ARTISTE:

TONY BANKS

(DEFAULT)
TITRE:

A CURIOUS FEELING

(1979)
LABEL:

CHARISMA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Mélancolique, Old School
""
ABADDON (05.09.2008)  
2/5
(3) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

1979. Peter Gabriel a quitté le navire Genesis et a déjà sorti deux albums. Trois ans plus tard, il est suivi par Steve Hackett, qui fait paraître cette même année son troisième opus solo, "Spectral Mornings", à peu près en même temps que le premier ouvrage de Mike Rutherford, le remarquable "Smallcreep’s Day". Phil Collins attendra quant à lui encore deux ans avant de se lancer dans la carrière que l’on sait.

Ainsi tous les membres d’un des groupes les plus célèbres - et fondateurs - de la musique progressive commencent à voler de leurs propres ailes, d’ailleurs pas forcément séparément : Collins tient la batterie chez Steve et Peter (III), Mike se retrouve avec Phil sur le premier album d’un autre ancien de Genesis, le guitariste Anthony Phillips. ainsi que sur "Voyage of the Acolyte" de Steve, bref les ponts sont loin d’être coupés.

1989 - c’est donc une année après "And Then There Were Three" - Tony Banks fait à son tour le grand saut avec "A Curious Feeling". Il se passe des services des membres de Genesis, assure bien sûr les claviers mais aussi les guitares et la basse, et fait appel à Chester Thompson, déjà batteur de session sur "Second’s Out". Les vocaux sont confiés à Kim Beacon, chanteur de String Driven Thing, un groupe de folk progressif écossais.

Décortiquer un album solo d’un membre d’un groupe phare est pour le fan une mine de renseignements, surtout dans le cas de Genesis. Car jusqu’à "The Lamb ... ", les compositions étaient toujours signées collectivement. Tony Banks a très fortement marqué de son empreinte les deux albums suivants, cosignant tous les titres sauf un et composant tout seul des morceaux remarquables comme "Mad Man Moon", "Trick of the Tail", "One for the Vine", "All in a Mouse’s Night" et "Afterglow". Variété dans les thèmes, richesse des compositions, résolument progressif ou efficacement musical, toujours remarquablement harmonique, c’est très peu de dire que le style Banks - s’il y en a un - est unanimement salué. Tout le monde attendait donc ce "Curious Feeling" comme un fantasme longuement caressé ...

Alors, oui, bien sûr, le fan ne sera pas déçu par le côté harmonique de l’album. Les compos sont placées sous le signe de la mélancolie, le plus souvent sur des gammes mineures et sont soulignées par un piano au son très particulier - le même son qui ouvre "Mad Man Moon" ou "One For the Vine".

Là où le bât blesse, c’est que l’album manque globalement de dynamisme, et cruellement. Chester Thompson, dont la batterie est mixée très en arrière, est largement sous-employé. Le chanteur Kim Beacon assure ses partitions sans grand relief ("Lucky Me", anesthésiant). L’arrangeur Tony Banks arrive rarement à trouver les moyens d’insuffler une âme ou une énergie à ses propres compositions : nous arrivons donc à trouver des morceaux sans intérêt, comme "In the Dark", berceuse molle, "Forever Morning", très scolaire, "For a While", qui aurait pu rejoindre d’autres mornes titres dans le terne "And Then ... ", ou "the Waters of Lethe", dépressif comme du Vangelis sous 'lexomil'. Jusqu’au morceau-titre qui possède un thème bien poussif et une rythmique très pauvre, et bien mal mis en valeur par des arrangements étouffants ...

Et pourtant tout n’est pas à jeter dans ce "Curious Feeling". Car le génie de Banks est bien présent, notamment dans l’excellente suite "The Lie / After the Lie" ; un ton très mélancolique, une transition toute en finesse entre les deux parties, qui préfigure celle de "Domino", des résonnances de "Trick of the Tail", de jolis passages planants, de subtils arrangements, un vrai souffle épique et un chouette solo de synthé bien enlevé (pour une fois) pour la fin font de ce diptyque un titre tout à fait digne de figurer dans une anthologie de Tony.

Bonne réussite aussi sur la fin de "You", où les claviers s’envolent enfin après un début assez anonyme. Et une quasi-réussite pour "Somebody Else’s Dream", dont la rythmique appuyée tranche avec le reste de l’album. Une belle entame, et puis l’auditeur regrette que le chanteur soit si 'correct' sur des vocaux qui auraient demandé une accroche plus agressive. Et, à l’écoute de ce titre, l’auditeur comprend ce qui cloche presque tout au long de l’album : trop lisse, trop domestiqué, pas assez déjanté. Ce défaut va poursuivre Tony tout au long de sa carrière, prouvant que son génie harmonique avait besoin du soutien de Mike pour les arrangements, ou de Steve pour les ambiances, et même de Phil pour le dynamisme et l’humour. Tony Banks, un génie harmonique trop sérieux ?


