STEVE HACKETT

(ROYAUME UNI)

THE CIRCUS AND THE NIGHTWHALE

(2024)
LABEL:

INSIDEOUT MUSIC

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Concept-album
"Basé sur un concept trop lâche (l'amour sauve de tout), “The Circus and the Nightwhale” peine à endosser l’habit de l’album-somme que Steve Hackett a annoncé. Reste le savoir-faire..."
ABADDON (15.02.2024)  
3/5
(0) Avis (3) commentaire(s) (1) Biographie
Avec une honorable obstination, Steve Hackett nous livre son 29ème opus en un peu moins de cinq décennies. Il décrit "The Circus and the Nightwhale" comme un album autobiographique et cathartique, qui oppose "le cirque" (le monde du spectacle) à "la baleine" (les pensées négatives qui menacent de tout engloutir). Comment se sauvegarder de cet engloutissement ? Par l’amour, bien sûr (scoop) ! La sincérité du propos ne pouvant pas être mise en doute, reste à savoir comment Steve va traduire ce concept en musique, en présentant de surcroît une somme de tout ce que la musique a pu lui apporter. Gageure ambitieuse…

Dans une interview, Steve dit avoir voulu faire “un film pour les oreilles”, et l’aspect cinématographique est le point le plus réussi de l’album. Par le biais d’éléments atmosphériques judicieusement disséminés (‘People of the Smoke’, ‘Enter the Ring’, ‘At the Sea’, ‘Into the Nightwhale’), grâce aux liaisons unissant certains morceaux, les ambiances sont bien posées et plutôt variées. Au chapitre satisfactions, il y a des velléités de s’échapper du style habituel proposé par le guitariste : ‘People of the Smoke’ prend un ton résolument rock dans son entame, la fin de ‘Found And Lost’ se fait presque lounge et l’intervention du saxophone dans ‘Taking You Down’ sonne plutôt free jazz

Mais pour la plus grande partie, Steve reprend des recettes bien éprouvées : les harmonies vocales - toujours le même style depuis ‘Every Day’ (1979) sur ‘People of the Smoke’, ‘Enter the Ring’ (un titre à l’agréable variété  progressive par ailleurs), l’ambiance à tendance orientale avec la touche de tar (‘Circo Inferno’), et l’inévitable morceau classique à la guitare acoustique (‘White Dove’, déconnecté du reste). Les aficionados diront "pourquoi changer une recette qui marche", ceux qui ne se complaisent pas dans la routine ne verront là que du savoir-faire mais guère de créativité.

Et c’est bien la créativité qui fait défaut dans ce “The Circus and the Nightwhale” : certains thèmes vocaux paraissent bien pâles (‘Ghost Moon And Living Love’ ou ‘Wherever you Are’), et les morceaux courts de transition ne sont là que pour garder une continuité (‘At the Sea’). Par ailleurs la technique guitaristique de Steve, toujours impeccable, prend de plus en plus le pas sur la sensibilité du jeu : ‘Get Me Out’ ou ‘Breakout’ sont plus des démonstrations de rapidité qu’un appel à l’émotion.

Par ailleurs les textes sont souvent abscons ou à l’opposé bien mièvres - louer l’amour est un exercice à haut risque. Le concept n’arrive pas à s’imposer avec évidence, si bien que l’auditeur se trouve devant une série de morceaux très bien exécutés mais ne ressent pas le frisson provoqué par un ‘The Steppes’ ou ‘Spectral Mornings’…

Ainsi, “The Circus and the Nightwhale” peine à endosser l’habit de l’album-somme que Steve a annoncé, et ne peut rivaliser avec un ”Wolflight”, par exemple. Message finalement simpliste porté par une imagerie inintelligible, recyclant des procédés déjà entendus, l’album en dépit de son honnêteté fait au plus preuve de savoir-faire, et comme le disait récemment le cinéaste Quentin Dupieux : "Il faut se méfier du savoir-faire".
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. People Of The Smoke
02. These Passing Clouds
03. Taking You Down
04. Found And Lost
05. Enter The Ring 6. Get Me Out!
07. Ghost Moon And Living Love
08. Circo Inferno
09. Breakout
10. All At Sea
11. Into The Nightwhale
12. Wherever You Are
13. White Dove

