ARTISTE:

H.I.M.

(FINLANDE)
TITRE:

VENUS DOOM

(2007)
LABEL:

WARNER

GENRE:

METAL GOTHIQUE

TAGS:
FM
"Cet opus n’est pas une franche réussite, mais il comporte tout de même un bon nombre de passages tout à fait sympathiques"
LYNOTT (09.05.2008)  
2/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Voici maintenant deux ans que les fans attendaient le nouvel album des finlandais, soit largement le temps de cicatriser après s’être fait tatouer le légendaire Heartagram, symbole de ralliement d’HIM, composé d’un cœur et d’un pentagramme et imageant le contraste entre la vie et la mort ou l’amour et la haine…le Love Metal quoi !...ouais ben on n’est pas loin de la rupture du cervelet là…

Enfin voilà, c’est fait, 2007 fût l’année du sixième album d’HIM !...Venus Doom l’album du renouveau en quelque sorte, car en effet, Ville Valo sort d’une cure de désintoxication (purification, renaissance, le phénix, ses cendres, etc, etc…). Comme il est le compositeur principal de l’opus et qu'il tient le micro, vous aurez deviné que ça gambade pas dans la prairie façon « la famille Inggals »…

Quelle est donc cette recette proposée par HIM ? Le terme de Love Metal n'étant pas très parlant pour tout le monde, une petite explication parait nécessaire.
Pour situer le genre, fendons-nous d’une petite remarque préliminaire : il est quand même très pratique de cataloguer sa musique dans un genre nouveau, cela permet de tout y fourrer sans qu’il soit question de fourre-tout. La recette est à la fois simple (on ne choisit pas son camp) et compliquée (il faut rester crédible dans chaque style abordé). Je vous la livre à la volée : prendre des mélodies Pop fidèles à l’esprit d’Elvis Costello (période "Oliver’s Army"), des riffs doomy à la Iommy, des passages hantés façon Black Metal (certains breaks), quelques riffs vaguement Neo Metal, des musicalités inspirées parfois de Coldplay, des solos inattendus de pur Heavy Rock, des passages structurés et longs façon Metal Progressif et des mélopées dentelées pour minettes en vadrouille romantique, shaker le tout frénétiquement pour bien homogénéiser l’ensemble et vous obtenez, prêt à déguster, le breuvage spécial HIM.

Alors, vous me direz, très finement, que chaque médaille à son revers, chaque avantage son inconvénient et chaque potage sa coucougnette et vous auriez raison, très futé lecteur. Car dans la grande série de « qui trop embrasse mal étreint », nos amis finlandais parviennent à réussir l’exploit d’attirer l’attention de l’amateur de mélopées enlevées tout en énervant le fan invétéré de doom qui éructera sur ces arabesques niaiseuses pour jeunes filles en fleurs, puis fera monter la bile aux lèvres du susnommé maniaque de sons FM à chaque détour de passages frankensteiniens tout en faisant bouillir la sève du précité adorateur Sabathien de base. Tout ceci, en même temps, en provoquant le même sentiment façon « montagnes russes » chez les légions de Popophiles, Hardrockophiles, Heavyrockophiles, voire Progophiles. Une sacré performance, il faut bien le dire !
Oui mais voilà, les structures donnent trop souvent l’impression de chercher la figure imposée de l’opposition (encore une fois) entre le côté lancinant (souvent doom) des couplets et la face un tantinet plus guillerette (souvent Pop) des refrains. Le problème, c’est que les uns et les autres ne sont que très rarement réussis en même temps (trois titres sur neuf).

Sans passer ici par un fastidieux exercice de décorticage « titre à titre », il est tout de même possible, histoire de vous aider un peu dans votre choix quant à l’éventuel achat de cet album, de vous proposer un petit compte rendu façon réussi/moins réussi.
Moments réussis : les titres Venus Doom, Bleed Well et Love In Cold Blood, le solo de Kiss Of Dawn, le refrain du parfois longuet (10’) Sleepwalking Past Hope et sa reprise post-break Mettalliquesques (les riffs) sur laquelle s’enchaîne le refrain, les vocaux et le final de Dead Lover's Lane et le refrain de Passion’s Killing Floor.
Passages sans saveur particulière : le pont de Venus Doom avec ses vocaux limite black, celui façon Sabbath de Passion’s Killing Floor, les titres Song Of Suicide (très court et très inutile), Cyanide Sun (trop de stridence et de lancinance, mais le titre est ma foi bien choisi, Soleil de Cyanure, l'évocation a le mérite d'être claire !...) et le très Costellotien Kiss Of Dawn qui ne décolle jamais vraiment.

Ce disque, vous avez pu le deviner, n’est donc pas une franche réussite, mais il comporte tout de même un bon nombre de passages tout à fait sympathiques. Ceci devraient amener les fans du combo à vous assurer que cet opus est excellent et à l’auditeur moyen de rester, comme moi, assis entre deux chaises, un tantinet interloqué par cette succession de douches écossaises un brin déconcertante. En résumé, laissez-vous tenter, mes vêtez-vous d’un kilt !


Plus d'information sur http://www.himonline.tv/





LISTE DES PISTES:
01. Venus Doom - 05:58
02. Love In Cold Blood - 05:54
03. Passion's Killing Floor - 05:10
04. The Kiss Of Dawn - 05:54
05. Sleepwalking Past Hope - 10:02
06. Dead Lover's Lane - 04:29
07. Song Or Suicide - 01:10
08. Bleed Well - 04:24
09. Cyanide Sun - 05:54

FORMATION:
Emerson Burton : Claviers
Gas Lipstick : Batterie
Lily Lazer : Guitares
Migé Amour : Basse
Ville Valo : Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
HIM: XX - Two Decades Of Love Metal
 
AUTRES CHRONIQUES
HONEYMOON SUITE: Racing After Midnight (1988)
A.O.R. -
HONEYMOON SUITE: Racing After Midnight (1988)
A.O.R. -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT H.I.M.
H-I-M-_Razorblade-Romance
Razorblade Romance (2000)
4/5
-/5
BMG / METAL GOTHIQUE
H-I-M-_Greatest-Lovesongs-Vol-666
Greatest Lovesongs Vol. 666 (1997)
4/5
-/5
BMG / METAL GOTHIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021