ARTISTE:

THE REBEL WHEEL

(CANADA)
TITRE:

WE ARE IN THE TIME OF EVIL CLOCKS

(2010)
LABEL:

10T

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Dissonant, Expérimental, Fusion, Groovy, Jazzy, Technique
""
MARC M (04.05.2010)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

En 2007, The Rebel Wheel publiait son second album, "Diagramma", album aux sonorités innovantes et très varié, même si pas toujours facile d'accès. Le groupe est le bébé du multi-instrumentiste David Campbell, un vétéran de la scène musicale canadienne. A ses côtés, depuis le précédent CD, le personnel a sévèrement changé. Exit le guitariste/claviériste Paul Joannis, de même que le bassiste Gary Lauzon, remplacé un temps par Claude Prince, qui joue sur la majorité de l'album (Campbell et un invité jouent aussi de la basse) et maintenant par Guy Dagenais - qui n'a pu jouer que sur le premier titre. Par ailleurs, le batteur Alain Bergeron a laissé la place à Aaron Clark. Les parties vocales sont partagées entre David Campbell lui-même, doté d'un timbre chaud et feutré (qui rappelle vaguement Roger Waters aux tout débuts de Pink Floyd) et Angie McIvor, dont la voix claire et médium est assez agréable mais pas toujours très bien placée (un peu de réverbe ne lui ferait pas de mal). Les mélodies sont souvent difficiles à mémoriser, la voix faisant en quelque sorte partie des arrangements au même titre qu'un autre instrument. Le chant est parfois scandé, parfois susurré, parfois trafiqué à l'aide d'effets électroniques dans le cas de Campbell, comme sur le second titre, "Klak". Disons qu'il est assorti à l'atmosphère mystérieuse, parfois même menaçante qui règne sur une part importante de l'album. Il y a plusieurs instrumentaux et, même si la majorité des morceaux est chantée, l'album laisse une place importante aux parties instrumentales.

Musicalement, le groupe reste une sorte d'OVNI, mêlant toute sorte d'influences, mais celle du jazz et de King Crimson, toutes périodes confondues, sont assez notables. On pourrait y ajouter la musique classique contemporaine. Nul doute que David Campbell, membre fondateur et compositeur principal de la musique de The Rebel Wheel, apprécie le groupe de Robert Fripp ! Les riffs dissonants, les stridences typiques du guitariste et d'Adrian Belew, son acolyte des années 80/90, sont assez fréquents, avec cependant moins de lourdeur que lors de la dernière période de KC. Mais disons que les rythmes et riffs de guitare saccadés, les ruptures inattendues, comme la section très jazzy avec solo de piano électrique sur "Invitations To The Dance", sont relativement fréquentes. On l'a dit, le jazz constitue une influence assez sensible, probablement plus ici que par le passé. Cela se retrouve dans le jeu de basse, de batterie (qui peut néanmoins être parfois assez puissant) et les parties de saxophone d'Angie McIvor, qui utilise davantage l'instrument que sur "Diagramma".

Curieusement, sur le précédent album, les 5 membres étaient crédités aux claviers et ce n'est plus le cas ici, avec seulement Campbell et la chanteuse/saxophoniste Angie McIvor qui prennent en charge ces instruments. Les claviers, parlons-en, consistent souvent en un mélange d'ancien (orgue Hammond en tête, sonorités de mellotron comme les chœurs et la flûte, sons de types minimoog) et de nouveau (textures orchestrales ou plus modernes, carrément électroniques, douces ou plus agressives). Guy LeBlanc de Nathan Mahl vient aussi jouer un solo de synthé virevoltant sur le menaçant "Scales Of The Ebony Fish", dont le rythme est assez lent et bluesy ! Globalement, la place tenue par ces instruments semble un peu moins importante que sur "Diagramma". Par contre, la basse, qui a toujours été importante chez The Rebel Wheel, l'est encore davantage sur ce nouvel opus, où elle gronde sur une grande partie des titres, ce qui n'empêche pas par ailleurs une certaine virtuosité. Grondante, ainsi pourrait-on qualifier la musique de cet album résolument sombre, au point parfois de devenir pénible pour un auditeur enclin à apprécier une certaine dose de mélodies plus classiques. A ce titre, le morceau le plus long, "Wordplay", est sans doute l'un des moins réussis, la mélodie vocale étant assez difficile à suivre et le mélange des riffs funky et des errances du saxophone allié au rythme changeant mais saccadé aboutit à un résultat plutôt bancal. Par contre, "Settling Of Bones" renoue avec ce côté à la fois atmosphérique et foncièrement original de The Rebel Wheel : pas de percussion, des timbres de synthés venus d'ailleurs, de délicats arpèges de guitare électrique cristalline et, pour une fois, une mélodie lumineuse, légèrement jazzy, chantée par Angie McIvor.

