DEATHSTARS

(SUÈDE)

NIGHT ELECTRIC NIGHT

(2008)
LABEL:

NUCLEAR BLAST

GENRE:

METAL INDUSTRIEL

TAGS:
Chant éraillé, Electro
""
HYPERUNKNOWN (03.12.2008)  
3/5
(1) Avis (0) commentaire(s)
Dans cet impressionnant vivier que représente la scène métal suédoise, Deathstars réussit depuis quelques années à tirer son épingle du jeu ; preuve à l'appui la sortie du troisième opus restant dans une veine métal indus que les principaux intéressés préfèrent qualifier pour leur part de Death-glam.

Fort du succès rencontré par "Termination Bliss" quelques trois ans plus tôt, les cinq épouvantails, fardés de nouveau à la truelle et parés de leurs plus beaux costumes en latex, remettent le couvert avec un "Night Electric Night" qui au final ne constituera pas une réelle révolution dans leur carrière. En effet, les éléments autrefois côtoyés et caractéristiques du groupe tels que d'imposantes nappes de claviers, de grosses distorsions et les scandements d'Andreas Bergh sont encore employés à profusion. Du coup, l'éternel rapprochement, encombrant mais légitime, entre la musique des scandinaves et celle des allemands de Rammstein risque de ressortir à nouveau. Peut-être la faute devrait être cherchée du côté de Stefan Glaumann, en charge du mixage et de la production des deux groupes.

Moins impétueuse que celle de la célèbre formation teutonne (excepté peut-être l'éponyme "Night Electric Night"), la musique de Deathstars prodigue tout de même un mélange heureux entre l'ardeur du duo riffs-chant éraillé et la relative délicatesse des claviers. Ces derniers (sous la forme de synthé, piano, orgue ou chœurs) donnent d'ailleurs une réelle consistance et une certaine profondeur à cet album car souvent employés à bon escient notamment en termes de musicalité.

De leur côté, les refrains se retiennent avec une facilité qui pourrait faire pâlir plus d'un musicien. Dans ce domaine là, il est plus question d'efficacité que de technique. A titre d'exemple, derrière le micro, Andreas Bergh a tout de même peu d'occasion de montrer ses talents de chanteurs, préférant la moitié du temps réciter énergiquement ses textes (à la limite presque d'un animateur de télé-achat comme sur " The Mark Of The Gun ") plutôt que d'afficher un potentiel que l'auditeur ne pourra que supposer.

Ici point d'épopée progressive, les onze titres sont calibrés autours des quatre minutes pour une écoute certes appréciable mais peut-être pas réitérée ad libitum. Certains titres méritent une attention plus particulière ("Chertograd" ou "Night Electric Night" par exemple) et d'autres beaucoup moins comme la pseudo-ballade " Death Dies Hard" pêchant par une trop évidente facilité.

Deathstars propose avec "Night Electric Night" un bel objet plutôt convaincant, sans une véritable originalité mais qui permettra sans nul doute aux suédois de rester dans peloton de tête du genre.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Chertograd - 04:45
02. Night Electric Night - 04:04
03. Death Dies Hard - 03:21
04. The Mark Of The Gun - 04:02
05. Via The End - 04:07
06. Blood Stains Blondes - 03:15
07. Babylon - 04:18
08. The Fuel Ignites - 04:01
09. Arclight - 04:35
10. Venus In Arms - 04:02
11. Opium - 03:43

FORMATION:
Andreas Bergh: Chant
Cat: Guitares
Emil Nödtveidt: Guitares / Claviers
Jonas Kangur: Basse
Ole Öhman: Batterie
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
PASCALJ
22/01/2009
  0 0  
3/5
On ne peut éviter la comparaison avec Rammstein. Mêmes rythmiques, mêmes nappes de claviers, seul le chant, légèrement death par moments, les différencie vraiment.
Comme le souligne la chronique, point d'innovation, mais des titres d'une terrible efficacité.
Refrains accrocheurs et envie monstrueuse de taper du pied font que cet album trouvera son public sans problème.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
1/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
DEATHSTARS : NOUVELLE VIDEO
 
AUTRES CHRONIQUES
LYNYRD SKYNYRD: Second Helping (1974)
ROCK - Bien que la trame musicale de "Second Helping" demeure très proche de "Pronouced… ", ce deuxième album, en plus de confirmer tout le talent de Lynyrd Skynyrd, s’inscrit logiquement comme une suite aussi complémentaire qu’indispensable.
JACK FOSTER III: Jazzraptor's Secret (2008)
ROCK PROGRESSIF -
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DEATHSTARS
DEATHSTARS_Everything-Destroys-You
Everything Destroys You (2023)
4/5
-/5
NUCLEAR BLAST / METAL INDUSTRIEL
DEATHSTARS_Termination-Bliss
Termination Bliss (2006)
4/5
3.5/5
NUCLEAR BLAST / METAL INDUSTRIEL
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024