ARTISTE:

DELUGE GRANDER

(ETATS UNIS)
TITRE:

AUGUST IN THE URALS

(2006)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Instrumental, Old School, Technique
""
ABADDON (29.12.2006)  
5/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Deluge Grander est né des cendres du groupe Cerebus Effect. Après la parution d’ “Acts of Deception”, Dan Britton et Patrick Gaffney décident de continuer de travailler ensemble et font paraître “August in the Urals”.

Si “Acts” relevait du genre prog/fusion/jazz, l’ambiance de “August” fleure bon les 70’s avec ses claviers vintage (amateurs d’ambiances mellotroniques, bonjour ! ) ; on pense au Genesis des débuts - Nursery Cryme, et plus encore Trespass -, à Anthony Phillips avec ses ambiances automnales, ou à Anglagard pour la construction instrumentale.

Mais ce n’est pas parce que l’album baigne dans une douce complexité qu’il est inaccessible ! Les lignes restent constamment mélodiques et la production ne met aucun instrument en avant, laissant à l’auditeur le choix de trouver son chemin.
Très peu de vocaux dans “August in the Urals”. Dan Britton n’a d’ailleurs pas une voix exceptionnelle, sa manière d’officier rappelle celle de Steve Hackett ou d’Andrew Latimer, deux artistes qui sont plus à leur avantage avec leur instrument que derrière un micro. D’un autre côté, le style vocal proposé colle parfaitement à l’ambiance ( très bien illustrée par la couverture, d’ailleurs ) .

Ouverture de l’album avec “Inaugural Bash”, presque 27 minutes au compteur. On sait la difficulté de “tenir” ce genre de morceau, et Deluge Grander relève le pari haut la main. juxtaposant les ambiances sans temps mort. Et mine de rien, sans aucune démonstration technique, nous gratifie de partitions complexes : le travail à la batterie et à la basse est phénoménal ! Dommage quand même qu’une telle pièce ne bénéficie pas d’une fin digne de ce nom ...

Après une telle entame, on pourrait penser que le groupe a dit tout ce qu’il avait à dire. Perdu ! Le titre éponyme , en venant sur un registre plus mélodique, reste sur les mêmes bases instrumentales, mais gagne encore en émotion. Chapeau, Messieurs, ça c’est de la Musique ( et je tiens à la majuscule ! ).
“Abandoned Mansion Afternoon” verse dans un défaut qu’on peut craindre dans ce genre de production : la dilution du propos harmonique éloigne quelque peu l’attention de l’auditeur, déjà pas facile à conserver sur un rythme complexe ( les 5/4 et autres 7/8 fleurissent assez souvent en Août dans l’Oural, apparemment ! ). Pas inintéressant, mais plus cérébral.

Retour au pur instrumental avec “A Squirrel”, parfois très proche de certaines compos d’Anthony Phillips, avec une section rythmique beaucoup plus recherchée. Excellentes transitions, musiciens impeccablement en place, belle ouvrage !
Clôture en beauté avec “The Solitude of Miranda”, où le groupe mélange les inspirations forlkloriques (slaves, hispanisantes) pour un résultat ébouriffant !

Si l’on peut faire un reproche à ce premier album, ce sera seulement dû à l’attention d’écoute qu’il réclame. Vouloir entendre “August in the Urals” en fond sonore sera certes très reposant, mais comme c’est un album conçu et interprété dans la discrétion et avec une ambiance instrumentale constante, il risquera fort de passer inaperçu. Pour ceux qui s’y lanceront, le voyage sera largement récompensé !


Plus d'information sur http://www.delugegrander.com/



GROUPES PROCHES:
ANTHONY PHILLIPS, CARAVAN, EPHEMERAL SUN, SOFT MACHINE, BIRDS AND BUILDINGS, HATFIELD AND THE NORTH, SYRINX, KOTEBEL, GENESIS, ISILDURS BANE

LISTE DES PISTES:
01. Inaugural Bash - 26:55
02. August In The Urals - 15:50
03. Abandoned Mansion Afternoon - 12:12
04. A Squirrel - 8:43
05. The Solitude Of Miranda - 7:18

FORMATION:
Brett D'anon: Basse
Dan Britton: Chant / Guitares / Claviers
Dave Berggren: Guitares
Frank D'anon: Divers !
Patrick Gaffney: Batterie
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
TONYB
21/08/2007
  0 0  
5/5
A lui tout seul, cet album est une véritable encyclopédie du rock progressif des années 70. Un bijou de symphonisme à l'ancienne, à déguster sans modération.
ALADDIN_SANE
21/08/2007
  0 0  
5/5
Un grand album de progressif symphonique à l'ancienne. On pense à Yes mais aussi éventuellement à Magma (pour les quelques vocaux). Le dernier morceau est une petite perle sous influence Return to Forever.
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.6/5 (5 avis)
STAFF:
5/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
MINDFLOW: Mind Over Body (2006)
METAL PROGRESSIF -
FAITH AND FIRE: Accelerator (2007)
HARD ROCK -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT DELUGE GRANDER
DELUGE-GRANDER_Oceanarium
Oceanarium (2017)
3/5
-/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
DELUGE-GRANDER_The-Form-Of-The-Good
The Form Of The Good (2009)
3/5
3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021