PINK FLOYD

(ROYAUME UNI)

THE DIVISION BELL

(1994)
LABEL:

EMI

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Planant
"Un album qui, s'il ne révolutionne pas le monde du progressif, n'en est pas moins très réussi."
VANDERGRAAF (14.01.2004)  
2/5
(10) Avis (0) commentaire(s) (1) Biographie + (1) storie(s)
C'était une surprise. En 1994, personne ne s'attendait à ce que Pink Floyd ne sorte un disque. "A Momentary Lapse Of Reason" apparaissait alors comme la seule issue possible à l'histoire mouvementée du groupe, une victoire finale de Gilmour sur Waters. Rien ne laissait présager l'enregistrement de cet album. Et pourtant...

Et pourtant, David Gilmour parvint à faire sortir Nick Mason de sa retraite, tandis que Richard Wright accueillit l'initiative avec beaucoup d'enthousiasme. Il est le "plus" de "The Division Bell" par rapport à son prédécesseur. Wright compose l'un des meilleurs morceaux de cet album, le bluesy "Wearing The Inside Out".

Le duo Gilmour/Wright signe de beaux instrumentaux ("Marooned", "Cluster One") et Gilmour seul (appuyé de divers paroliers) signe le magnifique "High Hopes". Single logique à la sortie de l'album, "High Hopes" porte haut la bannière de "The Division Bell". C'est une marche émouvante et angoissante vers une émotion insondable, servie par un magnifique solo de guitare, les cordes parfaites de Michael Kamen, et un rythme de cloche obsédant. Le clip, rempli d'images oniriques, sut faire de ce morceau un tube.

Car "The Division Bell" a aussi comme force une image soignée. Les photos, sauvagement froides, et l'habillage (les pages numérotées chacune dans une langue différente, le nom du groupe en braille sur la boîte, les logos répétés...) contribuent à donner à l'album une esthétique homogène et agréable, à la fois fidèle à l'esprit du groupe et très ancrée dans les 90s.

Alors, pourquoi "The Division Bell" n'est-il pas un grand album ? Parce qu'à côté de ces titres agréables et de sa finition soignée, le disque affiche une collection de sous-chansons irritantes : "Poles Apart", "Lost For Words", et surtout "Coming Back To Life" sont absolument insipides et à des lieues du charme de "High Hopes". Si l'on considère que les meilleurs morceaux restent, malgré tout, des redites bien rôdées des morceaux du Floyd 70s, on comprendra que "The Division Bell" n'a pas un bilan glorieux.

Au final, ce n'est pas un mauvais album, mais plutôt une maigre consolation à la dissolution fatale de l'un des plus grands groupes de l'histoire. On peut en apprécier quelques extraits, mais le posséder n'est pas indispensable au fan de "Wish You Were Here". Réservé aux fans absolus du Floyd, qui sauront y trouver une place dans leur coeur, "The Division Bell" a en fait un rôle bien précis : donner à l'histoire du groupe une fin plus sereine et moins brouillonne que celle que lui offrait "A Momentary Lapse Of Reason".
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Cluster One
02. What Do You Want From Me
03. Poles Apart
04. Marooned
05. A Great Day For Freedom
06. Wearing The Inside Out
07. Take It Back
08. Coming Back To Life
09. Keep Talking
10. Lost For Words
11. High Hopes

FORMATION:
Bob Ezrin: Claviers
David Gilmour: Chant / Guitares / Basse
Dick Parry: Saxophone
Guy Pratt: Basse
Jon Carin: Claviers
Nick Mason: Batterie
Richard Wright: Chant / Claviers
Tim Renwick: Guitares
   
(10) AVIS DES LECTEURS    
LONEWOLF1300
11/03/2023
312
  0 0  
4/5
Bon sang, que cette critique est sévère !! je la trouve particulièrement injuste, notamment car cet album n'est absolument dispensable dans leur discographie ! "Endless River" serait lui, tout à fait dispensable. Par contre, "Division Bell" est un album de caractère, qui a quelque chose à dire, et qui dispose d'un contenu riche, varié, intense.

C'est bien "Divison Bell" que je considère comme le véritable album clôturant la carrière du groupe. En tout cas, avec le panache nécessaire. "High hopes" étant le parfait message à transmettre avant d'éteindre la machine. Ce dernier titre, particulièrement déchirant, fait la parfaite touche finale d'un album certes pas radicalement innovant mais très homogène, énergique, et doté d'un climat très prenant tout à fait identifiable : nostalgique, sombre, parfois déprimant voire presque aggressif par moments. Difficile de ne pas éprouver de douleur à chaque écoute de certaines plages.

