ARTISTE:

DREAM THEATER

(ETATS UNIS)
TITRE:

FALLING INTO INFINITY

(1997)
LABEL:

EASTWEST

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Chant aigu, FM
"Malgré son étiquette 'commerciale' qui lui colle à la peau, « Falling Into Infinity » est un excellent album et présente une fois de plus DT sous un autre jour, plus rock, plus ouvert, plus accessible."
TORPEDO (29.08.2003)  
4/5
(5) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Depuis ses débuts, DT ne réalise pas un nouvel album identique au précédent. Et ce « Falling Into Infinity » ne déroge pas à la règle.

Cependant le tournant réalisé sur cet opus n'est pas des plus flatteurs puisqu'il est considéré comme le plus commercial des albums de DT. Plusieurs chansons sont même passées sur le petit écran en clip comme 'Hollow years'. Et malheureusement, ce que l'on considère comme commercial a tendance dans le milieu progressif à être mis de coté sans jugement ni objectivité. DT a-il donc perdu son identité en tombant dans la facilité ?

Bien entendu, il n'en est rien. Du début à la fin, la touche si personnelle qui a fait de cette formation une référence, est bien présente. Mais il est vrai que certains aspects habituels ont été gommés. Les parties agressives et dissonantes ont quasiment disparu tout comme les solos interminables généralement situés au milieu des compositions. L'exemple parfait est la fabuleuse 'Hell's Kitchen' qui aurait du être placé en plein milieu d'un morceau et qui se retrouve en tant que piste à part entière.

La part belle est ainsi laissée au chant, qui semble bien moins aigü et moins recherché. Techniquement ces changements donnent un album moins complexe et donc beaucoup plus fluide. Que les amateurs se rassurent, tous les solos n'ont pas disparus et se trouvent même être parfois plus harmonieux que jamais.

Malgré son étiquette 'commerciale' qui lui colle à la peau, « Falling Into Infinity » est un excellent album et présente une fois de plus DT sous un autre jour, plus rock, plus ouvert, plus accessible. Il s'avère à mon avis idéal pour débuter une culture Dtesque. Pas trop expérimental comme Awake, ni trop technique comme Images & Words, ni trop bon comme Scenes From A Memory.


Plus d'information sur http://www.dreamtheater.net





LISTE DES PISTES:
01. New Millennium - 8:20
02. You Not Me - 4:58
03. Peruvian Skies - 6:44
04. Hollow Years - 5:52
05. Burning My Soul - 5:29
06. Hell's Kitchen - 4:16
07. Lines In The Sand - 12:05
08. Take Away My Pain - 6:03
09. Just Let Me Breathe - 5:28
10. Anna Lee - 5:52
11. Trial Of Tears - 12:45

FORMATION:
Derek Sherinian: Claviers
James Labrie: Chant
John Myung: Basse
John Petrucci: Guitares
Mike Portnoy: Batterie
   
(5) AVIS DES LECTEURS    
TOWNSEND LE DEVIN
09/11/2013
349
  0 0  
5/5
Non Non Non et Non ! A part la ballade relativement mauvaise "Anna Lee", cet album est pour moi un des 3 meilleurs de DT et un chef d'oeuvre de Prog. Ceux qui l'ont descendu n'ont rien compris : le groupe a voulu offrir un album influencé prog 70's, voire 80's (je pense à Rush notamment). Certains s'y sont risqué de façon maladroite comme les seigneurs d'Opeth. Mais Dream Theater accouche ici de morceaux carrément trippants, avec des montées qui me filent le frisson à chaque fois, et ce plus de 16 ans après sa sortie ! Pauvre techniquement, commercial, et alors, c'est excellent.
MALENTRAIDE
03/04/2011
144
  0 0  
1/5
Le seul mauvais album de Dream Theater ... pas seulement mauvais par rapport au reste de leur discographie, mais même très moyen dans l'absolu. En effet, en dehors de "Peruvian Skies" et "Lines in the Sand", on est en présence d'un disque de metal commercial très pauvre techniquement. "Hollow Years" touche le fond !
NIURK
23/02/2009
  0 1  
3/5
1997, Dream Theater passe au bord de la rupture. De la rupture physique, celle d'un line-up déjà vieux de 10 ans pourtant ! Car plus grave, et au préalable, Dream Theater avait dans les faits déjà connu une rupture, plus grave, plus profonde : celle de leur créativité.