FORMATION:
Amanda Lehmann: Chant
Benedict Fenner: Claviers
Craig Blundell: Batterie
Hugo Degenhardt: Batterie
Jonas Reingold: Basse
Malik Mansurov: Tar
Nad Sylvan: Chant
Nick D'Virgilio: Batterie
Rob Townsend: Saxo
Roger King: Claviers
Steve Hackett: Chant / Guitares / Basse / Claviers
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(3) COMMENTAIRE(S)    
 
 
TONYB
20/02/2024
  0
Voilà un album bien décousu musicalement parlant, alors qu'il est annoncé comme un concept, ce qui tendrait plutôt à évoquer une certaine cohérence dans le propos.
Bref, certainement pas le meilleur Steve Hackett de ces dernières années, quoiqu'en disent beaucoup de ses contempteurs. Pour ma part, je retourne écouter Wolflight ou The Night Siren, bien plus intéressants.
TORPEDO
16/02/2024
  0
Effectivement @Crimson Mojito, les correcteurs ont eu un moment de faiblesse. C'est corrigé et c'est désormais intelligible
CRIMSON MOJITO
16/02/2024
 
21
2
Même remarque que pour Pineapple Thief, Soen, et tant d'autres en ce moment... Ca tourne en rond, et c'est franchement pas incroyable. Très dense, sur-arrangé comme souvent avec Hackett, et je suis d'accord avec cette chronique, il manque de l'émotion, c'est décousu et la composition n'est pas aussi captivante que certains autres albums. Un petit raté. On en attendait bien plus au niveau qualité, surtout vu les promesses faites en amont. Sinon, avec une phrase comme "l’intervention du sac dans ‘Taking You Down’ est plutôt free…" on tiendrait pas une perle Music Waves pour l'année 2024 ?
Haut de page
LECTEURS:
2.5/5 (2 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
STEVE HACKETT : NOUVELLE VIDEO
DERNIERE INTERVIEW
STEVE HACKETT (03 FEVRIER 2017)
Music Waves a de nouveau rencontré Steve Hackett pour évoquer la sortie de son 25e album solo "The Night Siren" mais également l'année écoulée particulièrement sombre en termes de disparition de héros musicaux...
 

"Découvrez le nouveau clip de Michaelle Dioni"
AUTRES CHRONIQUES
SKIP THE USE: Sound From The Shadow Part 2 (2023)
ROCK - Avec "Sound From The Shadow Part 2", Skip The Use affirme encore un peu plus qu'il est un des fers de lance du Rock hexagonal.
NIGHT VERSES: Every Sound Has A Color In The Valley Of Night: Part One (2023)
METAL PROGRESSIF - Avec ce “Every Sound Has a Color in the Valley of Night Part 1” surprenant et original, Night Verses s’inscrit à contre-courant des productions récentes en matière d’albums instrumentaux.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT STEVE HACKETT
STEVE-HACKETT_Genesis-Revisited-Live-Seconds-Out--More
Genesis Revisited Live: Seconds Out & More (2022)
4/5
4.2/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
STEVE-HACKETT_Surrender-Of-Silence
Surrender Of Silence (2021)
4/5
2/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
STEVE-HACKETT_Under-A-Mediterranean-Sky
Under A Mediterranean Sky (2021)
3/5
2/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
STEVE-HACKETT_At-The-Edge-Of-Light
At The Edge Of Light (2019)
3/5
4.3/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
STEVE-HACKETT_THE-NIGHT-SIREN
The Night Siren (2017)
4/5
3.8/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024