ARTISTE:

MAYHEM

(NORVÈGE)
TITRE:

LIVE IN LEIPZIG

(1992)
LABEL:

PEACEVILLE RECORDS

GENRE:

BLACK METAL

TAGS:
Chant éraillé, Chant screamo, Old School
""
HIZIA (21.09.2011)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Comment séparer la légende de la réalité ? En 1991, la légende a bel et bien un nom: Mayhem. Un mythe à lui tout seul, construit autour de prestations scéniques extrêmes et d’un contexte d’époque pour le moins morbide : on crame des églises entre potes et on va boire des bières dans les cimetières de notre belle Norvège. Mais ce qui a fait réellement éclater la réputation de Mayhem se résume en un mot, ou un nom : Dead, LE chanteur du groupe, LA voix du black-metal. Le suicide de notre petit dépressif et, peu après, l’assassinat d’Euronymous par Varg Vikernes, placent Mayhem et Burzum dans la catégorie relique metal (même si le guitariste ne se sera pas fait trucider au cours d’un quelconque rituel diabolique, comme le veut la rumeur, mais pour une histoire de fille et de pognon… ça fout un coup à la légende !). Car Mayhem a beau avoir perdu dans cet acte tragique un chanteur hors-norme, Per "Dead" Yngve Ohlin et ses acolytes ont pris la peine et le temps de nous laisser un unique enregistrement live officiel (c’est sans compter les dizaines de pirates, le plus célèbre étant "Dawn Of The Black Hearts" montrant Dead sans la moindre pudeur… le crâne explosé à la carabine, à la face du monde !), le "Live In Leipzig".

Mieux vaut avertir les adeptes du black metal savant et précis à la Dimmu Borgir et autres Cradle Of Filth : Mayhem, c’est le true black metal, celui qui sent le moisi, avec une production polluée et grésillante, des conditions d’enregistrement chaotiques, une haine crachée et une absence de publique remarquable, ou alors ils étaient 15 à moitié bourrés au fond de la salle.

Le groupe tire essentiellement son répertoire de "Deathcrush" et des morceaux qui rempliront le disque sacré qu’est "De Mysteriis Dom Sathanas" : "Buried By Time & Dust", "Pagan Fears", "Funeral Fog", mais surtout "Freezing Moon", moment culte et incontournable de cet album (le « When it’s cold and when it’s dark, the freezing moon can obscess you » au début du morceau vaut à lui seul le détour). Aujourd’hui un classique des classiques du groupe, il prend ici une dimension maléfique et explosive, avec sa montée sombre, son chant possédé par la haine et puant la mort, son solo perçant et glacial, alors que "Carnage" se fait ravageur et porte mieux son nom que jamais.

Certes, le son est simplement immonde, mais d’un certain point de vue, c'est une vraie cure de jouvence, car il nous fait replonger dans l’essence même du black-metal et ses moyens limités. Pendant 45 minutes, ça suinte, ça hurle, ça blasphème, le son de guitare friteuse se fait envoutant, ça part en larsen dans tous les sens, le tout mené par des musiciens de talent (mention spéciale à Hellhammer, qui, même s'il est placé en arrière dans le mixage, fait preuve d’une rare maitrise). La soirée se clôt sur "Pure Fucking Armageddon", à moitié raté, car joué avec trop de violence, mais ne passez pas à côté du titre hurlé par Dead avant que la morceau ne parte.

Mayhem, ça a beau être de la musique, c’est plus un mythe et du folklore. Et de ce mythe, il ne reste aujourd’hui que des cendres. Le boutonneux qui aura découvert le black metal avec Immortal ou Shining risquera de ressentir un profond mépris pour l’art noir, en plus de sauter au plafond à l’écoute de cet océan de négligence et d’ambiances inimitables par leur noirceur. Cet héritage inestimable qu’est "Live In Leipzig" reste donc un essentiel, rien que pour la présence de ce vocaliste exceptionnel qu’était Per Yngve Ohlin. Un braillard qui restera dans les mémoires comme l’un des meilleurs musiciens black metal ayant quitté cette Terre, puisqu’il faut croire que c’est l’objectif, ou le destin, de la plupart d’entre eux…


Plus d'information sur https://www.facebook.com/mayhemofficial/



GROUPES PROCHES:
AVA INFERI, VENOM, TSJUDER, DEWEY, BURZUM, WATAIN, EMPEROR


LISTE DES PISTES:
01. Deathcrush 4:37
02. Necrolust 3:46
03. Funeral Fog 6:31
04. Freezing Moon 7:05
05. Carnage 4:06
06. Buried By Time And Dust 5:29
07. Pagan Fears 7:00
08. Chainsaw Gutsfuck 5:07
09. Pure Fucking Armageddon 3:10

FORMATION:
Dead: Chant
Euronymous: Guitares
Hellhammer: Batterie
Necrobutcher: Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
MAYHEM au Ninkasi, à Lyon, en mai 2022
DERNIER ARTICLE
Tyrant Fest 2019 - 2ème Journée - 17 Novembre 2019
La première journée du Tyrant Fest a été une réussite et la deuxième s'annonce toute aussi brûlante avec des grands noms au programme.
 
AUTRES CHRONIQUES
THE TANGENT: Comm (2011)
ROCK PROGRESSIF -
HATE FOREST: Temple Forest (2007)
BLACK METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MAYHEM
MAYHEM_Atavistic-Black-Disorder-Kommando
Atavistic Black Disorder / Kommando (2021)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / BLACK METAL
MAYHEM_Daemon
Daemon (2019)
4/5
5/5
CENTURY MEDIA RECORDS / BLACK METAL
MAYHEM_De-Mysteriis-Dom-Sathanas
De Mysteriis Dom Sathanas (1993)
4/5
3/5
DEATHLIKE SILENCE PRODUCTIONS / BLACK METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021