ARTISTE:

DYSFUNCTIONAL BY CHOICE

(FRANCE)
TITRE:

TRAVELLING IN TRAVEL

(2008)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Fusion, Happy, Punk
""
PLATYPUS (21.04.2008)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Dysfunctionnal By Choice (Dysby pour les intimes) n’est pas tout à fait un groupe comme les autres. Douze longues années et quatre EP après sa naissance en 1996, voici son premier album, autoproduit, qui, disons-le d’emblée, confirme tout le bien que l’on pouvait penser de ses précédents efforts. Puis, signalons-le tout de même, car c’est en somme assez rare sur nos pages, Dysby, malgré un chant en anglais, est une formation française venue des contrées franciliennes. Les influences musicales, elles, ne sont pas nationales, mais purement anglo-saxonnes : au fil des titres, on retrouve avec plaisir Tool, Deftones, Guns n’ Roses, Nirvana, et sans doute Faith no More, référence ultime pour tout groupe de métal fusion qui se respecte.

Qui dit métal fusion dit aussi exploration sonore, et c’est peut-être le premier aspect marquant de cet album. Le travail effectué sur la voix, généralement agrémentée d’effets « industriels », est d’une rare qualité et fait écho à l’introduction systématique de sonorités électroniques en soutien atmosphérique. Pour autant le son ne perd pas en authenticité, délivrée ici à coups de riffs rageurs empruntant aussi bien au rock’n’roll, au punk, qu’au métal le plus heavy. Une urgence sonore qui n’est pas sans rappeler Faith no More, notamment dans ce formidable brûlot rap/métal hardcore qu’est la neuvième piste, "Pimple".

Les transitions entre les morceaux paraissent mûrement réfléchies et apportent une cohésion nécessaire pour un album qui, de toute évidence – et c’est là aussi sa plus grande qualité – part dans tous les sens. L’introduction "Fog" nous plonge d’emblée dans une ambiance extrêmement sombre, évoquant un champ magnétique saturé de stridences électroniques duquel nous sortons pour plonger dans un rock/métal très immédiat qui porte fort bien son nom ("Alert"). Le guitariste nous gratifie d’ailleurs d’un court solo, brouillon mais bouillonnant, qui colle parfaitement à l’ambiance du morceau. "Optimum", titre très court purement atmosphérique, tient lieu de transition entre un morceau clairement punk/émo et un instrumental plus apaisé dont la qualité principale est de mêler légèreté mélodique et pesanteur rythmique pour un résultat tout à fait convainquant, d’une urgence mélancolique qui curieusement évoque le Radiohead de « OK Computer ». Enfin, "Cut" n’est rien de plus que ce qu’indique son nom et propose, en guise d’ouverture à une fin d’album fort inspirée, trois minutes électronico-athmosphériques d’une élégante sobriété.

Le morceau qui conclut l’album, s’il reste dans l’ambiance générale du disque, semble fait d’un autre alliage. Musicalement, il paraît investi d’un sens plus profond car les contrastes entre les sons clairs et saturés, la voix agressive ou bien plus mélodieuse (et là encore, Radiohead apparaît, avec cette fois-ci une réminiscence « creepienne »), les riffs puissants, rythmiques, et les phrasés mélodiques plus techniques, la longueur même du morceau qui permet des développements plus amples et des ruptures climatiques plus travaillées, font de ce titre une composition très personnelle, introspective et torturée (jeu sur le larsen durant la dernière minute), qui prouve la maturité de ce groupe incontestablement audacieux.

Cette audace, et la nécessaire ambition artistique qui la nourrit, représentait un pari risqué ; « Travelling in Travel » le concrétise avec réussite et devrait apporter au groupe la reconnaissance qu’il mérite. Si l’album n’est pas exempt de tout défaut – malgré une durée relativement courte, la monotonie guette au coin de certains titres – , il n’en possède pas suffisamment pour être ignoré ou traité avec nonchalance. D'autant plus qu'à la recherche musicale et sonore répond une recherche visuelle (l'album est vendu en coffret collector, autour d'un design d'une rare élégance) et conceptuelle (le groupe explore depuis ses débuts le concept de la chute), qualités qui se font rares dans le paysage musical français. A se procurer d’urgence donc, et à écouter attentivement…


Plus d'information sur http://www.dysby.com





LISTE DES PISTES:
01. Fog - 01:00
02. Alert - 02:53
03. Travelling In Travel (out Of Trap) - 03:29
04. Optimum - 00:48
05. Step & Learn - 04:02
06. Feedback Disease - 04:18
07. Iced Bed - 01:28
08. Non Reached Lights - 02:48
09. Pimple - 01:58
10. Cut - 03:12
11. Gotham - 03:30
12. Underworld - 07:47

FORMATION:
-
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
THIEVES' KITCHEN: The Water Road (2008)
ROCK PROGRESSIF -
CAMEL: Rain Dances (1977)
ROCK PROGRESSIF - Typique de la période Latimer-Bardens, "Rain Dances" est un bel exemple d'équilibre prog de la fin des 70's.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DYSFUNCTIONAL BY CHOICE
DYSFUNCTIONAL-BY-CHOICE_Atomic-Clock
Atomic Clock (2018)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / METAL ALTERNATIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021