ARTISTE:

VERTICAL ALIGNMENT

(ETATS UNIS)
TITRE:

SIGNPOSTS

(2006)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Old School, Symphonique
""
SMILE (15.05.2007)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

« Vertical Alignment », formation provenant des Etats-Unis fondée par l'inspiré Pete Jorgensen, nous livre avec « Signposts » son premier album. Encore peu connus sur la scène progressive, ses cinq membres, entourés d’invités plus renommés appartenant à « Glass Hammer », « Ajalon » ou « Salem Hill », délivrent un rock progressif à tendance symphonique qui trouve ses racines dans le passé, plus précisément dans l’univers musical de la fin des années soixante et du début de la décennie suivante. Ils évoquent, tour à tour, de prestigieux aînés, s’insérant dans le registre développé notamment par « Yes », « ELP », « Genesis », « Kansas », « Barclay James Harvest », « Happy The Man », « Spock’s Beard » et, bien évidemment, « Glass Hammer », tout en s’efforçant d’en extraire un son personnel, agrémenté de nappes de claviers rappelant parfois le néo-progressif, et enrichi de sons, de techniques et d’ambiances plus modernes.

« Signposts » se révèle au travers de deux caractéristiques principales. En premier lieu, par l’omniprésence de morceaux alambiqués, délivrant des plages instrumentales recherchées, parfois inspirées et captivantes, parfois moins évidentes et davantage oppressantes, axées sur les variations, tantôt limpides, tantôt escarpées. Ensuite, par ses textes brillants, aux propos politiques et religieux, aux thèmes engagés, touchant de près la sensibilité américaine, dont les esprits marqués peinent à effacer les douleurs et à cicatriser les plaies. Aussi, au gré des différents titres de l’album, sont évoqués la deuxième guerre mondiale, le crucifiement et la résurrection, le 11 septembre et l’atteinte à l’honneur New-Yorkais, la guerre controversée contre l’Irak, la situation critique des enfants roumains et même le naufrage du Titanic, réunis ensemble au sein du même décor, de manière originale, sur la pochette de l’album. Une porte ouverte pour que le groupe puisse exprimer ses aspirations chrétiennes et semer, ça et là, des poteaux indicateurs (Signposts), destinés à éveiller notre sens moral, à appeler notre humanité à s’élever pour apprendre de ses erreurs et pour aider le monde à grandir.

Le concept est réellement intéressant et éclairé par des passages somptueux qui inspirent à la communion de l’âme, s’imposant à nous et nécessitant le rappel, à coup de grands signaux lumineux. Aussi, après une courte intro acoustique, déboule un savoureux « Dress Rehearsal », débutant par une section instrumentale symphonique et se poursuivant aussitôt par un chœur enjoué, alternant les voix, lesquelles, s'amplifiant au contact d’une guitare rythmée et d’un clavier tourbillonnant, s'enchaînent habilement pour éviter l’ennui et garder en éveil la conscience de l’auditeur. « Ballad Of The Titanic », aux refrains doux et mélancoliques, rappelle que le naufrage nous guette et que la descente aux enfers n’est jamais très loin. Les sections vocales sont finement interprétées et harmonieusement relevées par les élans d’une guitare plaintive. La substance de ce titre gagne en ampleur et monte en crescendo. Son atmosphère semble nous immerger délicieusement sur une plage californienne du début des années 70. On a même l'impression d'entendre le vol des oiseaux, là, proches de la plage, libres d’aller là où ne règnent ni violence, ni souffrance. « Children In The Son », par son intro narrative et ses ambiances de victoires et de pleurs, nous rappelle que l’enfant apprend tout d’abord à sourire avant d'apprivoiser la haine. Le mélange claviers-guitare est finement orchestré, partant sur des bases lentes, rappelant par moments le Marillion période Fish, et montant en puissance, à l'image d'une marche militaire menaçante, tout en maintenant la symphonie en équilibre et en l'élevant jusqu'à la splendeur d'un refrain très "sixties". C'est beau et habilement construit! « The Towers », enfin, met en lumière la sensibilité exacerbée et émouvante de la somptueuse voix de Jessica Cole.

Au-delà de ses richesses, « Signposts » n’échappe cependant pas à certaines imperfections, souffrant notamment d’une production dont la qualité, insuffisante pour supporter une musique se voulant aussi progressive, aurait mérité d’être davantage raffinée. De plus, l’album souffre de sa longueur (80 minutes); les titres les plus longs ayant tendance à manquer de variations et d’idées et à présenter des répétitions qui justifient difficilement leur prolongement ("Freedom's Call", "Rented Houses"). L'ensemble de l’album perd ainsi en cohérence, offrant un univers qui apparaît parfois étouffant, peinant à captiver constamment l’attention, entraînant par moments une certaine lassitude et l’envie de passer au titre suivant. Le groupe serait-il rattrapé par son besoin d’expérimentation et tomberait-il dans l’écueil qui consiste à vouloir trop en faire ?

« Vertical Alignment » dévoile, avec « Signposts », les contours d’un talent évident. En épurant davantage son style, en ne gardant que le meilleur et en éliminant le superflu et l’encombrant, il pourra assurément le développer encore et l’élever, comme le proclame son propos religieux, vers un monde meilleur. Malgré ses quelques défauts, « Signposts » n’en demeure pas moins intéressant dans nombre de ses structures et pourra faire vivre, à certains d’entre vous, une expérience plaisante et agréable. Voire davantage!


Plus d'information sur http://www.myspace.com/verticalalignmentprog





LISTE DES PISTES:
01. Signposts - 3:07
02. Dress Rehearsal - 8:03
03. Ballad Of The Titanic - 6:30
04. Freedom's Call - 16:13
05. Children In The Son - 10:51
06. The Towers - 9:11
07. Rented Houses - 12:09
08. Kingdom Of Summer - 7:54
09. Rented Houses Epilogue/ Signposts (reprise) - 5:24

FORMATION:
Carl Groves: Chant
David Walliman: Guitares
Edwin Jerlin: Claviers
Eric Parker: Chant
Fred Schendel: Claviers
Jessica Cole: Chant
Jim Braunreuther: Chant / Claviers
Kevin Jarvis: mandolin
Mike Adams: Batterie
Mike Et Shaun Fitzpatrick: Chant
Monty Pierce: Guitares / Basse
Pete Jorgensen: Chant / Guitares / Claviers
Randy George: Basse
Steve Babb: Basse
Terri Jorgensen: Basse
Wil Henderson: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
PORCUPINE TREE: Fear Of A Blank Planet (2007)
ROCK PROGRESSIF - Plus accessible que n’importe lequel de leurs précédents albums, "Fear of a Blank Planet" permet une nouvelle fois à Porcupine Tree de gravir un échelon vers la consécration.
OLYMPUS MONS: Numera Effa Ilibi (2006)
METAL ATMOSPHERIQUE -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023