ARTISTE:

ELECTRIC SWAN

(ITALIE)
TITRE:

ELECTRIC SWAN

(2008)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

HARD ROCK

TAGS:
Old School, Planant, Psychédélique
""
NESTOR (11.05.2009)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Surprenante que cette scène italienne, capable de nous sortir régulièrement d’excellents groupes dans des styles déjà établis. Après un Rhapsody abonné au style du Speed symphonique, Lacuna Coil dans le métal gothique, Moongarden dans le Rock progressif, Bullfrog dans le Hard US des années 70, nos voisins transalpins nous sortent Electric Swan qui donne dans le Rock psychédélique. Cependant comme pour ses ainés précités, il serait injuste d’assimiler Electric Swan à un copieur ou à un suiveur, tant la qualité et l’inspiration semblent au rendez vous.

Le groupe est né à l’initiative du guitariste Lucio Calegari, ex « Wicked Minds » et donne dans un Rock lourd très influencé de la scène psychédélique et Rock des années 70. Si les ombres d’Iron Butterfly, War Horse, Wicked Lady, Frumpy, Atomic Rooster, Deep Purple…, planent indéniablement sur Electric Swan, on sent tout de même la volonté du groupe de privilégier les éléments Rock et Doom de sa musique au détriment des aspects planants et psychédéliques de ces prédécesseurs.

Dès les deux premiers morceaux, « In The Hush Of Daze » et « Electric Swan », le décor est planté : les guitares sont omniprésentes, les riffs agressifs, la voix mixée en retrait. Si cette entame est bien représentative du style pratiqué par le groupe elle est cependant assez convenue et sans grande surprise. Ce n’est qu'à partir de « Your Love Been So Good To Me », que les choses deviennent plus intéressantes. Pour cette reprise de Ruth Copeland, c’est Sophya Baccini (Présence) qui prête sa puissante voix. Même si celle-ci est malheureusement également sous mixé, la magie commence à opérer et ce titre nous plonge dans le Rock de la fin des années 60. L’ombre de Janis Joplin n’est pas bien loin et l'on regrette vraiment que le chant ne bénéficie pas d'un peu plus de puissance.

Deux instrumentaux sont présents sur l’album ; « Eleventh Angel » et « Calibro ». Ce dernier est une belle réussite qui voit les claviers de type Mellotron et orgue Hamond s’en donner à cœur joie. « Beyond The Rising Sun » fait indéniablement penser à un Wicked Lady assagit ; le morceau commence en douceur pour s'emballer dans sa deuxième partie avec de grosses guitares partant dans tous les sens. La tonalité de la voix du chanteur Luca Rancati fait alors penser à Paul Di Anno (Iron Maiden).

L’album avance crescendo avec les excellents « Crossing The Line », « Apollo’s Dream », « Redwitch » et la reprise de « Teaser » de l’ancien guitariste de Deep Purple, Tommy Bolin. Sur tous ces titres, les mélodies sont servies par un déluge de guitares souvent mises en valeur par des parties plus calmes durant lesquelles on s’aventure parfois vers des sonorités progressives. Pas de panique, ces accalmies ne durent jamais très longtemps et l’on est bien plus proche de Monster Magnet que de Rush. Si le style ce veut rugueux et brut par essence, la production est elle très propre. Trop propre même, pourrait on dire. Un peu plus de réverbération et de distorsion n’aurait pas fait de mal.

Le disque se termine sur une version très personnelle du « Creeping Death » de Metallica. Le tempo y est très lent et lourd, l’ambiance plus Rock, notamment du fait de la batterie. Le groupe s’affranchit parfois totalement de la mélodie originale pour partir dans des directions que la bande à Ulrich n’avait certainement pas envisagée : un très grand moment.

Si ce disque est jouissif et varié, il n’est toutefois pas exempt de défauts. A commencer par une entame un peu faible (les titres 1, 2 et 4) et une mise en avant des guitares qui, si elle est inhérente à ce style, se fait un peu trop au détriment du chant. Mais pour un premier essai, ces imperfections doivent plus être perçues comme des possibilités d’améliorations que comme de véritables tares propres à cette formation très prometteuse. Vous aimez Monster Magnet ou les Atomic Rooster ? Les sons trop propres vous talquent les fesses ? Vous regrettez de ne pas avoir connu l'âge d'or des 70's ? Sans aucun doute, ce disque est fait pour vous.


Plus d'information sur http://www.myspace.com/electricswan



GROUPES PROCHES:
DESERT WIZARDS


LISTE DES PISTES:
01. In The Hush Of Daze - 05:01
02. Electric Swan - 05:24
03. You Love Been So Good To Me - 03:53
04. Eleventh Angel - 03:40
05. Beyond The Rising Sun
06. Calibro 9 - 03:51
07. Crossing The Line - 06:00
08. Redwitch - 05:50
09. Teaser - 04:17
10. Apollo's Dream - 06:51
11. Creeping Death - 10:20

FORMATION:
Edoardo Giovanelli : Basse
Enrico Garilli: Basse
Luca Rancati : Chant
Lucio Calegari : Guitares
Paolo Negri : Claviers
Ricky Lovotti : Batterie
Sophya Baccini: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
TOO SLIM & THE TAILDRAGGERS: Free Your Mind (2009)
BLUES -
MINDFLOWER: Little Enchanted Void (2009)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ELECTRIC SWAN
ELECTRIC-SWAN_Swirl-In-Gravity
Swirl In Gravity (2012)
4/5
-/5
BLACK WIDOW / HARD ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022