ARTISTE:

PATRICK RONDAT

(FRANCE)
TITRE:

AMPHIBIA

(1996)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

GUITAR HERO

TAGS:
Guitar-Hero, Technique
"Si un album de guitar hero est rarement facile à appréhender, "Amphibia" réalise la prouesse d'être une œuvre indémodable et relativement accessible pour un néophyte."
TORPEDO (17.08.2022)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (1) commentaire(s)

Venir mettre en lumière un album datant de 1996 alors que l'on est en 2022 peut paraître surprenant. Pourtant "Amphibia" fait partie de ces œuvres parfois oubliées ou souvent méconnues qui méritent que l'on s'y attarde. A cette époque, Patrick Rondat est déjà un guitariste reconnu notamment pour avoir participé aux Monsters of Rock et avoir accompagné Jean-Michel Jarre sur ses tournées. Auteur d'un "Rape Of The Earth" prometteur, il présente son nouveau rejeton, "Amphibia", un concept album entièrement instrumental très ambitieux qui représente pour de nombreux fans son album le plus abouti.

Ceux qui connaissent "Amphibia" l'ont bien souvent découvert après avoir visionné sur Youtube une des innombrables covers de l'interprétation libre de Patrick Rondat de ‘l'Eté’ des "Quatre Saisons" de Vivaldi via son titre 'Vivaldi Tribute'. Malgré les nombreux aspects techniques à la guitare que l'on retrouve un peu partout dans le morceau comme le tapping ou encore l'aller/retour (certains le font en sweeping) pour ne nommer que les plus faciles, ce titre reste très mélodique et se rapproche très efficacement de la composition originale. Le groupe qui accompagne Patrick Rondat n'est pas en reste puisque l'on retrouve à la batterie Tommy Aldridge (Whitesnake), un des pionniers de la double pédale, et le bassiste Patrice Guers qui se fera embaucher plus tard chez Rhapsody.

Même si 'Vivaldi Tribute' est un morceau d'anthologie et certainement l'attraction de l'album, il serait très réducteur de ne parler que de celui-ci lorsque l'on évoque "Amphibia" qui tire son nom de la composition fleuve de 25 minutes découpée en 6 parties que l'on retrouve au tout début. Débutant sur une introduction atmosphérique avec une guitare aérienne sur fond de nappes de clavier, le premier volet permet d'installer une certaine tension qui explose sur la seconde partie plus en adéquation avec ce que l'on attend d'un album de guitar hero. Patrick Rondat y fait alors chanter, hurler ou pleurer sa guitare toujours aussi bien, accompagné par une section rythmique imperturbable. Intelligemment, la troisième section qui fait office d'interlude permet de se reposer les oreilles avec son petit solo aérien sur fond de clavier qui rappelle fortement Pink Floyd voire Brian May.

C'est avec la partie 4 que les choses deviennent vraiment intéressantes. Car si la guitare fait toujours des merveilles sur un refrain très mélodieux en totale opposition avec des couplets et ponts plutôt tranchants, effet renforcés par le slap de la basse, c'est surtout rythmiquement que la composition brille avec son alternance de mesures binaires (4/4) et asymétriques (5/4). La double pédale omniprésente y est parfaitement exploitée et ne lasse à aucun moment, faisant de cette section une des plus intéressantes à écouter. Le cinquième mouvement suit le schéma classique permettant au piano de se libérer un peu et détendre l'atmosphère pour enchaîner sur une sixième et dernière partie plus rock, contenant une fois de plus son lot de montées et descentes de manche et un final très proche de ce que l'on peut trouver dans 'Vivaldi Tribute'.

Avaler les 6 parties d'Amphibia' ainsi que le 'Vivaldi Tribute' reste une expérience éprouvante. Il ne sera donc pas étonnant pour l'auditeur, notamment pour le non guitariste/musicien, d'avoir du mal à apprécier à leur juste valeur les dernières compositions d'autant qu'elles s'appuient sur une technique éprouvée précédemment. C'est sans doute le seul défaut que l'on peut trouver sur cet opus. Si un album de guitar hero est en soi rarement facile à appréhender, "Amphibia" réalise au final la prouesse d'être une œuvre indémodable et relativement accessible pour un néophyte. Ce n'était pas gagné d'avance...


Plus d'information sur http://www.rondat.com





LISTE DES PISTES:
01. Amphibia
02. Camouflage
03. Vivaldi Tribute
04. Dreamstreet
05. Backhand
06. Shattered Chains
07. Equinoxe Iv

FORMATION:
Patrice Guers: Basse
Patrick Rondat: Guitares
Phil Woindrich: Claviers
Tommy Aldridge: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
NEWF
17/08/2022
  0
Superbe album qui a propulsé Patrick Rondat dans la cour des grands et l'a intronisé comme le maître de l'aller-retour, à l'instar de son principal modèle: Al Di Meola. Après avoir écouté cet album, Satriani a engagé Patrick Rondat sur la tournée française du G3 deux ans plus tard.
Haut de page
LECTEURS:
4.8/5 (4 avis)
STAFF:
5/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
PATRICK RONDAT: La vidéo de 'The Day After' en ligne
DERNIERE INTERVIEW
PATRICK RONDAT GARE DE L'EST (LE 4 JUILLET 2008)
Juste avant de se rendre à Nancy pour un Masterclass, nous avons rencontré Patrick Rondat qui répond à vos questions. Une interview avec LE guitar hero français dont le talent légendaire n’a d’égal que la gentillesse !
 
AUTRES CHRONIQUES
MICHAEL KIWANUKA: Home Again (2012)
AUTRES - Aussi efficace en fond sonore qu'en écoute attentive, "Home Again" est un excellent premier essai qui va lancer la carrière de Michael Kiwanuka de façon assez impressionnante.
THE KILLERS: Sam's Town (2006)
ROCK - Avec ses titres presque tous entachés d'une ou plusieurs maladresses, "Sam's Town" n'est sans doute pas l'album le plus intéressant pour découvrir The Killers.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT PATRICK RONDAT
PATRICK-RONDAT_An-Ephemeral-World
An Ephemeral World (2004)
2/5
4/5
NTS / GUITAR HERO
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022