ARTISTE:

PINK FLOYD

(ROYAUME UNI)
TITRE:

A SAUCERFUL OF SECRETS

(1968)
LABEL:

EMI

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Expérimental, Old School, Planant, Psychédélique
"A mi-chemin entre psychédélisme et progressif, "A Saucerful Of Secrets" ouvre la voie aux œuvres majeures à venir dans les années qui suivent."
CORTO1809 (05.10.2010)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Avec ce deuxième opus, Pink Floyd abandonne ses errances psychédéliques et légèrement déjantées de "The Piper At The Gates Of Dawn" pour imposer le style qui sera le sien jusqu'à "The Dark Side Of The Moon" et qui constitue probablement la période la plus créative et la plus intéressante de ce groupe mythique.

Exit Syd Barrett, bonjour David Gilmour. Le chant caractéristique et appuyé du premier laisse place à des parties vocales plus neutres, presque estompées, à tel point que les voix de Gilmour, Waters et Wright finissent par se ressembler et fusionner. Syd Barrett qui avait largement apposé son empreinte sur "The Piper", en composant la majorité des titres, commence à présenter les signes d’instabilité qui vont inciter le groupe à le remplacer par David Gilmour. Sa quasi-absence dans la composition des titres de "A Saucerful Of Secrets" (un seul à son actif) explique très probablement le changement radical d’horizon sonore de cet album. Horizons plutôt, car les paysages musicaux qui nous sont proposés sont loin d’être homogènes.

Les trois premiers titres font partie d’une même famille. "Let There Be More Light", "Remember A Day" et "Set The Control For The Heart Of The Sun" déroulent des mélodies lancinantes où les sons des instruments glissent et s'étirent, créant une atmosphère éthérée et cosmique… planante. La batterie de Nick Mason est omniprésente, mais avec la discrétion qui caractérise ce batteur. On est un peu en apesanteur. L'atmosphère change avec "Corporal Clegg", où voix et instruments sont déformés à plaisir, l'instrument soliste étant … un kazoo criard. Le morceau finit en cacophonie sur un ton faussement enjoué.

Nouveau changement d’atmosphère avec "A Saucerful Of Secrets", morceau expérimental, découpé en trois parties : la première où les instruments font penser aux rires et cris de lutins malicieux, ou malveillants, la deuxième qui enroule ses boucles de guitare sur une rythmique soutenue, parfois ponctuée d'accords de guitare et de piano semblant plaqués au hasard. Le tout se termine par un air majestueux et mélodieux. On peut retrouver ce titre sur la version live de "Ummagumma" où le fredonnement des voix, plus accentué, renforce l'impression de grandeur qui se dégage du final.

"See-Saw" est une chanson mélancolique ornementée d'orchestrations baroques, de chœurs volontairement exagérés et d'une touche de xylophone. Atypique et très beau. Enfin, "Jugband Blues" est la seule survivance de l'époque Barrett. Ce morceau bénéficie de l'ambiance typique qui caractérise "The Piper At The Gates Of Dawn", avec ce chant désabusé sur des airs faussement gais, des airs de fêtes qui tourneraient au cauchemar, laissant un vague sentiment de désespoir et d'inachevé. Le texte semble indiquer que Syd Barrett porte un regard très lucide sur son état et ses relations avec le groupe. Difficile d’écouter ce titre sans frissonner.

Au final, "A Saucerful Of Secrets" n’est donc pas vraiment ce qu’on pourrait appeler un album euphorisant. A mi-chemin entre psychédélisme et progressif, il ouvre la voie aux œuvres majeures à venir dans les années qui suivent. Pink Floyd y réaffirme son goût pour l’utilisation décalée de sonorités improbables (peu de groupes ont osé faire d’un kazoo l’instrument soliste d’un de leurs morceaux). Un grand disque.


Plus d'information sur http://www.pinkfloyd.co.uk/pages/main.html





LISTE DES PISTES:
01. Let There Be More Light - 05:38
02. Remember A Day - 04:33
03. Set The Controls For The Heart Of The Sun - 05:28
04. Corporal Clegg - 04:12
05. A Saucerful Of Secrets - 11:57
06. See-saw - 04:36
07. Jugband Blues - 02:59

FORMATION:
David Gilmour: Chant (1, 4, 5), guitare (1, 3, 4, 5, 6), kazoo (4), choeurs
Nick Mason: Batterie / Percussions, chant (4)
Richard Wright: Chant (1, 2, 6), piano, orgue, mellotron, vibraphone
Roger Waters: Basse / Chant (3), choeurs
Syd Barrett: Chant (7), guitare (2, 3, 7)
The Salvation Army: Cornets, trombones, euphonium, tubas (7)
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
ADRIANSTORK
06/07/2017
  0 0  
4/5
Syd Barrett dégénère sur scène, se limitant parfois à jouer un seul accord en concert. Arrive alors un petit nouveau pour tenter de lui ravir sa place. Ces mots pourraient faire sourire le mélomane de 1968 : on ne remplace pas Syd Barrett ou alors il faudrait vraiment être un surhomme. Syd Barrett ne manquera pas de revenir faire un commentaire acide sur Jugband Blues, prouvant qu'il est bien conscient de ce qui se trame. David Gilmour n'est pas seulement qu'un ami d'enfance de Syd Barrett. Plutôt que de faire le job en attendant que les trois autres membres rappellent David O'List, il sort de sa manche une carte aux effets imparables : au lieu de s'effacer, il faut au contraire se manifester, montrer sa présence vocale tout autant que son bagage de guitaristique. Certes on reste à la préhistoire de David Gilmour au niveau de son jeu de guitare, mais son chant volontaire et légèrement rageur (Let There Be More Light, Corporal Clegg) lui permet d'imposer sa marque. Cependant le grand gagnant est Roger Waters qui profite de la porte laissée ouverte par Syd Barrett pour proposer ses compositions, épaulé par le fidèle Richard Wright. Nous passons du lancinant (Set The Controls For The Heart Of The Sun) au faux joyeux (Corporal Clegg qui évoque pour une première fois les ravages de la guerre sur un ton taquin et sur lequel on entend Nick Mason), au nostalgique (See Saw et ses choeurs fantomatiques) au dénuement le plus désespéré (Remember A Day sur laquelle la voix de Richard Wright est d'une tristesse absolue). Le groupe s'essaie à la suite conceptuelle avec brio sur le titre éponyme qui prouve que le démarrage de la fusée du premier album est bien effectué.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (7 avis)
STAFF:
3.6/5 (9 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
PINK FLOYD : Sortie de 'Live At Knebworth 1990' en avril
DERNIER ARTICLE
CONCERT ROGER WATERS (14/07/2006)
Compte-rendu du concert de Roger Waters le 14/07/2006 à Magny-Cours (par Pitig38)... Mais qui détient l'âme de Pink Floyd ?
 

"Découvrez Brainsqueezed dans son nouveau clip !"
AUTRES CHRONIQUES
WARLOCK: True As Steel (1986)
HEAVY METAL -
KORROSIAH: Creepy Feelings (2010)
THRASH -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PINK FLOYD
PINK-FLOYD_The-Endless-River
The Endless River (2014)
5/5
3.2/5
WARNER / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_The-Division-Bell
The Division Bell (1994)
2/5
3.8/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_A-Momentary-Lapse-Of-Reason
A Momentary Lapse Of Reason (1987)
2/5
3.1/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_The-Final-Cut
The Final Cut (1982)
1/5
2.7/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_The-Wall
The Wall (1979)
5/5
4.4/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021