ARTISTE:

BLACK SABBATH

(DEFAULT)
TITRE:

HEADLESS CROSS

(1989)
LABEL:

I.R.S.

GENRE:

HEAVY METAL

TAGS:
""
CHILDERIC THOR (13.10.2010)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Au cours de la longue carrière du Sabbat Noir, l’ère Tony Martin, courant de 1987 à 1991 puis de 1993 à 1996, demeure à la fois méconnue et mal aimée (ceci expliquant sans doute cela) et mérite de fait d’être réévaluée à sa juste valeur.

Déjà, le chanteur a tout de même gravé avec le groupe cinq albums. Surtout, les premiers d’entre eux sont loin de démériter au milieu de cette abondante discographie et ne sont pas plus mauvais que les derniers efforts avec Ozzy derrière le micro à la fin des années 70. Headless Cross, par exemple, le prouve.

Succédant à The Eternal Idol, échec commercial cuisant qui a souffert d’une conception chaotique, ce quatorzième album se présente avant tout comme le fruit de la collaboration entre deux fortes personnalités, Tony Iommi (forcément) et le mercenaire Cozy Powell (batterie et ex beaucoup de choses), comme l'illustre la production à quatre mains. De cette excitante association qui aurait dû être complétée par le retour de Geezer Butler, qui préfèrera finalement retravailler un temps avec Osbourne, naissent huit compositions parmi les meilleurs composées depuis longtemps par Black Sabbath ou ce qu'il en reste.

Headless Cross confirme le virage épique et lourd négocié à partir de Mob Rules (1981) et amplifié par Born Again (1983). La frappe tellurique de Cozy Powell contribue par ailleurs grandement à cette orientation plus pesante en se mariant à merveille avec le jeu sombre du gaucher. De plus, les claviers du fidèle Geoff Nichols n'ont sans doute jamais été aussi présents. C'est donc un Black Sabbath un peu différent car très mélodique et alors pas si éloigné que cela du Doom lyrique à la suédoise (le Chapter VI de Candlemass en témoigne) qui prend forme.

Baignant dans une atmosphère occulte et cryptique bien rendue, il s’agit d’un disque d'une flamboyance noire, lent sans être paresseux, qu’aucune baisse de régime ne vient polluer, pas même ce "Call Of The Wild" presque dispensable en comparaison des autres compositions toutes excellentes, du grandiose morceau éponyme au crépusculaire et final "Nightwing", théâtre d’une très belle performance de Tony Martin que n’aurait pas renié Dio, du plus rapide "Black Moon" à "When Death Calls", pour lequel le grand Brian May (Queen) se fend d’un solo.

Tony Iommi n'a pas à rougir d'un disque qui souffre d'avoir été enfanté durant l'une des périodes les plus obscures de son port d'attache. L'équipage se sent alors revigoré par ce succès plus artistique que commercial, ainsi que par une cohésion retrouvée. Pour la première fois depuis 1983, le dinosaure anglais ressemble de nouveau à un véritable groupe et peut enfin compter sur une dynamique qui l'avait déserté depuis longtemps.


Plus d'information sur http://www.blacksabbath.com





LISTE DES PISTES:
01. The Gates Of Hell - 01:07
02. Headless Cross - 06:29
03. Devil & Daughter - 04:45
04. When Death Calls - 06:55
05. Kill In The Spirit World - 05:12
06. Call Of The Wild - 05:20
07. Black Moon - 04:06
08. Nightwing - 06:35

FORMATION:
Cozy Powell: Batterie
Geoff Nicholls: Claviers
Laurence Cottle: Basse
Tony Iommi : Guitares
Tony Martin: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.8/5 (4 avis)
STAFF:
4/5 (7 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
BLACK SABBATH : Nouvel extrait du prochain DVD/Blu-ray
DERNIER ARTICLE
LES POLÉMIQUES AUTOUR DU HELLFEST, DU METAL ET DU SATANISME
A quelques jours du Hellfest, Music Waves s'est penché sur ce sujet sensible source de débats houleux jusqu'à l'Assemblée Nationale... Premier volet d'un dossier construit autour de l'entretien entre le sociologue Nicolas Walzer et le prêtre Robert Culat.
 
AUTRES CHRONIQUES
HOPELESS: Elements (2009)
BLACK METAL -
CELESTIIAL: Where Life Springs Eternal (2010)
DOOM -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT BLACK SABBATH
BLACK-SABBATH_13
13 (2013)
3/5
2.8/5
VERTIGO / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Forbidden
Forbidden (1995)
3/5
2.5/5
EMI / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Cross-Purposes
Cross Purposes (1994)
3/5
3.3/5
I.R.S. / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Dehumanizer
Dehumanizer (1992)
4/5
3.7/5
WARNER / HEAVY METAL
BLACK-SABBATH_Tyr
Tyr (1990)
3/5
3.3/5
I.R.S. / HEAVY METAL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021