ARTISTE:

EXPEDITION DELTA

(YOUGOSLAVIE)
TITRE:

EXPEDITION DELTA

(2008)
LABEL:

PROGROCK

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Planant
""
PROGGI (27.03.2008)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Srdjan Brankovic, principal artisan du projet Expedition Delta, est un musicien Serbe qui officie habituellement dans le groupe Alogia dont il est le leader-guitariste-compositeur-co-producteur et sûrement premier fan… Un autre membre d’Alogia l’accompagne dans cette nouvelle aventure en la personne de Nikola Mijic, chanteur de son état. Alogia est LE groupe serbe de Progressive Metal, non pas le seul mais celui qui vend. Il y a fort à parier qu’il en sera de même pour Expedition Delta, pour ce qui concerne le style. Ne connaissant pas Alogia, je ne vous proposerais pas de comparaison, d’ailleurs Expedition Delta se suffit à lui-même.

En effet, avant même d’avoir enfourné la galette dans le tiroir à CD, on peut saliver. La brochette ressemble à du Ayreon (le géant hollandais ferait-il des émules ?), avec ses invités venus de groupes en vogue dans le domaine du Progressive Metal. Détaillons un peu car cela en vaut la peine.

Gary Wehrkamp (SHADOW GALLERY), Andrea De Paoli (LABYRINTH), Rene Merkelbach (AYREON), Richard Andersson (TIME REQUIEM, SPACE ODYSSEY), Erik Norlander (LANA LANE, ROCKET SCIENCIST), Joost van den Broek (SUN CAGED, AYREON, AFTER FOREVER, STAR ONE, VALENTINE...), Torsten Roehre (SILENT FORCE), Santiago Dobles (AGHORA, CYNIC), Alex Argento... Sans parler de nos deux serbes, pas les plus mauvais, mais ça, on ne le sait pas encore.

Impressionnant, non ? Mais ce genre de réunion donne-t-il les résultats escomptés ? C’est l’initiateur qui donne le ton et rend ou non le tout homogène. L’architecte Srdjan Brankovic saura-t-il faire tenir l’édifice avec élégance ? Allons ensembles décortiquer tout cela.

Srdjan Brankovic est un guitariste à l’envergure d’un Ola Andersson de A.C.T ou Ian Crighton de Saga, considérés par beaucoup comme des pointures dans leur style. Dès le premier titre, les amateurs des deux guitaristes précités vont être aux anges. L’inspiration est évidente mais assumée. D’ailleurs, les voix étant très différentes de ces deux groupes, la comparaison n’est pas permanente à l’esprit. Le style de Asunder Hearts et Fading images est enjoué, riche en petites mélodies dispensées par la guitare ou les claviers sur des structures classiques couplet/refrain. On est plus proche de la pop teinté de Metal que l’inverse. Mais que ce guitariste est doué…

La suite ressemble un peu à l’esprit Ayreon, dont les claviers sont fortement représentés (Joost van den Broek et Rene Merkelbach). Le chanteur Nikola Mijic, qui assure l’essentiel des voix, a un timbre passe partout qui permet de passer d’un style à l’autre si nécessaire. Self Abstract est plus Progressive Metal, avec toujours ce souci de mélodie accessible mais pas simplette qui caractérise l’ensemble de l’album. Par exemple, tous les soli, qu’ils soient de guitare ou de clavier, sont au service de la composition et non du musicien. Pas un ne manque de mélodie, aucun exploit technique n’est gratuit.

Self Abstract, Into the Halls of Eternity, Flight With the Wind et The Awakening s’enchaînent sans temps mort, édifiant une pièce épique comme le Progressive Metal sait en offrir. 16 minutes parsemées de duels de guitare-clavier, de chant masculin ou féminin, de plage de synthétiseurs apaisants, pour un résultat convaincant. On ne s’ennuit pas, et on en redemande.

Move on, après une intro que n’aurait pas désavoué Saga, fait plus penser à du Journey (la ligne de chant n’y est pas étrangère). Titre un peu différent du reste, énergique mais moins intéressant que ce que l’on a entendu jusqu’à présent. Planets pourrait figurer dans un disque d’Arjen Anthony Lucassen. C’est un titre instrumental dans la lignée de ce que l’on entend dans Ayreon ou Star One, du même niveau qui plus est. Not Too Late débute à la guitare acoustique. Sans rapport avec la suite… On est loin ici de la première partie. Seules les parties instrumentales restent à la hauteur. Deuxième faiblesse. Reach for the Light est la pièce la plus longue de cet opus avec plus de 7 minutes au compteur. Il en résulte une introduction plus longue, et des thèmes plus nombreux. Un solo de clavier du plus grand intérêt ponctue ce titre dont on retient surtout la fin.

Le morceau final, It Needs a Happy End vaut surtout pour la voix de Nikola Mijic, qui est ici plus exploitée qu’auparavant. Il monte bien le bougre. Le reste est un peu convenu, dommage. Une petite surprise pour les auditeurs patients, puisqu’après quelques dizaines de secondes de silence, un petit thème en forme de Happy End (d’où le titre) nous est proposé.

Expedition Delta m’a laissé deux sentiments : l’engouement et une certaine déception. Le disque est en 2 parties distinctes. La première m’a semblée plus originale malgré ses influences, de meilleure qualité de composition et laissant plus de traces émotionnelles. La seconde garde les mérites des instrumentistes, mais perd la profondeur, l’enthousiasme et l’originalité. L'architecte n'a pas failli, mais la construction n'est qu'à moitié réussie. La note est une moyenne entre 8 et 6. Dans la production actuelle, pléthorique, certains se précipiteront sur ce CD pour sa première moitié, quitte à laisser tomber la suite, d’autres passeront à côté de cette bonne partie à cause de la mauvaise et du choix qu'ils trouveront dans les bacs. A vous de choisir ! Moi je garde le tout pour les très bons moments.


Plus d'information sur http://www.expeditiondelta.com



GROUPES PROCHES:
JOURNEY, , SAGA


LISTE DES PISTES:
01. Asunder Hearts - 03:49
02. Fading Images - 05:28
03. Self Abstract - 05:28
04. Into The Halls Of Eternity - 03:03
05. Flight With The Wind - 04:44
06. The Awakening - 03:26
07. Move On - 04:10
08. Planets - 02:50
09. Not Too Late - 04:19
10. Reach For The Light - 07:05
11. It Needs A Happy End - 06-56

FORMATION:
Alex Argento: Claviers
Alexandra Jankovic: Chant
Andrea De Paoli: Claviers
Borislav Mitic: Guitares
Erik Norlander: Claviers
Gary Wehrkamp: Guitares
Irina Kapetanovic: Chant
Ivan Vasic: Basse
Joost Van Den Broek: Claviers
Mikkel Henderson: Claviers
Nikola Mijic: Chant
Rene Merkelbach: Claviers
Richard Anderson: Claviers
Sabine Edelsbacher: Chant
Santiago Dobles: Guitares
Senka Brankovic: Batterie / Guitare acoustique
Srdjan Brankovic: Guitares
Torsten Rohre: Claviers
Vivien Lalu: Claviers
Vladimir Djedovic: Claviers / Programmation
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
DEICIDE: Deicide (1990)
DEATH METAL -
ARID: All Things Come In Waves (2008)
POP -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021