.
.

HANGING GARDEN

(FINLANDE)

THE GARDEN

(2023)
LABEL:

AGONIA RECORDS

GENRE:

METAL ATMOSPHERIQUE

/ DOOM
TAGS:
Chant féminin, Chant screamo, Concept-album, Growl, Mélancolique, Planant
""The Garden" voit Hanging Garden condenser son propos mais perdre en profondeur ce qu’il gagne en impact."
LOLOCELTIC (23.05.2023)  
3/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Avec leur EP "Neither Most Nor Rust" paru l’année dernière, les Finlandais d’Hanging Garden s’étaient une nouvelle fois autorisé quelques libertés et avaient laissé libre cours à leur esprit aventureux. Mais il était grand temps de donner une suite à l’excellent "Skeleton Lake". Marquant le retour d’Antti Ruokola derrière les fûts, "The Garden" est annoncé comme un album concept traitant de la nature et de ses relations parfois compliquées avec l’espèce humaine. Vaste sujet à la mode (à juste titre), celui-ci va-t-il permettre au gang de Mikko Kolari d’enfoncer le clou planté par son prédécesseur ?

Oui et non, car Hanging Garden prend un malin plaisir à se faire insaisissable. Le morceau éponyme qui ouvre ce nouveau recueil semble pourtant partir sur les mêmes bases, déambulation dans un jardin brumeux hésitant à se montrer envoûtant au travers du chant délicat de Riikka, ou angoissant en raison des growls qui viennent déchirer sa lumière spectrale. Le contraste est renforcé par l’habituelle dualité, typique de l’identité du groupe, entre une rythmique plombée et des claviers aériens. Pourtant, le final de ce titre a le mérite de laisser entrevoir la suite de cet opus en donnant une sensation de suspension hésitante qui se traduit par une galerie de pièces certes variées, mais sur lesquelles Hanging Garden semble vouloir condenser son propos afin de le rendre à la fois plus impactant et plus accessible.

Cette évolution offre quelques surprises comme un ‘The Four Winds’ galopant au son d’éléments folks médiévaux, ou l’instrumental ‘The Derelict Bay’ s’enfonçant dans une darkwave mêlant les ombres de Thence, Depeche Mode ou Jääportit. Parmi les fantômes de différentes formations errants au sein de cet album, évoluent aussi ceux du Paradise Lost de l’époque "Draconian Times" sur ‘The Construct’, ou celui de Moonspell hantant un ‘The Nightfall’ coléreux et désespéré. Le problème de cette richesse condensée, c’est qu’elle rend l’accroche finalement difficile et que de nombreuses écoutes sont nécessaires pour réussir à pénétrer dans chaque titre et en déflorer ses multiples joyaux.

Composé de l’élan épique offert par ‘The Fireside’, suivi de ‘The Resolute’ et son refrain accrocheur, le final convoque à nouveau l’âme d’un Hanging Garden plus classique et stimule cette envie de se replonger dans cet opus. Il faudra néanmoins être un amateur confirmé de la formation finlandaise pour faire cet effort qui, s’il récompensera ceux qui s’en sont donné la peine, en rebutera probablement plus d’un. Il serait pourtant dommage de passer à côté de "The Garden", même si celui-ci perd en profondeur ce qu’il gagne en impact. La formation finlandaise étant parmi les plus imprévisibles, il reste désormais à savoir vers quels nouveaux horizons elle décidera de nous emmener la prochaine fois.
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. The Garden - 6:24
02. The Four Winds - 3:55
03. The Construct - 3:26
04. The Song Of Spring - 5:10
05. The Fire At First Dawn - 4:20
06. The Nightfall - 3:46
07. The Stolen Fire - 4:54
08. The Journey - 4:22
09. The Derelict Bay - 2:09
10. The Fireside - 3:35
11. The Resolute - 4:49

FORMATION:
Antti Ruokola: Batterie
Jussi Hämäläinen: Chant / Guitares / Violon
Jussi Kirves: Basse
Mikko Kolari: Guitares
Nino Hynninen: Claviers
Riikka Hatakka: Chant
Toni Hatakka: Chant
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 

"Découvrez le nouveau clip de Verso"
AUTRES CHRONIQUES
MONOLYTH: We've Caught The Sun (2023)
THRASH - Monolyth fête les quinze ans de son premier album en proposant "We Caught The Sun", réenregistrement de "Catch The Sun". Cure de jouvence d'un album qui posait les jalons d'un death metal diablement efficace.
ALIENATOR: Regrets (2022)
HARDCORE - "Regrets" est un album sludge et hardcore à l'essence cathartique exacerbée qui réussit son objectif d'être l'expression d'un certain mal-être qui ne laissera personne indemne.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT HANGING GARDEN
HANGING-GARDEN_Skeleton-Lake
Skeleton Lake (2021)
4/5
-/5
LIFEFORCE / METAL ATMOSPHERIQUE
HANGING-GARDEN_Into-That-Good-Night
Into That Good Night (2019)
4/5
-/5
LIFEFORCE / METAL ATMOSPHERIQUE
HANGING-GARDEN_I-Am-Become
I Am Become (2017)
4/5
-/5
LIFEFORCE / DOOM
 
.
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024