suis passé par toutes les phases. Gagné par l’ivresse des hauteurs je voyais du génie dans ce qui quelques secondes plus tard m’apparaissait comme incompréhensible et sans objet. Puis, noyé dans les profondeurs de passages aussi hermétiques que stériles, je me suis vu ébloui devant la beauté et l’inventivité d’une idée, d’une mélodie, d’une ambiance… Pour au final être incapable de trancher en deux sentiments ambivalents : Robert Lloyd est il un artiste de génie ou bien un Jean-foutre mystificateur ?
"Real Gone Daddy" est il le fruit d’errements musicaux maladroits ou bien l’aboutissement d’une recherche artistique féconde ?

Au regard de la singularité de ce disque, il m’est honnêtement bien difficile de répondre à cette question. Quoi qu’il en soit, celui-ci a pour le moins le mérite de déranger, de questionner, de bousculer… et de ne pas laisser indifférent. La note donnée à ce disque n'est pas très significative. Alors plongez la tête dans le chaudron. Vous verrez bien si vous en ressortirez avec la permanente que vous souhaitiez.
- Site officiel
GROUPES PROCHES:
-

LISTE DES PISTES:
01. Ace Of Hearts - 02:05
02. Born Yesterday - 02:56
03. The Done Thing - 04:24
04. Real Gone Daddy - 03:43
05. Best Of British Luck - 02:52
06. Say It With Flowers - 04:09
07. The Burster - 02:48
08. The Dishwater Kid - 04:32
09. Someone For Everyone - 01:59
10. Sentimental Dunce - 03:11
11. Mutton To Lamb - 02:26
12. The World Of Nothing Really - 03:23
13. Dick To The Do-gooder - 06:49

FORMATION:
Alan Apperley: Guitares
Andreas Schmid: Basse
Fliss Kitson: Batterie
Matt Wood: Guitares
Robert Lloyd: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 

"Découvrez le nouveau clip de Michaelle Dioni"
AUTRES CHRONIQUES
MILLION DOLLAR RELOAD: A Sinner's Saint (2012)
HARD ROCK - Un Rock’n'Roll très direct et festif, à l'image d'un AC/DC, parsemé de touches à la Aerosmith, Thunder, voire même Thin Lizzy.
MR. FASTFINGER: In Motion (2012)
GUITAR HERO - "In Motion" fait étalage d’une inspiration débridée, entre un classicisme représenté par Joe Satriani et une certaine exubérance qui fait penser à Mattias IA Eklundh ou Paul Gilbert, la maladresse en plus.
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024