ARTISTE:

TORCH

(SUÈDE)
TITRE:

REIGNITED

(2020)
LABEL:

METALVILLE

GENRE:

HEAVY METAL

TAGS:
80's, Chant aigu, Chant éraillé, Old School
"En un peu plus de 40 minutes, Torch marque au fer rouge son retour aussi inattendu que réussi en proposant un "Reignited" qui aurait fait un véritable carton s’il était paru dans les années 80."
LOLOCELTIC (10.02.2021)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

L'industrie automobile suédoise était déjà célèbre pour ses Volvo et ses Saab, mais voilà qu'il semblerait que DeLorean ait décidé de relancer la production de sa célèbre voiture sur ces terres septentrionales. Après les voyages dans le temps organisés par Work Of Art, State Of Salazar ou Palace, voici, dans un registre plus heavy, le retour de Torch. Si le nom de ce quintet d'Eskilstuna vous est inconnu, c'est que vous avez moins de 40 ans. En effet, c'est en 1983 et 1984 que le groupe mené par Dan Dark (chant) eut son heure de gloire avec un premier album éponyme (1983) suivi un an plus tard de "Electrikiss" (1984). Malheureusement, alors que Torch est cité comme une source d'inspiration par des pointures telles que Robb Flynn (Machine Head) ou Snowy Shaw (King Diamond), il splitte en 1986. Si on ne tient pas compte de la tentative de relance par Dan Dark en 2003 avec d'autres musiciens, la véritable renaissance date de 2013 avec le simple remplacement de Claus Wildt par Häkky à la guitare aux cotés de Chris J. First. C'est après un concert au Sweden Rock de 2018 que l'idée d'un nouvel opus prit forme pour déboucher sur ce "Reignited" proposé aujourd'hui.

Qu'attendre d'un groupe qui sort un nouvel opus 36 ans après son prédécesseur ? Dans le cas présent, ce sera un bon direct dans la face venu de la nuit des temps, à l'époque où Accept, Saxon ou Judas Priest régnaient sur le monde du metal. La voix de Dan Dark naviguant entre celles d'Udo Dirkschneider (U.D.O., ex Accept) et de Biff Byford (Saxon), les comparaisons avec ces formations légendaires ne risquent pas de s'arrêter là et elles refont surface à de nombreuses occasions à l'écoute des neuf titres qui composent cet album. Pourtant, si le riff du refrain hymnique de ‘All Metal, No Rust’ n’est pas sans rappeler celui du ‘War Machine’ de Kiss ("Creatures Of The Night" – 1982), et si l’ombre du ‘Night Comes Down’ de Judas Priest ("Defenders Of The Faith" – 1984) plane sur le torturé ‘In The Dead Of Night’, il n’est jamais possible de parler de clonage. Il est d’ailleurs amusant de constater à quel point les analogies se mêlent au sein de chaque morceau au point de ne finalement plus trop savoir à quelle formation se référer réellement.

C’est là la principale force de "Reignited" : nous replonger dans une époque tout en gardant une identité propre qui, au-delà d’une simple agrégation de similitudes, se révèle en réalité un authentique témoignage d’un survivant oublié de cette période. Il est alors aisé de se déboiter les cervicales sur l’imparable ‘Collateral Damage’, de brûler l’asphalte sur ‘Feed The Flame’ ou ‘Cradle To Grave’, ou d’hurler le refrain d’un ‘Intruder’ aux effluves dignes de Dio, sans ressentir la moindre des réserves habituelles en présence de simples copies. La production de Jacob Hanson (U.D.O., Pretty Maids, Volbeat) met chaque instrument en valeur avec une batterie qui martèle et galope sauvagement, une basse qui écrase tout sur son passage, une paire de guitaristes qui tient la comparaison avec celles des formations précitées et un chanteur au charisme incontestable.

En un peu plus de 40 minutes, la messe est dite et Torch marque au fer rouge son retour aussi inattendu que réussi. Il est impossible de douter que cet opus aurait fait un véritable carton s’il était paru dans les années 80. Si de nos jours le succès sera probablement plus modéré, cela ne réduit en rien la qualité de cette galette dont les odeurs de métal rougeoyant, d’alcools frelatés et de transpiration excessive raviront les amateurs d’un genre dont les qualités sont ici parfaitement assemblées.


Plus d'information sur http://torchrocknroll.com/





LISTE DES PISTES:
01. Knuckle Duster - 3:48
02. Collateral Damage - 4:17
03. All Metal, No Rust - 4:56
04. Feed The Flame - 4:18
05. In The Dead Of Night - 5:26
06. Cradle To Grave - 3:18
07. Snake Charmer - 4:07
08. Intruder - 4:34
09. To The Devil His Due - 7:22

FORMATION:
Chris J.first: Guitares
Dan Dark: Chant
Häkky: Guitares
Ian Gregg: Basse
Steve Streaker: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
CARCASS: Despicable (2020)
DEATH METAL - “Despicable” propose un EP de death metal correct mais on attend beaucoup plus de la part d'un groupe aussi culte que Carcass.
OBSOLEM: Between Scylla And Charybdis (2020)
ROCK PROGRESSIF - "Between Scylla And Charybdis" est l'acte de naissance du groupe de rock progressif français Obsolem dont on aura surement des nouvelles.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021