ARTISTE:

ROYAL HUNT

(DANEMARK)
TITRE:

COLLISION COURSE (PARADOX II)

(2008)
LABEL:

FRONTIERS RECORDS

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Chant aigu, Epique, FM, Symphonique
""
MARC M (13.05.2008)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Royal Hunt en est aujourd'hui à plus de 14 ans d'existence et à son quatrième chanteur. André Andersen, toujours aux commandes (il est encore l'auteur exclusif de 100% de la musique et des paroles) a renouvelé une bonne partie de son équipe. Seul le batteur Allen Sorensen (qui était un invité sur Paradox en 96) demeure de la formation précédente. Envolé le très bon guitariste Jacob Kjaer, disparu aussi le bassiste Steen Mogensten (qui aura préféré s'exprimer dans son projet de metal mélodique, Cornerstone). Marcus Jidell (guitare, violoncelle) est un bon guitariste mais ne fera pas oublier Kjaer. C'est Per Schelander, compositeur principal du groupe hard/AOR House of Shakira, qui tient la basse. Et enfin, pour remplacer le chanteur John West, qui aura persisté le plus longtemps, voici Mark Boals, un revenant dont on avait totalement perdu la trace depuis la fin (non officielle) de l'aventure Ring Of Fire, son très bon groupe de metal progressif formé avec Tony McAlpine et Virgil Donati, entre autres.

Nouveau départ donc pour le chanteur que l'on a déjà retrouvé il y a très peu de temps sur le projet de Magnus Karlsson, The Codex, et qui chantera aussi sur le prochain album d'Uli Jon Roth à paraître cette année. Nouveau look aussi : Boals affiche une barbe bien taillée, ses longues boucles rousses sont cachées par un de ces bandeaux de pirates assez ringards et ses yeux sont derrière des lunettes noires. La voix reste l'une des meilleures de tout le genre métal, comme il le prouve sur "Collision course", un album qui le voit utiliser toute l'étendue de son très large registre. Boals chante souvent plus grave qu'à l'habitude sans pour autant oublier de monter de temps en temps dans les aigus, voire de nous faire quelques passages dans des suraigus d'une puissance incroyable qui ont fait sa réputation depuis "Trilogy" avec Yngwie Malmsteen. En fait, on se passerait très bien de ces effets d'un goût discutable mais heureusement ici, c'est le registre medium qui prédomine.

Ce "Collision course" avait été annoncé par le label Frontiers Records (encore un changement) comme "Paradox II", autrement dit la suite de cet album concept de 1996 qui est l'un des plus réussis du groupe, si ce n'est LE plus réussi, d'ailleurs. Les questions de religion et des guerres qu'elle peut engendrer sont évoquées tout au long de "Collision course". Un thème d'actualité pas très plaisant mais qui convient bien au caractère sombre et très puissant de la musique.

Musicalement, Andersen ne s'est pas spécialement renouvelé. Un défaut du claviériste est de composer en privilégiant le côté puissant et les tempos linéaires et assez rapides. C'était particulièrement flagrant sur "The mission" et "Fear", un peu moins sur "Eyewitness" et "Paperblood". "Collision course" a beau contenir encore une majorité de titres plus ou moins dans cette veine, une bonne partie de l'album sort de ces sentiers battus et rebattus et c'est là que l'on trouve les meilleurs moments.

Cette fois encore, l'album, long de 51 minutes environ pour 10 morceaux, ne laisse que peu de répit à l'auditeur, mais les tempos sont peut-être plus variés que sur "Fear" ou "The Mission", entre autres. Par rapport aux derniers albums, il y aurait un léger retour de quelques influences classiques un peu plus nettes et aussi des parties instrumentales plus brillantes (notamment quelques duels guitare-clavier) mais pas de morceau totalement instrumental, justement (à la différence de "Paper blood").

La production est tonitruante mais le son est peut-être justement un peu trop puissant et manque de nuances et de contrastes. Les soli de guitare et de claviers ne sont parfois pas assez mixés en avant, et on aurait aimé au moins une belle ballade, un morceau lent de bout en bout. Il y a bien quelques passages calmes, comme le début du magnifique "High noon at the battlefield" qui récèle pas moins de 3 parties en moins de 4 minutes, avec un hymne puissant bâti sur un riff de guitare aussi simple que prenant, en plein milieu. Il s'agit sans doute d'un des sommets de l'album, avec l'introductif "Principle of paradox", très symphonique et largement instrumental, "The clan" avec ses parties solistes imbriquées et le plus long "Tears of the sun". On note même quelques thèmes orientalisants ici et là, une petite innovation chez RH.

André Andersen ferait bien, par contre, de choisir des textures de claviers un peu moins froides et plus réalistes… Même si elle sont belles, elles donnent une teinte un peu artificielle à certains morceaux. Deux musiciennes classiques ajoutent violon et violoncelle à certaines parties, sans que ce soit bien évident. L'une d'elle chante un peu également. D'ailleurs, il y a plusieurs chanteurs et chanteuses invités qui interviennent ici et là, notamment Henrik Brockmann, le premier chanteur du groupe, Doogie White (ex-Rainbow, avec Cornerstone), Kenny Lubcke (Narita) et aussi me semble-t-il, John West, chaudement remercié mais pourtant non crédité, pour juste une ligne ou deux du dernier morceau Chaos A.C., qui conclut en une courte apothéose cet album somme toute plaisant et accrocheur, certainement l'un des plus puissants qu'ait jamais fait le groupe.


Plus d'information sur http://www.royalhunt.com



GROUPES PROCHES:
ANDRE ANDERSEN, KAMELOT, SILENT FORCE


LISTE DES PISTES:
01. Principles Of Paradox [5:42]
02. The First Rock [4:47]
03. Exit Wound [6:29]
04. Divide And Reign [5:25]
05. High Noon At The Battlefield [3:57]
06. The Clan [4:39]
07. Blood In Blood Out [6:04]
08. Tears Of The Sun [6:00]
09. Hostile Breed [5:07]
10. Chaos A.c [3:25]

FORMATION:
Allen Sorensen: Batterie
Andre Andersen: Claviers
Marcus Jidell: Guitares / Violoncelle
Mark Boals: Chant
Per Schelander: Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.5/5 (2 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
ROYAL HUNT: Les détails sur 'Dystopia'
 
AUTRES CHRONIQUES
POISON: Look What The Cat Dragged In (1986)
HARD ROCK -
BROTHER FIRETRIBE: Heart Full Of Fire (2008)
A.O.R. - Onze titres, onze tubes de hard FM
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ROYAL HUNT
ROYAL-HUNT_Dystopia
Dystopia (2020)
5/5
4/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
ROYAL-HUNT_Clown-in-the-mirror
Clown In The Mirror (2018)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
ROYAL-HUNT_Cast-In-Stone
Cast In Stone (2018)
2/5
3/5
AUTRE LABEL / METAL PROGRESSIF
ROYAL-HUNT_Cargo
Cargo (2016)
3/5
-/5
FRONTIERS RECORDS / METAL PROGRESSIF
ROYAL-HUNT_Devil´s-Dozen
Devil´s Dozen (2015)
3/5
3.3/5
FRONTIERS RECORDS / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021