Plus d'information sur



GROUPES PROCHES:
-


LISTE DES PISTES:
01. From The Undertow
02. Lucky Me
03. The Lie
04. After The Lie
05. A Curious Feeling
06. Forever Morning
07. You
08. Somebody Else's Dream
09. The Waters Of Lethe
10. For A While
11. In The Dark

FORMATION:
Chester Thompson: Batterie
Kim Beacon: Chant
Tony Banks: Guitares / Basse / Claviers / Percussion
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
TOPPROG
15/11/2011
360
  0 0  
2/5
Après les réussites d'Hackett et Rutheford en solo c'est Tony Banks le ténébreux et fabuleux claviériste de Genesis qui s'y jette. Il assure seul les claviers et guitares et se fait acompagner seulement de Chester Thompson le fameux batteur qui à l'époque accompagne Genesis dans sa tournée (Collins étant définitivement frontstage) et de Kim Beacon un chanteur inconnu qui le restera! Peut-etre est-ce un peu à cause de sa voix un peu passe-partout, limite fade, que ce disque distille un curieux sentiment d'ennui à son écoute. Non pas que ce soit mauvais, mais c'est la plupart du temps mou (étonnant avec le batteur issu du jazz-rock!), voire lourd (Somebody Else's Dream) et à aucun moment le disque ne décolle et on s'ennuie ferme. Les sons de synthé sont beaux mais ne se démarquent pas assez de ceux déja entendus dans "And then they were 3" le dernier opus de Genesis sorti l'année d'avant (et fort décevant pour les fans de l'époque...). Les morceaux sont jolis, sans plus, la couleur et les rythmes assez monochromes à l'image de la peinture de la pochette. Là où Hackett avait sorti une comète et Rutherford une perle, Banks échoue, ce fut pour moi une déception.. Le futur le prouvera :Banks sera le seul à ne pas exister musicalement hors Genesis, ce disque est un signe malheureusement!
REALMEAN
25/11/2010
  0 0  
4/5
Une surprise de taille; mon attachement pour cet album n'a jamais été pris en défaut. Et avec le recul, il est d'autant plus conforté. Au départ, je m'étais dit seulement, "tiens, voyons ce que Tony est capable de composer en solo", sans grande conviction.
Et aujourd'hui, je m'aperçois non seulement que cet album n'est pas "genesien", mais qu'il ne ressemble pas non plus à ce que T Banks a produit par la suite.
C'est pour moi un ovni dans la saga des ex de la bande à Genesis: un esprit progressif, mais sans la mise en forme qui devrait aller de paire: une tonalité vocale plutôt neutre, une sonorité sans relief particulier, une musique manquant (en apparence) de contraste.
Et pourtant, je ne saurai pas expliquer pourquoi, mais pour moi la recette fonctionne étonnamment bien. Ce "Curious feeling" est l'un des albums les plus étranges et les plus progressifs à la fois qui m'aient été donnés de découvrir.
En effet, il s'agit bien là d'un "sentiment curieux". Mais un coup de cœur indéniable, qui ne s'est pas affadi avec le temps. "Curious feeling" fait partie des galettes que je vais régulièrement piocher dans mon étagère à CD pour aller nourrir mon lecteur. Pour longtemps encore je l'espère.

PROGGI
08/09/2008
  0 0  
2/5
Je partage entièrement l'avis d'abaddon sur ce disque qui a passé beaucoup de temps sur ma platine à sa sortie, mais qui a vu le diamant se focaliser sur "The Lie/After the Lie", véritable perle de l'album (le solo de la fin, évidemment). Tony Banks, architecte mais pas décorateur ni animateur, est l'homme de Genesis. Sa carrière solo, c'est Genesis. Quand on sait que cet album est son meilleur (la suite sera difficile à supporter...), on se dit qu'il aurait peut-être du en rester à Genesis ou créer un autre groupe, ce qu'il n'a semble-t-il jamais envisagé. Mon admiration pour le musicien n'a pas souffert de cette carrière solo, car personne n'est parfait et que Tony Banks a tellement fait pour Genesis que cela se suffit à soit même.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.2/5 (4 avis)
STAFF:
2.5/5 (6 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
MASSACRA: Enjoy The Violence (1991)
DEATH METAL -
EPHRAT: No One's Words (2008)
METAL PROGRESSIF - No One’s Words n’est pas une œuvre de métal progressif de plus, car bien qu’empreinte de la plupart des codes que ce courant musical dicte, elle développe de nombreuses et brillantes idées.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT TONY BANKS
TONY-BANKS_Strictly-Inc-
Strictly Inc. (1995)
4/5
-/5
VIRGIN / ROCK
TONY-BANKS_Still
Still (1991)
3/5
-/5
VIRGIN / POP
TONY-BANKS_Bankstatement
Bankstatement (1989)
4/5
-/5
VIRGIN / POP
TONY-BANKS_Soundtracks
Soundtracks (1986)
3/5
-/5
CHARISMA / ROCK PROGRESSIF
TONY-BANKS_The-Fugitive
The Fugitive (1983)
2/5
3/5
VIRGIN / POP
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023