ARTISTE:

THE QUIREBOYS

(ROYAUME UNI)
TITRE:

HOMEWRECKERS & HEARTBREAKERS

(2008)
LABEL:

BAD REPUTATION

GENRE:

ROCK

TAGS:
Chant éraillé, FM, Old School
"Non, le Rock n’est pas mort car les Quireboys chantent encore"
LYNOTT (14.06.2010)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Que peut-on attendre en 2008 d’un groupe anglais silencieux depuis quatre ans, né en 1984, possédant un chanteur clone de Rod Stewart, proposant un Hard Rock’n Roll bluesy, ayant tourné avec les Rolling Stones et les Guns N’ Roses, ayant participé au festival de Donington aux côtés de Whitesnake et d’Aerosmith, ayant eu dans ses rangs Nigel Mogg le neveu de Phil du même nom (UFO) ainsi que le guitariste de Rod Stewart (Jim Cregan), Sharon Osbourne comme Manager et qui entra dès leur premier album « A Bit of Your Fanzy » à la seconde place dans les charts en Grande Bretagne? Un bon album ?

Hé bien pourquoi pas. « Homewreckers & Heartbreakers », cinquième album studio de The Quireboys en 18 ans de carrière, sort à l’entrée de l’été 2008 et diffuse une chaleur plutôt 70’s.

A l’écoute de cet opus, même si la voix éraillée de Jonathan Gray (dit Spike) nous ramène continuellement (et sans équivoque) vers le grand Rod (écoutez « Take a Look at Yourself » c’est hallucinant) et même si tous les titres nous donnent envie de sauter dans un cabriolet des années 60 pour - tel l’aigle de la route moyen - sillonner la route 66 traversant les States, il n’empêche que les Quireboys distribuent allègrement des morceaux sympathiquement diversifiés qui peuvent accrocher à la fois les amateurs de Rock n’ Roll rêche, de Rock Bluesy, de ballades et de Hard Rock n’ Roll. Et là où le bat ne blesse pourtant pas, ce qui survient fréquemment quand tous les râteliers servent de mangeoire, c’est qu’à chaque fois, les anglais raflent la mise. Diversité donc, mais qualité de surcroit que se soit au niveau des idées mélodiques que des guitares très présentes et vraiment accrocheuses.

Ainsi, alors que l’attaque de l’opus nous laisserait à penser que ça va classiquement rocker non stop avec le remuant « I Love This Dirty Town », on prend de plein fouet un mélodiquement énorme (un Hit, oui carrément un Hit je vous dis !) « Mona Lisa Smiled » sucré au possible dont aurait été fier un père Rod des grands moments. A peine remis de la claque, le retour au Rock sec surprend à nouveau avec un « Louder » éraillé du gosier et de la gratte avant que les mouchoirs (et les violons) ne soient de sortie avec le très tendre et absolument frissonnant « Fear Within the Lie » (Aerosmith n’est pas loin).

Histoire de bien vous faire sentir qu’au cas où vous commenceriez à vous y retrouver, c’est raté, le (Hard) Rock Bluesy s’invite à la noce avec les 7 minutes de l’excellent « Backwater » qui sentent le whisky à plein nez, hommage au Jack Daniels oblige. Inutile de vous faire le tour du propriétaire en entier (je ne voudrais pas être fastidieux en chroniquant un disque qui ne l’est pas le moins du monde), sachez simplement que ça virevolte sans arrêt, c’est mélodiquement toujours habile et j’irai même jusqu’à dire que ça rend d’humeur heureuse voire dansante (si vous ne bougez pas sur « Josephine » c’est que vous vous êtes trompé de site).

C'est ainsi que je ne regrette pas d’être sorti de mes sentiers (AOR/FM/Hard Mélo) battus pour m’intéresser à ce petit bijou de mid-tempo varié qui ravira d’ailleurs ceux d’entre vous sensibles, comme votre serviteur, aux genres précités mais également les fans de Rod Stewart, d’Aerosmith, des Rolling Stones et des Black Crowes. Non, le Rock n’est pas mort car les Quireboys chantent encore.


Plus d'information sur http://www.quireboys.com/





LISTE DES PISTES:
01. I Love This Dirty Town - 4:20
02. Mona Lisa Smiled - 4:28
03. Louder - 4:25
04. Fear Within The Lie - 4:18
05. Blackwater - 6:55
06. One For The Road - 4:00
07. Late Nite Saturday Call - 5:06
08. Hall Of Shame - 4:20
09. Take A Look At Yourself - 4:28
10. Hello - 4:38
11. Josephine - 2:48
12. Louder Reprise - 1:34

FORMATION:
Guy Griffin : Guitares
Keith Weir : Claviers
Paul Guerin : Guitares
Phil Martini : Batterie
Spike: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Raismes Fest 22 - 10 et 11 Septembre 2022
 
AUTRES CHRONIQUES
GAMMA RAY: To The Metal! (2010)
HEAVY METAL -
TAURUS & PISCES: Inertia (2010)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE QUIREBOYS
THE-QUIREBOYS_Live-In-London
Live In London (2010)
4/5
-/5
DEMOLITION / HARD ROCK
THE-QUIREBOYS_A-Bit-Of-What-You-Fancy
A Bit Of What You Fancy (1990)
4/5
-/5
EMI / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022