ARTISTE:

ALAN PARSONS

(ROYAUME UNI)
TITRE:

I ROBOT

(1977)
LABEL:

ARISTA

GENRE:

POP

TAGS:
FM
"Album de transition entre le style plus orchestral des débuts et la pop de luxe finement arrangée qui suivra, "I Robot" est un album d'ébauches très réussies !"
ABADDON (11.04.2008)  
3/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Une année après son premier album, le Projet Alan Parsons se lance dans sa deuxième aventure. Si "Tales of Mystery and Imagination" a marqué les esprits par sa présentation assez symphonique (avec grand orchestre), le duo Woolfson - Parsons va choisir de s’éloigner un peu de cette philosophie pour présenter un album plus accessible - et peut être plus à même de toucher un large public.

Et de fait, "I Robot" (titre emprunté au fameux roman d’Asimov) est un album de transition. Les tendances largement orchestrales sont encore présentes ('Breakdown', 'The Voice', 'Total Eclipse', 'Genesis' ... ) avec des clins d’œil vers Klaus Schulze ou Brian Eno, voire vers Ligetti (l’auteur d’une des musiques de "2001, Odyssée de l’Espace"), donc dans un registre assez planant qui ne sera entendu dans aucun autre album d’APP. Les thèmes vocaux sont encore un peu “faciles”, beaucoup moins porteurs d’ambiances qu’ultérieurement, mais commencent à intégrer des parties instrumentales qui servent de développement, comme dans 'Don’t Let it Show' ou 'The Voice' avec son break quasi R'n’B faisant penser au thème de "Shaft".

De même les chœurs, qui sont une des forces d’APP, sont encore imparfaitement utilisés (très Beatles dans 'Breakdown' ou 'Some Other Time', par exemple). Mais surtout, l’auditeur remarque l’apparition de passages musicaux électroniques qui seront une des marques de fabrique du groupe : j’en veux pour preuve l’intro de 'I Wouldn’t Want to be Like You', très en avance sur son temps (on dirait du Ayreon !) et surtout l’énorme 'I Robot' d’ouverture, prototype de l’instrumental signé APP, avec sa solide base de séquenceur synthé, ses chœurs féminins aériens et son empilement d’arrangements rythmiques.

"I Robot" est donc un album d’ébauches, mais des ébauches très réussies quand même ! "Pyramid", qui suit, sera l’album de la consécration du style pressenti ici.


Plus d'information sur http://www.alanparsons.com/





LISTE DES PISTES:
01. I Robot - 06:06
02. I Wouldn't Want To Be Like You - 03:19
03. Some Other Time - 04:05
04. Breakdown - 03:50
05. Don't Let It Show - 04:21
06. The Voice - 05:21
07. Nucleus - 03:35
08. Day After Day (show Must Go On) - 03:43
09. Total Eclipse - 03:05
10. Genesis Ch. 1 V. 32 - 03:37

FORMATION:
Alan Clarke: Chant
Alan Parsons: Guitares / Claviers
Dave Townsend: Chant
David Paton: Basse
Eric Woolfson: Claviers
iarn Bairnson: Guitares
Jack Harris: Chant
Jaki Whitren: Chant
Lenny Zakatek: Chant
Lenny Zakatek: Chant
Peter Straker: Chant
Steve Harley: Chant
Stuart Tosh: Batterie
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
REALMEAN
29/08/2012
  0 0  
4/5
"I Robot" est un album qui joue l'équilibriste stylistique, de manière étonnante. A mon sens, c'est le seul produit par l'APP dans le genre.
En effet, il est avant tout précurseur, car il annonce un virage électro-progressif qui trouvera d'autres points d'ancrage, tout au long de l'oœuvre à venir.
De fait, sa première partie, avec le titre éponyme suivi de 'I Wouldn't want to we Like You', s'éloigne très franchement des rivages du précédent "Tales...".
Cependant, sa portion centrale, de 'Some Other Time' jusqu'à 'The Voice', nous ramène de plein pied vers les inspirations épico-symphoniques que l'on sait, et de fort belle manière. Enfin, le troisième acte, de 'Nucleus' jusqu'à la clôture de 'Genesis', chemine savoureusement entre onirisme atmosphérique et ésotérisme kabbalistique. Rarement un album de la formation n'aura été aussi sombre et lumineux à la fois. Dit comme cela, on peut avoir l'impression d'un cocktail sans queue ni tête, et pourtant l'ensemble tient fermement sur son socle, et c'est bien là que réside l'un des insondables secrets de l'APP. Une formule magique qui n'opérera plus, une fois révolue la synergie Parsons/Woolfson. 22 ans plus tard, pour ne prendre que l'exemple du "Time Machine" de Parsons solo, la cohérence dans l'éclectisme des compositions (d'encore belle qualité pourtant) a quasiment disparu. Mais, pour l'heure en 77, il restait encore 10 bonnes années à venir, au moins 5 en or et 5 en argent.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.8/5 (4 avis)
STAFF:
3.5/5 (6 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
ALAN PARSONS: Nouvelle vidéo
DERNIERE INTERVIEW
ALAN PARSONS (18 AVRIL 2019)
A l'occasion de la sortie de "The Secret", nous avons pu avoir en ligne, pour quelques minutes, le sorcier les consoles et tables de mixage Alan Parsons afin d'évoquer sa manière de travailler et le retour aux sources avec cet album.
 
AUTRES CHRONIQUES
WHITESNAKE: Good To Be Bad (2008)
HARD ROCK MELODIQUE -
BIRDS AND BUILDINGS: Bentam To Behemoth (2008)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT ALAN PARSONS
ALAN-PARSONS_From-The-New-World
From The New World (2022)
3/5
3/5
FRONTIERS RECORDS / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_The-Secret
The Secret (2019)
3/5
2.2/5
FRONTIERS RECORDS / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_A-Valid-Path
A Valid Path (2004)
2/5
1/5
ARTEMIS / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_The-Time-Machine
The Time Machine (1999)
2/5
2/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
ALAN-PARSONS_On-Air
On Air (1996)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK ATMOSPHERIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022