ARTISTE:

PRETTY WILD

(SUÈDE)
TITRE:

ALL THE WAY

(2009)
LABEL:

SWEDMETAL

GENRE:

HARD ROCK

TAGS:
FM
"Ces jeunes gens mettent du cœur à l’ouvrage en vous assénant des mélodies facilement mémorisables"
LYNOTT (27.03.2009)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Quand on est chroniqueur sur un site sérieux comme MW, il faut s’attendre, même si on fait son travail avec application, à ce qu’un des Administrateurs du site corrige un jour vos bourdes. Alors, les punitions tombent (« …tu chroniqueras le nouvel album live de Patrick Sébastien, vermine de chroniqueur… », « …tu me feras un Pater (Gabriel bien sûr) et trois Ave, les genoux sur un costume de scène de Bob Halford, misérable scribouillard… »). Mais ce sont des maux pour des biens, car sans la vigilance de ces sentinelles incorruptibles et indéfectibles, la réputation d’un site peut s’effondrer comme un château de cartes.

Voici, fictivement, et pour leur rendre un hommage mérité, un aperçu de leur indispensable travail, ce, à travers une chronique de l’opus tout récent d’un petit groupe qui risque fort de faire parler de lui, ci-devant vous les dénommés Pretty Wild.

Le chroniqueur :
Amoureux transits des sons Glam/Sleaze/Hard Rock des 80’s, vous pouvez ranger pour un temps vos vinyles usagés de Ratt, Poison et autres Van Halen et prendre quelques minutes pour jeter une oreille attentive sur le premier album de ce nouveau groupe suédois qui porte le nom plutôt sympathique de Pretty Wild.

L’Administrateur :
Déjà deux inexactitudes dans ton premier paragraphe petit scarabée. Pour commencer, « All The Way » n’est pas un album, mais un EP, secondement, ce groupe n’est pas nouveau, puisqu’il a trois ans d’âge et a déjà tourné depuis lors en Europe et aux States notamment dans les célèbres Roxy Theatre et Whiskey A Go Go. Ceci méritant châtiment, prépare tes antennes à écouter, en boucle, mécréant coléoptère, « On va finir à Poil » en copiant 200 fois ‘’Patrick Sébastien est un artiste’’ sur ton petit cahier de punitions.

Le chroniqueur :
Cet EP (le chroniqueur de base peut fauter, mais il assimile rapidement…les châtiments portant leurs fruits) de six titres fleure bon la joie de vivre des années bénies, leur écoute dessinera un large sourire sur votre visage tant ces jeunes gens mettent du cœur à l’ouvrage en vous assénant des mélodies facilement mémorisables, très catchy et des parties musicales sautillantes d’énergie à revendre.

L’Administrateur :
Encore une bourde misérable engeance, cet EP ne contient pas six titres, mais bien huit. Tu as simplement écouté la version américaine et ignoré la version européenne qui comporte deux titres en plus, et quels titres ! Premièrement une reprise d’un des morceaux présents sur cet album mais en version balade, le très habile (et très Europe) « Let The Good Times Roll », secundo, l’énergique reprise live d’une autre des chansons de l’opus, le très festif « Dangerous ». Toute faute méritant une expiation, comme toute peine mérite salaire (Et ne te rebelle pas ! Je sais que tu n’es pas payé !), tu te rendras, maquillé et habillé d’un tutu rose à la convention des ‘’fans ultimes de Manowar’’ et n’oublie surtout pas ta pancarte ‘’la Manowar-Team c’est rien que des tarlouzes‘’.

Le chroniqueur :
Beaucoup de fraîcheur donc dans cette production, mais aussi un côté ‘’old fashioned’’ qui vous donnera envie d’ouvrir une bière et de conduire une belle décapotable dans les rues de L.A. au soleil couchant. Alors certes, rien de bien original ici, « Take it Off » évoque Van Halen avec force mais déclenchera forcément en vous l’headbanging bien connu, « Shockin’ Teen » vous rappellera les compères de Ratt mais vous secouera la tignasse, « Time » se rapproche de Mötley Crüe mais appellera immanquablement votre bras à se tendre et votre poing à se serrer, bref, que du bonheur pour les amateurs. Pour les réfractaires aux clichés musicaux et visuels (beau travail sur le look), passez votre chemin sans regret.

L’Administrateur :
Vil gastéropode, combien de fois faudra-t-il te dire que la chronique titre à titre est à bannir, sois plus littéraire, aie un peu d’imagination que diable ! Mais je vais être clément avec toi, escargot baveur, je vais juste me contenter d’un cirage de pompes pour avoir embelli cette mièvre chronique de mes remarques pertinentes. Allez zou, au chiffon et à la brosse, disciple !

Le chroniqueur :
Merci Maître. Comment devient-on Maître, Maître ?

L’Administrateur :
On le naît, minus, on le naît simplement.

Cette chronique, malgré les éventuelles apparences, a été guidée par toute la sympathie sincère que j’éprouve pour mes collègues du corps des Administrateurs et n’a pas été écrite sous la menace (pas taper ! aie !).


Plus d'information sur http://www.myspace.com/prettywildrocks



GROUPES PROCHES:
POISON, MR BIG, RATT, VAN HALEN

LISTE DES PISTES:
01. All The Way - 2:52
02. Time - 4:05
03. Let The Good Times Roll - 3:37
04. Shockin Teen - 3:49
05. Dangerous - 2:58
06. Take It Off - 3:36
07. Let The Good Times Roll (alternate Mix) - 4:18
08. Dangerous (live In L.a.) - 3:45

FORMATION:
Ivan (Ivve) Höglund: Chant
Johnny Benson : Batterie
Kim Chevélle : Basse
Krizzy Field : Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 

"Ecoutez "Smash" de Clint Slate !"
AUTRES CHRONIQUES
KROKUS: Round 13 (1999)
HARD ROCK -
HOURGLASS: Oblivious To The Obvious (2009)
METAL PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021