ARTISTE:

PANDORA

(ITALIE)
TITRE:

SEMPRE E OVUNQUE OLTRE IL SOGNO

(2011)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Old School
""
ABADDON (21.03.2011)  
3/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

“Toujours et partout au-delà du rêve” : jolie définition du rock progressif, non ? Avec ce second album, les italiens de Pandora réaffirment haut et fort leur attachement au prog’ des années 70 : Genesis, ELP, ou encore PFM font partie des références proclamées. La formation du quatuor est assez atypique car Pandora, c’est avant tout une affaire de famille, la symbiose transgénérationnelle entre un père - claviériste - et son fils - batteur, guitariste, flûtiste et bassiste ; le troisième pilier du groupe officie également aux claviers et assure le chant et pour compléter le quatuor, le guitariste Christian Dimasi officie sur ce “Sempre et Ovunque Oltre Il Sogno” (mais a quitté le line-up juste après la parution de cet album).

La musique proposée par Pandora est une sorte de retour archétypal pour amateurs de progressif “originel”... Un retour pas si régressif que cela à l’époque où les compositeurs s’affranchissaient des frontières de la pop et partaient tous azimuts, parfois au risque de s’égarer dans des nébulosités indécises. Pandora fait preuve de la même insouciance exubérante : ouverture symphonique (“Il Re Degli Scemi”), passages fusion (“L’Altare Del Sacrificio”), utilisation d’un mellotron crimsonien en diable (“Discesa Attraverso lo Stige”), epic de 23 minutes (“Sempre et Ovunque”, foisonnant et paradoxalement assez décousu mais avec un sens aigü des transitions), le tout avec des clins d’œil appuyés aux 70’s : “Shine on You Crazy Diamond” dans “Ade, Senzasione Di Paura” et “Cinema Show” dans “03.02.1974”.

Petit arrangement avec les 70’s, Pandora a ici dopé la rythmique de façon plus moderne - Claudio Colombo est un fan de Dream Theater. Pour autant, c’est nettement la coloration prog italien 70’s qui domine avec des guitares loin de l’agressivité du pur métal. La batterie reste légère mais a une petite tendance à l’envahissement, comblant le moindre espace mort à grands renforts de descentes de toms - belle technique, mais un peu superflue (“L’Altare del Sacrificio, 03.02.1974”). Le point plus critiquable est surtout le chant, heureusement assez peu utilisé. Christian Dimasi a en effet une voix trop ordinaire et manque un peu de souffle par rapport à l’exubérance ambiante. Les instrumentaux restent donc le point fort du disque, à l’image de l’excellent “Ade, Senzasione di Paura”, haletant, bien équilibré et plein de changements d’ambiance, un peu à la façon d’un “Dust and Dreams” de Camel ...

Le moins que l’on puisse dire, c’est que “Sempre e Ovunque Oltre il Sogno” n’est pas un album tiède : indiscipliné, partant dans tous les sens, il a les défauts de ses qualités et va forcément être comparé à d’autres Italiens comme La Maschera Di Cera, dont les dernières productions apparaissent plus matures et plus porteuses d’émotions. Pour autant, il serait dommage de ne pas prêter une certaine attention à “Sempre Ovunque ...”, dont la vitalité musicale est évidente.


Plus d'information sur http://www.pandoramusic.eu



GROUPES PROCHES:
GENESIS, ELP, CAMEL, THE TANGENT


LISTE DES PISTES:
01. Il Re Degli Scemi - 05:08
02. L'altare Del Sacrificio - 02:09
03. L'incantesimo Del Druido - 08:17
04. Discesa Attraverso Lo Stige - 04:13
05. Ade, Sensazione Di Paura - 07:41
06. 03.02.1974 - 07:31
07. La Formula Finale Di Chad-bat - 03:56
08. Sempre E Ovunque - 23:01

FORMATION:
Beppe Colombo: Claviers
Christian Dimasi: Guitares
Claudio Colombo: Basse / Claviers / Batterie / Flûte, Guitare acoustique
Corrado Grappeggia: Chant / Claviers
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
BENOÎT
22/03/2011
525
  0 0  
4/5
J'ai eu un coup de foudre pour Pandora il y a deux ans lors de la sortie du premier album "Drama ....". Ils ont tout compris à ce que peut être un progressif qui tout en restant attaché à ses principes de bases : du rock qui explore le maximum de possible tout en conservant une ligne, une mélodie.

Alors, certes on peut dire que partant ainsi cet album par dans tous les sens, mais après un grand nombre d'écoute je ne m'en lasse toujours pas, pas plus que du précédent. C'est à cela que l'on voit une vraie réussite.

Encore une fois, après Il Castello Di Atalante, le progressif italien nous démontre qu'il ne faut pas se poser la question "70 or not" mais qu'ile faut de préférence faire ce que l'on aime.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.7/5 (7 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
PANDORA: Ten Years Like In A Magic Dream...
 
AUTRES CHRONIQUES
THE GRAY LIONS: Run Wild (2010)
ROCK -
IMAGES OF EDEN: Rebuilding The Ruins (2011)
METAL PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PANDORA
PANDORA_Ten-Years-Like-In-A-Magic-Dream--
Ten Years Like In A Magic Dream... (2016)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
PANDORA_Alibi-Filosofico
Alibi Filosofico (2013)
3/5
4.3/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021