L'orientation que la maison de disque souhaite donner au nouvel album du groupe ne satisfait pas celui qui en est l'incarnation la plus expressive : Mike Portnoy. Puisqu'il faut le faire, il le fait, mais jure par tous les Saints qu'on ne l'y reprendra plus, ce qui l'amènera à poser sur la direction artistique de la bande New-Yorkaise une emprise radicale et définitive.

Mais alors, ce Falling Into Infinity est-il un mauvais album ? Un disque raté ? Non, sans aucun doute, mais il offre un visage de Dream Theater que personne ne s'attendait à voir : celui du commercial. Non pas que cela ait dérangé le groupe de faire de la musique qui se vende, mais il avait jusque là toujours fait passer au premier plan ses envies.

De fait il y a une rupture dans ce disque, celle qui érige les titres les uns contre les autres, les Lines in the Sand, Trial of Tears, Hell's Kitchen ou New Millenium des autres. Des autres qui comptent 3 ballades... ! Ce n'est pas grave en soi d'inclure 3 ballades dans un album non, non ! Je vote même pour les albums de ballades ! Non, là le problème vient du fait que ces dites ballades soient loin de la qualité attendue... On ne dira rien pour Take away my pain, hommage de Petrucci à son père défunt, mais pour le reste on peut déplorer la couche de sucre glace dans laquelle on les a plongé !

Au final donc un disque moyen plus, une offrande frustrante car n'étant pas assez mauvaise pour qu'on se dise qu'il n'y a plus rien à espérer, et pas assez bonne pour nous motiver outre mesure... Engagez vous qu'il disait, rengagez vous...

Voir les 5 avis des lecteurs
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.5/5 (20 avis)
STAFF:
3.9/5 (13 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
DREAM THEATER : Nouvelle vidéo
DERNIER ARTICLE
DREAM THEATER + DEVIN TOWNSEND - PALAIS DES SPORTS (PARIS) - 25 AVRIL 2022
C’est au Dôme de Paris (anciennement connu sous le nom du Palais des Sports) que nous avions rendez-vous pour une soirée placée sous le signe du progressif.
DERNIERE INTERVIEW
DREAM THEATER (08 MARS 2019)
A l'occasion de la sortie de "Wired Of Madness", le nouvel album de Jordan Rudess, le claviériste a évoqué avec Music Waves la sortie de "Distance Over Time" de Dream Theater
 
AUTRES CHRONIQUES
DREAM THEATER: A Change Of Season (1995)
METAL PROGRESSIF - « A Change of Season » conviendra aussi bien au fan qu'au débutant même si cet album ne fait pas parti des plus renommés.
DREAM THEATER: Scenes From A Memory (1999)
METAL PROGRESSIF - "Scenes From A Memory" est tout simplement un des meilleurs albums progressif de cette décennie.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DREAM THEATER
DREAM-THEATER_A-View-From-The-Top-Of-The-World
A View From The Top Of The World (2021)
5/5
3.9/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Distance-Over-Time
Distance Over Time (2019)
4/5
3.5/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_The-Astonishing
The Astonishing (2016)
5/5
3.9/5
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
DREAM-THEATER_Dream-Theater
Dream Theater (2013)
3/5
3.1/5
ROADRUNNER RECORDS / METAL MELODIQUE
DREAM-THEATER_A-Dramatic-Turn-Of-Events
A Dramatic Turn Of Events (2011)
4/5
3.7/5
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022