ARTISTE:

AKITSA

(CANADA)
TITRE:

AU CRÉPUSCULE DE L'ESPÉRANCE

(2010)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

BLACK METAL

TAGS:
Chant screamo, Growl, Mélancolique
""
CHILDERIC THOR (15.11.2011)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Alors qu’à ses débuts, il s’est montré particulièrement productif, multipliant les splits et autres saillies assez courtes, depuis quatre ans en revanche, Akitsa se fait plus discret. Un album en 2006, La grande infamie, un split avec Total Genocide deux ans plus tard. C’est maigre et c’est pourquoi l’annonce d’un (enfin !) quatrième méfait a été accueilli avec exaltation par tous ceux qui estiment, à raison, que ce projet, qui compte depuis peu comme batteur officiel le grand Eric Syre, qui y trouve là un groupe selon son coeur et ses idées, s’avère être un des hérauts les plus intéressants du black metal québécois.

Plus haineux et nihiliste que jamais, Akitsa, artisan d’un art noir cru et viscéral, livre avec Au crépuscule de l’espérance un crachat digne de sa légende noire. Il place même la barre très haut avec les deux titres d’ouverture, "Crematorium", prologue mortifère d’une beauté suicidaire dégueulasse et plus encore le burzumien "Les sentinelles", sommet de vermine malsaine tricoté par des riffs venimeux et des nappes de claviers maladifs. Le chant écorché y régurgite plus de misanthropie que bien des étrons inondant les bacs des disquaires. En cinq minutes, c’est une vraie leçon que nous assènent les Québécois.

Et cette manière de stopper l’écoute brutalement participe également d’une attitude très black metal, ce que confirme le quasi punk "Morsure". Au rampant "Loyauté", qui résume à lui seul toutes les valeurs du groupe et à l’étrange "Cercueil national", on préférera le bruitiste "Au crépuscule de l’espérance", abîme de négativité démentiel et assurément l’Everest de l’album. Entièrement instrumental, il n’est bâti que sur une décharge de riffs pollués qui se répète pendant plus de sept minutes au bord de la rupture. Encore une fois, faire plus noir et dépressif paraît impossible.

Du coup, les agressions suivantes sont moins marquantes, malgré le reptilien "Le dernier putsch", corps froid que secouent des vibration chargées d’une décrépitude infinie ou "Vers la mort", douloureux cri de désespoir. Drapé dans une croute sonore dont la pourriture est savamment étudiée (soyez-en sûr, cuisiner un son crado sans être une infâme bouillie, n’est pas si simple), Au crépuscule de l’espérance est comme la peinture brûlée d’une société en plein naufrage. Comme son titre l'indique, cette œuvre est une véritable une exhortation définitive, une ode terminale d’un pessimisme absolu. Forcément crépusculaire.


Plus d'information sur http://www.facebook.com/pages/akitsa/126761354009903



GROUPES PROCHES:
BURZUM, DARKTHRONE

LISTE DES PISTES:
01. Crématorium - 02:42
02. Les Sentinelles - 05:02
03. Morsure - 03:27
04. Loyauté - 05:35
05. Cercueil National - 04:47
06. Au Crépuscule De L'espérance - 07:21
07. Le Dernier Putsch - 06:57
08. Antithèse - 02:09
09. Vers La Mort - 05:36
10. La Voix Brutale - 05:34

FORMATION:
Néant:
O.T.:
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
LACRIMOSA: Schattenspiel (2010)
AUTRES -
LACRIMOSA: Schattenspiel (2010)
AUTRES -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021