ARTISTE:

KING CRIMSON

(ROYAUME UNI)
TITRE:

ISLANDS

(1972)
LABEL:

VIRGIN

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Expérimental, Old School, Symphonique
"A la complexité parfois fascinante mais souvent indigeste, "Island" vaut surtout pour son titre éponyme de génie."
VANDERGRAAF (29.08.2003)  
4/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Groupe multifacette qui a survécu à l'âge d'or du progressif, King Crimson présente dans "Islands" un son unique qu'il n'avait encore jamais exploré et qu'il ne réutilisera plus par la suite. Disons que le résultat de cette expérience fut si merveilleux que Robert Fripp n'osera plus jamais y toucher...

A cette époque, Fripp était entouré du pianiste virtuose Keith Tippet (membre du groupe jazz Centipede) et de son vieil ami parolier Peter Sinfield, dernier rescapé de sa première formation. Fripp, auteur de l'intégralité des partitions du disque, a cette fois choisi de rassembler autour de lui un orchestre à cordes, pour soutenir son vieux mellotron. Juste des cordes, le reste du groupe assurant la section de cuivres et de bois. Sur ce disque, le laboratoire King Crimson expérimentera le domaine de la musique classique.

La première face du disque en laissera plus d'un perplexe. King Crimson a déjà un pied dans la complexité, parfois fascinante mais souvent indigeste, qui deviendra ensuite sa marque de fabrique. Mystérieusement fascinant, mais pas encore génial.

La seconde face tue. C'est une lumière divine qui rayonne. L'esprit de Fripp, décidément insondable, a produit une élégie indescriptible. C'est d'abord le prélude, 'Sons of the Gulls', qui plante l'ambiance pastorale d'une salle de concert de musique de chambre. Puis vient 'Islands', titre qui s'étend sur une dizaine de minutes, basé sur un crescendo subtil et abstrait. La musique monte, gonfle tout comme l'émotion. Ce n'est pourtant qu'un seul et même accord que répètent le piano, le hautbois et les cordes. Et comme par magie le tout éclate dans un souffle de bonheur.

"Islands" fait partie de ces albums qui ne captivent personne jusqu'à ce qu'arrive LE morceau de génie qui justifie leur existence. Dans ce cas précis, le morceau en question est incontournable. Si un titre transcende ce que peut être la suave passion à laquelle aboutit un acte d'amour, c'est bien "Islands".


Plus d'information sur http://www.king-crimson.com





LISTE DES PISTES:
01. Formentera Lady
02. Sailor's Tale
03. The Letters
04. Ladies Of The Road
05. Prelude : Song Of The Gulls
06. Islands

FORMATION:
Boz Burrell: Chant / Basse
Ian Wallace: Batterie
Mel Collins: Flute, Saxophone
Robert Fripp: Guitares
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
CORTO1809
29/01/2014
  0 0  
4/5
Si vous parcourez les différents avis écrits ici ou là sur le Net, vous serez probablement bien en peine de vous faire une idée sur ce disque tant les avis divergent. Rock prog, jazz rock, art rock, classique, ... Probablement un peu de tout ça, King Crimson ne délivrant jamais une musique linéaire.

Si "Prelude" est directement inspiré d'une forme classique où cordes et vents occupent tout l'espace et que le final d'Islands' nous laisse entendre en pied-de-nez la cacophonie d'un orchestre s'accordant avant un concert, le reste de l'album lorgne pour moi plutôt du côté du free jazz. Impression probablement causée par l'utilisation importante des instruments à vent, de nombreuses improvisations ou interprétations très libres (deuxième partie de 'Formentera Lady', le triptyque 'Sailor's Tail' enchainant impros de sax, guitare et orgue, 'Islands' émaillé de digressions) et d'un sax qui se déchire régulièrement dans les aigus.

Globalement un album beaucoup plus doux et intimiste que ses prédécesseurs, sans moment de révolte ni d'agression, mais également plus free et expérimental.
Différent, mais tout aussi excellent.

KEITH_WAKEMAN
21/08/2007
  0 0  
2/5
Après le Jazz, c'est au tour du classique.
Cet album est très monotone, si ce n'est les quelques passages annonçant "Larks Tongues in Aspic". Une expérimentation de plus, que R.Fripp ne renouvellera pas.
A mon sens pas indispensable.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4.6/5 (5 avis)
STAFF:
3.6/5 (10 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
Décès de Ian McDonald (King Crimson, Foreigner)
 
AUTRES CHRONIQUES
MARILLION: Brave (1994)
ROCK PROGRESSIF -
TOMAS BODIN: Pinup Guru (2002)
ROCK PROGRESSIF -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KING CRIMSON
KING-CRIMSON_The-Power-To-Believe
The Power To Believe (2003)
4/5
4.3/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Starless-And-Bible-Black
Starless And Bible Black (1974)
4/5
-/5
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Red
Red (1974)
4/5
4.5/5
VIRGIN / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_Larks-Tongue-In-Aspic
Larks' Tongue In Aspic (1973)
5/5
4.6/5
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
KING-CRIMSON_In-The-Wake-Of-Poseidon
In The Wake Of Poseidon (1970)
4/5
4.7/5
ISLAND / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022