ARTISTE:

ARCHITEUTHIS REX

(ITALIE)
TITRE:

DARK AS THE SEA

(2010)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

AUTRES EXTREME

TAGS:
""
CHILDERIC THOR (07.05.2012)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Un nom énigmatique, un livret se résumant à la portion congrue, pas de crédit ! Rien auquel se rattacher ! Aucune balise ! Architeuthis Rex (clin d’œil à leur compatriote d’Antonius Rex ?) ne facilite pas la pénétration de son univers. C’est un euphémisme ! Il ne reste en définitive que la musique. Mais là encore, c’est l’indéfinissable, l’indescriptible qui priment. Le trou noir…

De fait, Dark As The Sea a quelque chose d’un magma aussi envoûtant que mystérieux, gargouillis de sons bizarres, de guitares saturées sur un tapis électronique. Ainsi, "Cephalopedi" fait copuler riffs drone et bruit de carillon japonais tandis qu’un souffle inquiétant résonne au loin. Fantomatique ! On se perd rapidement dans ce dédale improbable où chaque titre bourgeonne, s’étale, mange l’espace qui l’entoure.

Ce projet italien ne semble aller nulle part, agglomérant une myriades d’effets sonores d’où seule émerge, telle une vigie pour guider le naufragé, une guitare tour à tour hypnotique ou laide, effrayante ou belle. Dark As the Sea porte bien son nom. Il est un océan noir dans lequel on se noie, lancinant à l’image de la respiration des flots, puissant comme les vagues qui se viennent de fracasser contre des récifs.

Est-ce bon ? Mauvais ? Difficile à dire. Œuvre schizophrénique, cet essai atteint son paroxysme lors du démentiel "Another Kind Of Blue" qui, du haut de ses 22 minutes au garrot, mêle effluves ambient, percussions tribales et chants orientaux, appel à la prière d’une sidérante beauté qui se transforme peu à peu, (trans)mutation qui confine à la transe hypnotique tandis que les guitares ferrugineuses se mettent à hurler, monstre drone dissonant et froid comme le tranchant d’une lame. Puis, la plainte meurt tout doucement sur fond d’orgue, final que tricotent des accords beaux à en pleurer, proches des expérimentations d’un Justin Broadrick avec son Jesu. C’est un decrescendo contemplatif dont la respiration s’arrête progressivement en épousant le bruit du ressac. Trippant, à tout le moins.

Une expérience sonore à conseiller aux plus ouverts d’entre vous qui sauront déflorer l’intimité souterraine de cette essence divine. Et sa réelle beauté car elle existe…


Plus d'information sur http://architeuthisrex.bandcamp.com/



GROUPES PROCHES:
KLAUS SCHULZE, JESU


LISTE DES PISTES:
01. Untitled # 1 - 05:00
02. Cephalopedie - 08:29
03. Dark As The Sea - 10:21
04. Whe Dream The Seashore - 06:00
05. Another Kind Of Blue - 22:39
06. Bbroke - 06:22
07. Untitled # 2 - 05:05

FORMATION:
Antonio Gallucci:
Francesca Marongui:
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
VENOM: Possessed (1985)
HEAVY METAL -
PARADISE LOST: Icon (1993)
METAL GOTHIQUE - Profond, sensible et parfaitement équilibré mélangeant titres plus accessibles et titres sombres, "Icon" est le joyau de Paradise Lost
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ARCHITEUTHIS REX
ARCHITEUTHIS-REX_Urania
Urania (2011)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / AUTRES EXTREME
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022