ARTISTE:

THE BUTTERFLY EFFECT

(AUSTRALIE)
TITRE:

FINAL CONVERSATION OF KINGS

(2009)
LABEL:

SUPERBALL

GENRE:

ROCK ALTERNATIF

TAGS:
FM
""
NUNO777 (03.06.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Inscrit au catalogue du label Superball Music, un satellite du légendaire label spécialisé dans le prog Inside Out, le groupe australien The Butterfly Effect sort son troisième album, Final Conversation of Kings. Pour fixer les idées et savoir de quoi on parle, sachez que le label SuperBall Music est celui qui a distribué les derniers albums de Pure Reason Revolution et Oceansize. The Butterfly Effect officie donc dans ce que l’on pourrait appeler le rock alternatif à tendance art-rock, très en vogue ces dernières années. Les groupes emblématiques de ce style musical sont Dredg ou bien 30 Seconds To Mars, et les quatre de Brisbane se rapprochent fortement de ces deux groupes, avec quelques touches à chercher du côté de Muse. Tous les albums de ce groupe ont eu un succès certain en Australie, avec à chaque fois de bons classements dans les charts nationaux. De quoi retourne donc ce phénomène qui commence à faire parler de lui de l’autre côté du globe ?

L’influence de Muse, citée en introduction, est patente dès le premier titre de l’album : « Worlds On Fire » avec cette nonchalance caractéristique et l’accélération en fin de morceau. Le travail du guitariste apparaît déjà comme énorme avec un jeu alterné proche de celui d’Oceansize. Ce morceau illustre la relative richesse des compositions de The Butterfly Effect avec cette légère trompette et les multiples détails à la guitare. « Final Conversation » garde cette inspiration Musienne avec son refrain aérien. Le groove du riff d’introduction de « Rooms Without a View », très entrainant et très bien trouvé, ouvre parfaitement la voie au refrain dynamité et euphorisant. La section rythmique abat un travail titanesque pour un rendu très puissant. Cette même puissance inhérente à un groupe comme 30 Seconds To Mars se retrouve tout au long de l’album avec notamment le titre « Windows and the Watcher ».

Sans rentrer dans le détail de tous les titres, qui sont intéressants chacun dans leur style, il convient de s’arrêter sur la remarquable succession de quatre morceaux en milieu d’album, qui représentent l’essence de cet album. Ce quartet infernal débute avec l’indolente « …And The Promise of The Truth » qui laisse exploser son refrain imparable. L’ajout de cuivres donne une couleur assez inhabituelle pour le genre, mais la réussite est évidente. « In These Hands » (morceau particulièrement bien choisi en tant que single radiophonique) est à mon sens la bombe de cet album de par son excellent refrain. Le travail du guitariste est solide et les enchainements de petites notes doublées donnent un élan qui trouve son apogée lors du refrain. A coup sûr, la chanson du mois ! « 7 Days » quant à lui démarre sur une succession de larsens contrôlés et un couplet en faux rythme. Le refrain rapproche une nouvelle fois The Butterfly Effect de 30 Seconds To Mars, dans un cocktail composé de la puissance des accords et de chants. Nous n’avons encore rien dit du chanteur Clint Boge qui porte avec talent les compositions des australiens avec une voix qu’il sait moduler à souhait. Enfin, « Rain » et son début très toolesque exploite tout le savoir des musiciens pour nous emmener, une fois encore, vers un refrain de toute beauté.

Peu de temps morts ou de faiblesses pour ce nouvel album d’un groupe qui commence à jouir d’une certaine expérience. Les formats sont courts, les mélodies sont travaillées et tellement évidentes. Effet garanti à l’approche de l’été. Le choix de ne pas proposer de ballades (« Sum of 1 », et encore…) est judicieux dans le sens où cela ne ralentit pas un disque qui se veut immédiat et assez court. C’est donc 42 minutes de rock alternatif pur jus qui ravira les plus exigeants des mélomanes, car la foultitude de détails harmoniques présents dans cette œuvre rend celle-ci appréciable sur le long terme. Sans révolutionner le genre, The Butterfly Effect nous propose un très honnête Final Conversation of Kings, riche en mélodies et d'une vitalité surprenante.


Plus d'information sur http://www.thebutterflyeffect.com.au/final-conversation-of-kings/news.php





LISTE DES PISTES:
01. Worlds on Fire 07:04
02. Room Without a View 04:12
03. Final Conversation 03:22
04. The Way 04:21
05. Window and the Watcher 03:21
06. ...And the Promise of the Truth 03:51
07. In These Hands 03:49
08. 7 Days 05:09
09. Rain 04:07
10. Sum of 1 03:09

FORMATION:
Ben Hall : Batterie
Clint Boge : Chant
Glenn Esmond : Basse
Kurt "Flirty K" Goedhart : Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
DIALETO: Will Exist Forever (2008)
ROCK ATMOSPHERIQUE -
UNANIMATED: In The Light Of Darkness (2009)
DEATH METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021