ARTISTE:

NO NAME

(LUXEMBOURG)
TITRE:

4

(2006)
LABEL:

MUSEA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Neo
""
ABADDON (10.11.2006)  
4/5
(3) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

“Four”, en Français “4” est le quatrième album du groupe luxembourgeois No Name, ainsi nommé parce qu’il ne s’était pas trouvé de nom de scène juste avant leur premier concert.

Il faut faire écouter “4” aux auditeurs confinés dans le rock, la pop ou l’AOR de base pour leur faire découvrir le prog (ici, nettement typé néo-prog). No Name a parfaitement assimilé les leçons de ses glorieux aînés, Pendragon et Marillion en tête, et nous livre un produit très bien ficelé et tout de suite accessible pour les oreilles standardisées.

Trois morceaux affichent une belle ambition : le premier titre d’abord, avec ses développements mélodiques simples et amples, soutenus par des harmoniques fort agréables (Pendragon ou Satellite - like), The Curse réussit à accrocher l’auditeur dès les premières mesures. Quelques répétitions dans ce titre, mais vraiment rien de rédhibitoire.

Recollection of Dreams avec près de 17 minutes en milieu d’album souffre de deux défauts mineurs : un final mielleux et, plus délicat à expliquer, une difficulté à calmer la densité musicale : 12 minutes sans laisser souffler l’auditeur, même quand il ne s’agit pas (et de loin !) de hard métal, c’est un peu intense pour ne pas être tenté de décrocher, même sur un titre de qualité et plein d’idées comme c’est le cas ici (j’ai le même problème d’écoute sur Not of this World de Pendragon, trop touffu à mon goût bien que d’excellentissime facture).

Mon titre préféré est plutôt Visions, plus ramassé et fort bien fichu, avec des clins d’œil vers Arena et un très chouette solo de guitare en milieu de morceau.
Les trois titres courts qui complètent l’album sont plus convenus, mais tous agréables à écouter : le groupe a le sens de la mélodie qui fait mouche, du solo sympa aux claviers (Thoughts Pay no Toll) ou à la guitare (Promises).

Petit bémol tout de même : pour les habitués du monde Prog, “4” n’apparaîtra pas comme débordant d’originalité. No Name a mis huit années pour mûrir cet opus, et l’auditeur s’amusera à retrouver tous les groupes qui ont nourri cette réflexion, de Clepsydra à IQ ou Camel, et à comparer à d'autres ensembles de même facture, mais plus typés, comme Aether ou Strangefish. Nous avons quand même un ici résultat fort sympathique, mais manquant encore peut être de signature propre.


Plus d'information sur http://www.noname.lu





LISTE DES PISTES:
01. The Curse - 10:38
02. Fountain Of Dreams - 5:28
03. Thoughts Pay No Toll - 6:18
04. Recollection Of Dreams - 16:45
05. Visions - 9:53
06. Promises - 6:16

FORMATION:
Ales Rukavina: Claviers
Chris Sontag: Batterie
Iris Sontag: Chant / Basse / Flûte
Patric Kiefer: Chant
Yves Di Prospero: Guitares
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
KEITH_WAKEMAN
21/08/2007
  0 0  
2/5
Face à autant d'enthousiasme, je me suis empressé d'écouter le nouveau disque des Luxembourgeois qui ne m'avaient jusqu'à présent pas laissé un souvenir impérissable. Je ne suis pas emballé par ces mélodies banales et à la couleur de "Pengragon". Encore un disque bien réalisé, mais qui me laisse totalement indifférent (à l'exception peut-être de certains passages de "Visions").
TONYB
21/08/2007
  0 0  
4/5
Excellent ! Et pourtant, c'est le premier album de No Name où j'aurais autant de critiques à formuler :
- Iris Sonntag ne joue plus de flûte (bon d'accord, la basse c'est important et encombrant),
- Patrick Kieffer ne chante plus en luxo,
- Chris Sonntag a un son de batterie trop électronique,
- et last but not least, Alex Rukavina occupe un peu trop l'espace sonore à lui tout seul avec ses claviers.
Et pourtant, cet album tourne en boucle depuis 1 semaine (et du coup, j'ai réécouté avec plaisir les trois précédents). Avec cette galette, No Name nous prouve une nouvelle fois qu'ils maîtrisent le néo sur le bout des doigts. En allongeant les compositions, ils allongent le plaisir de l'auditeur ! Et foin des commentaires sur le manque d'originalité : les Rolling Stones jouent la même musique depuis 45 ans, et personne ne leur reproche !
Bravo messieurs-dames ! Et même si vos prestations live au Luxembourg sont un peu loin de moi désormais, ça sera un vrai plaisir de vous rencontrer de nouveau sur scène.

RICK
21/08/2007
  0 0  
4/5
8+

Comme l'a très joliment dit abaddon, Noname assimile parfaitement les recettes qui ont consacré le prog avec des groupes comme Yes, Marillion, Genesis... C'est ce qu'on pourrait appeler "la base de la base".

De charmants solis de claviers et un enthousiasme à nous faire découvrir et redécouvrir de grands classique par le biais d'une musique nouvelle et peut-être plus accessible qu'à l'époque. On notera notamment la capacité du clavieriste à reproduire des breaks mélodiques qui auraient parfaitement collé à un dénommé Rick Wakeman.

Si l'originalité n'est pas le point fort du disque, elle n'est pas non plus source défauts majeurs.
A souligner également qu'il est plutôt rare de trouver du rock néo-progressif sur la scène luxembourgeoise et que passer à côté de ce 4ème opus serait tout de même malheureux.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (2 avis)
STAFF:
3.6/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
XII ALFONSO: Claude Monet Vol. 2 (1889-1904) (2005)
ROCK PROGRESSIF -
RUFFIANS: Desert Of Tears (2006)
HEAVY METAL -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT NO NAME
NO-NAME_The-Other-Side
The Other Side (1998)
4/5
2.5/5
ANGULAR / ROCK PROGRESSIF
NO-NAME_The-Secret-Garden
The Secret Garden (1995)
4/5
3/5
ANGULAR / ROCK PROGRESSIF
NO-NAME_Zodiac
Zodiac (1993)
3/5
3/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022