ARTISTE:

JARGON

(GRÈCE)
TITRE:

THE FADING THOUGHT

(2020)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

/ ROCK ALTERNATIF
TAGS:
Mélancolique, Sombre
"Jargon nous offre avec "The Fading Thought" une belle œuvre d'art rock, sensible, intelligente et habitée. L'un des plus beaux albums de cette année 2020."
CORTO1809 (17.11.2020)  
5/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Son pseudonyme ne le laisse en rien deviner mais Jargon a vu le jour en 1981 à Athènes, son vrai nom, beaucoup plus évocateur, étant John Kosmidis. Un nom et un pseudo que certains auront déjà pu croiser au sein de Verbal Delirium, un groupe comptant aujourd'hui trois albums dans sa discographie. En attendant de donner vie à un quatrième opus attendu et sur lequel le groupe devrait être en train de plancher (mais avec cette cochonnerie de virus, toute visibilité sur les calendriers de sortie relève de l'art de la divination), son leader s'est décidé à sortir son premier album solo, "The Fading Thought".

Si Verbal Delirium à l'habitude de délivrer un rock progressif sombre et torturé autant que dynamique, à la croisée des chemins de Van der Graaf Generator et Muse, la prestation solo de Jargon s'avère un peu plus intimiste et délicate. Les riffs de guitare quasi-metal présents sur les albums du groupe sont ici bien plus rares, supplantés par un quatuor à cordes expressif, et le piano, déjà fort présent au sein de Verbal Delirium, est la clé de voute de ce bel édifice. Ainsi la première partie de l'album voit s'intercaler instrumentaux à tendance néo-classique, élégants et délicats, et ballades art rock déroulant une musique variée, sensible et peuplée d'arabesques instrumentales tantôt portées par le piano, tantôt par les cordes ou la guitare.

Après 'Time is Running Out' à l'introduction symphonique rappelant Muse, les titres deviennent plus tourmentés, le chant plus torturé, la musique plus expérimentale. 'How Can I?', aux nombreux changements d'ambiance, se pare d'un chant gothique d'outre-tombe et de riffs de guitare stridents et 'The Last Temptation' débute par un piano-voix tourmenté et poignant, rappelant le 'In The End' de Peter Hammill, avant un final fait de boucles obsessionnelles de guitare et de violon.

Outre sa maîtrise de l'art de la composition, l'autre point fort de Jargon réside dans un chant émouvant, habité et légèrement théâtral, tour à tour doux ou incisif, capable de sombrer dans la démesure sans crier gare, effrayant ('The Fading Thought'), obsédant ('The Last Temptation') ou proche de la démence ('Window to the World'). La sincérité poignante du chanteur rappelle celle de Peter Hammill (l'une des influences avouées de John Kosmidis), sans en atteindre, pour le pire ou le meilleur, toute la démesure, mais apportant aux titres une intensité à filer des frissons.

'Window to the World' clôt l'album aussi violemment que 'The Film' l'avait ouvert en douceur, son mur compact de percussions accompagnées de cris de dément laissant l'auditeur sur une impression de chaos et de désolation. Naviguant entre grâce intemporelle, piano-voix poignants, progressif symphonique et fureur expérimentale, Jargon nous offre une belle œuvre d'art rock, sensible et intelligente, l'un des plus beaux albums de cette année 2020.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/jargonsolo



GROUPES PROCHES:
PETER HAMMILL, MATTHEW PARMENTER, VERBAL DELIRIUM, DISCIPLINE, VAN DER GRAAF GENERATOR, MUSE

LISTE DES PISTES:
01. The Film (05:33)
02. In Search of the Invisible Thin Line (04:53)
03. Dance of the Framed Words (02:38)
04. The Fading Thought (07:17)
05. Light (03:54)
06. Time Is Running Out (06:54)
07. How Can I? (06:22)
08. The Last Temptation (07:10)
09. Window to the World (04:54)

FORMATION:
Aris Zervas: Violoncelle
Jargon: Chant / Claviers
Kostas Karitzis: Violon
Leonidas Petropoulos: Basse
Nikitas Kissonas: Guitares
Stelios Papanastasis: Alto
Thodoris Mouzakitis: Violon
Wil Bow: Batterie
Lupe: Invité / Choeurs (7)
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
5/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
DOKKEN: The Lost Songs: 1978-1981 (2020)
HARD ROCK MELODIQUE - À part le très bon 'Rainbows', les titres perdus entre 1978 et 1981 de ce "The Lost Songs : 1978-1981" auraient mérité de le rester.
ILLUMINATED MINERVA: Enigma Adamantine (2020)
METAL PROGRESSIF - "Enigma Adamantine" est un opus instrumental de metal progressif technique et précis à qui il manque toutefois un petit surplus de diversité et de nuances pour franchir un cap.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020