ARTISTE:

MANCHESTER ORCHESTRA

(ETATS UNIS)
TITRE:

THE MILLION MASKS OF GOD

(2021)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK ATMOSPHERIQUE

/ ROCK ALTERNATIF
TAGS:
Mélancolique, Planant
"Manchester Orchestra fait un sans-faute sur cet impressionnant "Million Masks Of God". Ouvrez grand vos oreilles, vous n'aurez pas tous les jours un album de cette qualité à écouter."
TORPEDO (29.08.2022)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (6) commentaire(s)

On avait un peu oublié Manchester Orchestra qui nous avait en 2017 offert un "A Black Mile To The Surface" rafraîchissant, nous faisant découvrir leurs nouveaux talents d'écriture et une nouvelle image beaucoup plus atmosphérique. Quatre ans plus tard et après une première vague épidémique, l'attente est terminée. Toujours aussi enjoué, Manchester Orchestra nous fait cette fois assister à la rencontre d’un homme avec l’Ange de la mort qui lui fera revivre quelques moments cruciaux de son existence. Si les paroles restent, comme le veut la tradition, pas toujours intelligibles et assez libres dans leur interprétation, la musique ne manquera pas de s'associer aux différents thèmes pour s’enfoncer un peu plus dans les méandres de l'esprit du protagoniste et faire ressentir les nombreux sentiments qui s'y bousculent.

Bonne nouvelle pour les fans récents du groupe, "The Million Masks of God" est la continuité logique de "A Black Mile To The Surface". On y retrouve les aspects éthérés de leur précédente production, les somptueux arrangements, les chœurs majestueux et bien évidemment la voix d'Andy Hull, vraiment étonnante, nasillarde et fragile et qui va régulièrement chercher ses limites dans les aigus pour amener peut-être un peu plus d'émotion à un ensemble qui n'en manque déjà pas. Débutant avec 'Inaudible', véritable reflet de 'The Maze' avec ses lignes de chant superposées, ses arrangements de synthés aériens, sa petite explosion instrumentale et son chant final à donner le frisson, "The Million Masks of God" prend l'auditeur par la main, en douceur, pour ne plus la lâcher jusqu'à la dernière piste. 

Chaque titre est un enchantement, une plongée dans une partition qui parait trop simple à assimiler aussi facilement et qui est en fait une formidable boîte à surprises lorsque l'on prend le temps de l'écouter attentivement. Car outre le travail sur les voix et les chœurs qui sautent aux oreilles, c'est tout le groupe qui se met au diapason. A commencer par le travail rythmique avec une basse très en verve qui refuse la monotonie, en jouant sur les harmonies, en proposant des breaks (‘Obstacle’) voire en faisant même la mélodie (‘Way Back’, ‘The Internet’) et bien sûr la batterie qui elle aussi brille par sa finesse de jeu, en faisant chanter son charley (superbe travail sur les accents et les ouvertures), en dynamisant les titres (‘Bed Head’, ‘Let it Storm’), en offrant des roulements de toms précis mais pas envahissants et en proposant d'innombrables plans qui embellissent le titre ou lui apportent un regain de puissance (la fin de ‘Keel Timing’ ou celle de ‘Bead Head’)

Mais à la manière d'un Steven Wilson, c'est aussi sur la diversité des sonorités que l'on pourra rester pantois. Impossible de citer toutes les fioritures qui inondent les morceaux, passant très souvent inaperçues mais qui font l'essence même et la réussite de la musique de Manchester Orchestra, sans parler des effets electro qui eux aussi apportent énormément de variations à l'ensemble (‘Dinosaur’) - batterie électronique, cordes, piano et sons de synthés en tous genres et de toutes époques.

Rien n'est laissé au hasard dans ce "The Million Masks of God". Lorsque l'on pense que le titre a tout dit, il y a toujours la petite variation qui fait mouche, une ligne de chant mémorable, une explosion qui envoie le morceau vers une autre dimension (‘Dinosaur’, ‘Keel Timing’, ‘Obstacle’, ‘The Internet’), un break salvateur, etc. Au premier abord on pourrait reprocher à Manchester Orchestra de faire dans le pathos. Ce serait une erreur car même si une tension dramatique a tendance à planer sur une majorité de compositions (on est dans le thème), il y a trop de passages menant à la lumière (‘Annie’ par exemple) pour les en blâmer. C'est donc tout simplement un sans-faute. Ouvrez grand vos oreilles, vous n'aurez pas tous les jours un album de cette qualité à écouter.


Plus d'information sur https://manchesterorchestra.com/





LISTE DES PISTES:
01. Inaudible - 4:21
02. Angel of Death - 5:48
03. Keel Timing - 4:18
04. Bed Head - 4:04
05. Annie - 4:20
06. Telepath - 2:20
07. Let It Storm - 4:18
08. Dinosaur - 3:27
09. Obstacle - 3:43
10. Way Back - 3:39
11. The Internet - 5:21

FORMATION:
Andy Hull: Chant / Guitares
Andy Prince: Basse
Robert Mcdowell: Guitares / Claviers
Tim Very: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(6) COMMENTAIRE(S)    
 
 
TORPEDO
30/08/2022
  0
J'ai toujours trouvé que sa voix super haut perchée était un inconvénient chez DT et les premières fois j'ai eu beaucoup de mal à accrocher. Je m'y suis habitué.
LYNOTT
30/08/2022
  1
Que diable ! Labrie ne chantait pas mal à cette époque-là !
TORPEDO
30/08/2022
  0
Il faut s'y habituer... Personnellement, ça ne m'a pas gêné... Moins que celle de James Labrie par exemple quand j'ai commencé à écouter Dream Theater avec Images & Words en 1991...
TOWNSEND LE DEVIN
29/08/2022
 
386
0
My god c'est quoi cette voix ridicule ? Je prends la même qd je veux faire marrer mon fiston....et ça marche! Dommage la musique est bonne bonne bonne
TORPEDO
29/08/2022
  0
You're welcome
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
KINGS OF LEON: Because Of The Times (2007)
ROCK ALTERNATIF - Album de transition pour les Kings Of Leon, "Because Of The Times" s'écoute agréablement mais aura sans doute autant de mal à satisfaire les fans de la première heure que les les plus récents.
SYSTEM OF A DOWN: Toxicity (2001)
NEO/NU METAL - Suite logique de "System Of A Down", "Toxicity" est l'album indispensable pour découvrir ce groupe qui en l'espace de deux productions seulement est devenu un incontournable du paysage Metal.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MANCHESTER ORCHESTRA
MANCHESTER-ORCHESTRA-_A-Black-Mile-To-The-Surface
A Black Mile To The Surface (2017)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK ALTERNATIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022