Le plat de résistance de cet album est la longue suite de 30 minutes "The Discovery Of Witchcraft" qui fait un peu écho au morceau-titre du précédent CD, sauf que cette fois-ci, il s'agit plus d'une suite de 7 morceaux clairement identifiés. Celle-ci démarre avec un titre quasiment instrumental, lourd et dissonant, qui voit arriver des parties vocales scandées mais aériennes chantées en duo sur un rythme accéléré. Le long "Madnight" est globalement dans le même esprit avec ses murmures entremêlés, sa basse énorme, ses parties de sax étranges, son solo de guitare débridé et ses synthés glacés, incluant même des sons typés "électro". La variété est de mise néanmoins, et cette suite contient aussi trois sections calmes chantées, relativement courtes, intitulées "Hags" (part 1 – 3) à l'atmosphère plus ou moins mystérieuse, où dominent guitares classique ou électrique au son clair, et claviers aux textures magnifiques, sans percussion. Des répits fort bienvenus entre les autres morceaux plus tendus avant un final instrumental plus brutal, qui se fond dans un "Evil Clocks 2" basé sur des synthés froids aux sons mécaniques et bourdonnants… Une conclusion pour le moins expérimentale !

The Rebel Wheel possède une bonne dose d'originalité et les quatre musiciens sont des instrumentistes très compétents mais leur penchant pour les dissonances et les atmosphères dramatiques, voire inquiétantes, pourra finir par lasser l'auditeur moyen de rock progressif, tandis que celui en quête de musiques plus aventureuses y trouvera certainement son content. Pourtant, David Campbell sait également écrire des pièces magnifiques, plus apaisées tout en conservant une dose d'originalité et de mystère. Peut-être faudrait-il faire pencher la balance un peu plus de ce côté à l'avenir.


Plus d'information sur http://www.therebelwheel.com/



GROUPES PROCHES:
KING CRIMSON, FRANK ZAPPA


LISTE DES PISTES:
01. We Are In The Time Of Evil Clocks (4:50)
02. Klak (5:31)
03. Wordplay (8:21)
04. Scales Of The Ebony Fish (5:15)
05. Settling Of Bones (4:11)
06. The Discovery Of Witchcraft - Pt. 1 Convent 2:28)
07. The Discovery Of Witchcraft - Pt. 2 Hags 1 (2:57)
08. The Discovery Of Witchcraft - Pt. 3 Madnight (6:39)
09. The Discovery Of Witchcraft - Pt. 4 Hags 2 (2:33)
10. The Discovery Of Witchcraft - Pt. 5 Invitation To The Dance (4:26)
11. The Discovery Of Witchcraft - Pt. 6 Hags 3 (2:23)
12. The Discovery Of Witchcraft - Pt. 7 Cavort (3:26)
13. Evil Clocks 2 (2:47)

FORMATION:
Aaron Clark: Batterie
Angie McIvor: Chant / Claviers / saxophone
Claude Prince: Basse
David Campbell: Chant / Guitares / Basse / Claviers / percussion
Guy Dagenais: basse sur 1
Guy Leblanc: invité : synthétiseurs sur 4
Rick Barkhouse: invité : piano électrique sur 10
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
2/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
JEFF BECK: Emotion & Commotion (2010)
GUITAR HERO - Classe et mélancolique, "Emotion & Commotion" est un enchantement à chaque note du maître.
SAGA: Worlds Apart (1981)
ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE REBEL WHEEL
THE-REBEL-WHEEL_Diagramma
Diagramma (2007)
2/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021