ARTISTE:

HANGMAN'S CHAIR

(FRANCE)
TITRE:

A LONER

(2022)
LABEL:

NUCLEAR BLAST

GENRE:

DOOM

TAGS:
Mélancolique
"De moins en moins doom sans pour autant diluer sa mélancolie froide et tenace, Hangman's Chair continue de tracer sa route avec "A Loner", sillonnant les failles cicatricielles d'une société en perdition..."
CHILDERIC THOR (04.02.2022)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Rares sont finalement les groupes qui parviennent à édifier un style qui n'appartient qu'à eux. Hangman's Chair fait incontestablement partie de ceux-ci. Ainsi, peu à peu, par petites touches, les Français ont façonné un rock singulier, bâti sur un lourd substrat doom/stoner (faussement) adouci par un chant expressif trempé dans la cold wave. Talent et personnalité finissent heureusement par payer, comme l'atteste l'alliance scellée entre le groupe et le puissant Nuclear Blast, collaboration qui lui permettra sans aucun doute d'accéder à un public plus large, mais qui s'avère malgré tout surprenante tant l'écurie allemande reste très marquée metal.

Or justement, plus les années passent et les albums avec, et plus Hangman's Chair semble vouloir se détacher de son socle de béton pour errer quelque part à la périphérie maussade d'un rock plus gothic que metal comme l'illustre "A Loner" dont Type O Negative voire le Paradise Lost le plus décrié, celui de "Host" (1999), ne sont parfois pas loin. Ce partenariat commercialement juteux n'a cependant pas vidé les Franciliens de leur moelle cafardeuse comme le suggère le titre de leur sixième album, évocateur de ce mal insidieux qui ronge nos sociétés modernes de plus en plus connectées, ouvertes et qui en même temps laisse de plus en plus de gens sur la route, isolés, bannis, bois mort invisible rejeté dans les replis grisâtres d'une urbanité désincarnée.

Nous avions donc quitté le combo englué dans ces banlieues tristes parisiennes représentées par Alain Corneau dans "Série Noire" (1979) et dans "Le choix des Armes" (1981), nous le retrouvons presque quatre ans plus tard fouillant les alvéoles d'une solitude toute aussi urbaine comme échappée d'un film de Gaspard Noé. D'ailleurs, comme toujours, la musique de Hangman's Chair se coule parfaitement dans l'univers cinématographique. Glauque, déprimant et réaliste évidemment, ce dont témoignent les clips très réussis illustrant 'Cold &Distant' (avec Béatrice Dalle) et plus encore 'Loner', documentaire qui creuse dans la chair et dans l'âme de poignants stigmates.

Le quatuor ne va donc toujours pas mieux. Sa mélancolie poisseuse trouve tout d'abord dans 'An Ode To Breakdown' puis le déjà cité 'Cold & Distant' le réservoir pesant pour exprimer sa prégnante douleur. Manière de rassurer l'auditeur avec des riffs coulés dans le bitume qui irriguent une entame aux coutures métalliques. Mais à partir de 'Who Wants To Die Old' que domine la voix tragique et aérienne de Cédric Toufouti, l'album paraît vouloir emprunter un autre chemin, moins sludge et plus cold wave même s'il reste toujours quelque chose des lourdes et froides racines de ses géniteurs. Et que dire de 'Storm Resounds' dont les traits intimistes sont toutefois soulignés par ces guitares déglinguées reconnaissables entre mille.

Plus son menu se dévide et plus le rythme s'embourbe dans une lenteur aussi hypnotique que morose ('Supreme' aux accents parfois presque post rock), maraudant dans une pop délavée ('Loner', 'Second Wind'). Comme il l'avait fait sur "Banlieue triste", le groupe achève sa course avec une composition qui gravite autour des dix minutes mais cette fois-ci sans s'étirer inutilement. 'A Thousand Miles Away' est la somme de tout ce qui l'a précédé, peinture vaporeuse et percluse tout ensemble grâce à laquelle l'opus meurt sur une note amère et insaisissable.

De moins en moins doom sans pour autant diluer sa mélancolie froide et tenace, Hangman's Chair continue de tracer sa route avec "A Loner", sillonnant les failles cicatricielles d'une société en perdition...


Plus d'information sur https://www.facebook.com/hangmanschair/



GROUPES PROCHES:
NEUROSIS, EIBON


LISTE DES PISTES:
01. An Ode To Breakdown - 6:41
02. Cold & Distant - 5:09
03. Who Wants to Die Old - 6:06
04. Storm Resounds - 5:15
05. Supreme - 7:00
06. Pariah and The Plague - 4:00
07. Loner - 4:31
08. Second Wind - 4:04
09. A Thousand Miles Away - 9:16

FORMATION:
Cédric Toufouti: Chant / Guitares
Clément Hanvic: Basse
Julien Chanut: Guitares
Mehdi Birouk Thépegnier: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
5/5 (2 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
HANGMAN'S CHAIR en concert à Paris le 8 avril prochain
DERNIERE INTERVIEW
HANGMAN'S CHAIR (11 JANVIER 2022)
Music Waves a de nouveau rencontré les membres Hangman's Chair qui nous présentent "A Loner" qui marque un vrai virage dans la carrière du groupe !
 
AUTRES CHRONIQUES
SANDSTONE (IRL): Epsilon Sky (2021)
ROCK - A l'aube de souffler leur vingtième bougie, les Irlandais de Sandstone proposent avec "Epsilon Sky" un metal mélodique agréable à l’ambiance plutôt vintage et revêtant une authenticité notable.
DEGREED: Are You Ready (2022)
HARD ROCK MELODIQUE - Ce "Are You Ready" des Suédois de Degreed est une tornade de hard rock mélodique teinté de rock alternatif.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT HANGMAN'S CHAIR
HANGMAN-S-CHAIR_BANLIEUE-TRISTE
Banlieue Triste (2018)
4/5
-/5
DOOWEET / DOOM
HANGMAN-S-CHAIR_THIS-IS-NOT-SUPPOSED-TO-BE-POSITIVE
This Is Not Supposed To Be Positive (2015)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / DOOM
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022