Ce climat si particulier est l'identité de cet album, pleins de délicates nuances, de riffs plein de maitrise, de magnifiques envolées qui ne sont pour autant pas des démonstrations ostentatoires de virtuosité. Quelques titres spécifiques qui ont la propriété de vous choper à la gorge et de ne plus vous lâcher jusqu'à l'étouffement. Ici pas de ballades innocentes et de fades bluettes ; PF n'a pas à faire d'effort pour éviter ce genre de facilités. C'est un album qui parle aux personnes sensibles et parfois leur fait très mal. Les chansons interrogent et les guitares griffent. Il y a quelques pauses permettant de relacher la pression, notamment avec l'apport de choeurs féminins. Mais l'ensemble reste une oeuvre qui vous parle sans cesse, vous secoue sans pitié, et vous rend à vous-même. Elle alterne (parfois très vivement) flamboyance et simplicité, ce qui fait aussi son intérêt, et c'est réalisé avec un immense talent. Certaines parties sont absolument inoubliables, la composition ayant été poussée à la perfection. Certaines autres font par petites touches des "piqures de rappel" de leurs albums passés, très légèrement, sans s'apesantir, des sortes de clins d'oeil juste pour remettre dans une ambiance de référence. Tout au long de l'album, de titre en titre, la guitare tient son discours enflammé comme un fil qu'on déroule, faisant le lien permanent entre des chansons qui ont chacune un caractère individuel bien trempé, et ce du début à la fin de l'album. Les claviers portent le tout en vous immergeant dans cette ambiance très marquée. Tout en apportant une nouvelle pierre à une discographie étendue et mémorable, ce nouvel album ne vous dépayse pas radicalement. Sans Waters pourtant, cet album est bel et bien du Pink Floyd pur jus.

De toute l'oeuvre de Pink Floyd, malgré "The Wall" et plus encore "Animals", ça reste l'album qui m'interroge le plus à titre très personnel, profondément, et je dois l'avouer, me secoue le plus fortement.

THIBAUD REBOUR
21/04/2021
5
  0 1  
5/5
J'aime énormément High Hopes dans son intégralité y compris certains titres décriés ici comme Lost for Words. Chaque album de Pink Floyd est différent et a un charme particulier. Chaque album invite au voyage, à la réflexion, au dépassement de soi. J'ai tant de bonheur à l'écouter encore et encore. Merci à David, Richard et Nick pour cet immense cadeau.
ADRIANSTORK
22/02/2015
  0 1  
2/5
Un album resté dans toutes les mémoires pour sa très esthétique pochette mais dont le contenu n'est guère reluisant. A l'exception des deux dernières pistes, le reste de l'album est insipide, entre apathie et pesanteur où rien ne demeure. Si ''Clusters'' tire son épingle du jeu en constituant un bon décollage, les autres pistes sont molles, reposent sur les mêmes ficelles, les mêmes arpèges de guitare depuis The Wall, les voix de Rick Wright (qui n'a jamais été un grand chanteur) et même David Gilmour apparaissent dépourvues de saveur. Seuls surnagent quelques solis de guitare de haute qualité, mais toutefois superfétatoires. Il faudrait peut-être penser à corriger l'hagiographie du groupe qui faisait de Roger Waters, le grand méchant loup. Au final, c'était un hardi capitaine qui aurait sonné les cloches de Gilmour s'il s'était autorisé, comme ici, à faire passer un de ses projets solos sous le nom de Pink Floyd.
Voir les 10 avis
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.9/5 (22 avis)
STAFF:
3.4/5 (22 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
PINK FLOYD dévoile 18 live inédits de 1972
DERNIER ARTICLE
PINK FLOYD par DOMINIQUE DUPUIS
En amoureux de Pink Floyd, Dominique Dupuis propose une anthologie des productions du groupe, sous forme d'hommage à peine dissimulé à ses architectes Syd Barett et Rick Wright. Le cadeau de Noël parfait pour ceux qui voudraient découvrir le groupe !
 
AUTRES CHRONIQUES
MARTIN ORFORD: Classical Music And Popular Songs (2000)
ROCK PROGRESSIF - Sorte de Best Of Martin Orford, ce "Classical Music And Popular Songs" circule des oreilles vers le cœur sans passer par le cerveau.
PINK FLOYD: The Final Cut (1982)
ROCK PROGRESSIF - Pour collectionneurs, ou pour ceux qui trouvaient "The Wall" trop court.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PINK FLOYD
PINK-FLOYD_The-Endless-River
The Endless River (2014)
5/5
3.3/5
WARNER / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_A-Momentary-Lapse-Of-Reason
A Momentary Lapse Of Reason (1987)
2/5
3.2/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_The-Final-Cut
The Final Cut (1982)
1/5
3/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_The-Wall
The Wall (1979)
5/5
4.4/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
PINK-FLOYD_Animals
Animals (1977)
3/5
4.5/5
EMI / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024