ARTISTE:

THE SMASHING PUMPKINS

(ETATS UNIS)
TITRE:

CYR

(2020)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK ALTERNATIF

TAGS:
80's, Chant grave, Intimiste, Mélancolique, Old School
"Un nouvel album des Smashing Pumpkins est toujours attendu. Le résultat est souvent le même et ''Cyr'' le confirme, long, ennuyeux et flirtant avec l'artificiel."
ADRIANSTORK (14.12.2020)  
2/5
(0) Avis des lecteurs (4) commentaire(s)

Depuis le grand retour des Smashing Pumpkins, Billy Corgan s'efforce de cultiver son jardin avec régularité. Le fan et le mélomane averti espèrent toujours un retour aux sources. Le double ''Mellon Collie And The Infinite Sadness'' brille au firmament des albums accomplis sur lesquels le temps ne semble pas faire son œuvre. En revanche ce dernier avait été le chant du cygne et tel un Icare imprudent, Billy Corgan avait été précipité dans les flots après avoir osé côtoyer le soleil, entraînant avec lui ses compagnons de jeux. Les albums se suivent alors mais ne passionnent guère, et lorsqu'en 2018 notre divin chauve réunit autour de lui ses anciens partenaires, nous sommes en droit à nous attendre à des réjouissances fastueuses. Les retrouvailles s'étaient concrétisées par un court EP au nom de fleuve "Shiny and Oh So Bright, Vol. 1 / LP: No Past. No Future. No Sun". Le résultat permettait de baliser la piste même si la tapisserie déroulait autant de faits d'armes que d'actions moins grandioses.

De façon assez ludique, ''Cyr'' prend le contre-pied de son prédécesseur. L'album renferme 20 pistes pour une durée d'une heure douze. A l'origine, Billy Corgan avait soumis 35 chansons à ses collègues. Comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, il a décidé d'accoucher lui-même sa nouvelle progéniture. Dans une interview récente, il clamait vouloir faire un album contemporain et non une resucée de ses précédents succès. Ces propos entrent quelque peu en contradiction avec l'atmosphère de l'album, qui penche plutôt vers la new-wave et la synthpop mais suit la ligne éditoriale tracée par les précédents travaux. Le son des synthés architecture l'ensemble et enveloppe les morceaux d'une mélancolie intemporelle, parfois d'un esprit plus torturé ('Tyger Tyger'). Très en retrait, les guitares surprennent par leur hargne éphémère (sur les métalliques 'Purple Blood' ou 'Wyttch' qui évoquent les heures de gloire du groupe). A ce titre, le premier morceau 'The Colour Of Love' permet autant de débuter in medias res que de nous donner un programme détaillé de ce qui suivra - qui ne sera pas de tout repos. 'Ramona' se révèle la chanson la plus accomplie avec son chant émouvant, sa guitare acoustique et ses claviers hantés. Le chant d'adolescent geignard tourmenté propre à Billy Corgan est identifiable entre mille et même s'il est insupportable à certaines oreilles ('Save Your Tears' satisfera les grincheux), il lui permet d'enfiler des perles noires d'inspiration romantico-gothique ('Confessions Of A Dopamine Addict'). Petite cerise sur le gâteau, Billy a entraîné des sirènes choristes dans son sillage, qui ajoutent une touche sensuelle à l'ensemble mais se montrent parfois trop envahissantes ('Black Forrest, Black Hills' est à déconseiller aux diabétiques).

Malheureusement de ce volcan bouillonnant n'explosent que de petites étincelles inoffensives. A l'exception des morceaux cités plus haut, peu de pistes viennent nous réchauffer. La principale raison est l'utilisation d'une formule usée jusqu'à la corde. Le chant de Billy Corgan est omniprésent et bien souvent ruine les expressions musicales ('Birch Glove', 'Starrcraft', 'Haunted'). D'une durée moyenne de trois minutes, les chansons se suivent avec une linéarité poussive, souvent brutalement interrompues en plein vol. Si elles ne sont pas déjà de nature soporifique, d'autres pistes réussissent à être répétitives ad nauseam ('The Hidden Sun', 'Minerva'). La musique ressemble à s'y méprendre à une toile sonore en arrière-plan, sur laquelle Billy exprime ses inexorables désespoirs qui font fuir l'auditeur. Tous se passe comme si Billy Corgan avait trouvé un logiciel de musique qui donnerait une touche sonore 80's à ses morceaux et sur laquelle il ferait du karaoké. Le produit est trop froid pour être chaleureusement consommé et ce nouvel album révèle cruellement que l'âge du capitaine commence à être avancé. Si la créativité de son auteur semble féconde, en revanche celle-ci aurait dû être sérieusement canalisée comme le précédent album nous avait avertis d'avance sur le sujet. Sur un format court, quelques morceaux insignifiants ne vont pas entacher l'ensemble, mais lorsqu'il s'agit d'un album long et que plus d'une quinzaine de pistes semblent s'intituler 'Morceau Peu Intéressant Suivant', l'auditeur en sort lessivé.

Nouvel album des Smashing Pumpkins et énième déception. Non plus celle de ne pas renouer avec les grands albums du passé, ce Smashing Pumpkins-là est mort et enterré, l'actuel ressemblant plus à un projet solo. En revanche, en voulant à tout prix sonner contemporain, Billy Corgan se trompe. Malgré un retour en force des 80's pillées par des artistes à la morale très douteuse, plus personne aujourd'hui ne veut faire l'effort pour écouter un album aussi long et sans la moindre accroche ni aspérité pour nous enflammer. Même s'ils évoluent dans deux univers différents, Billy Corgan suit la même trajectoire qu'une Madonna. Naguère pionnier, The Smashing Pumpkins ont vu toute une cohorte de fans les dépasser et n'ont eu pour choix pour ne pas frôler l'abandon que d'adopter des postures et copier des formules toutes faites, quitte à y perdre leur âme. Billy Corgan aurait-il réalisé qu'il n'était plus l'éternel adolescent que l'on voulait tant réconforter ?


Plus d'information sur http://www.smashingpumpkins.com/



GROUPES PROCHES:
JANE'S ADDICTION, SILVERSUN PICKUPS, AND YOU WILL KNOW US BY THE TRAIL OF DEAD, ULTRAVOX, MUSE, URGE OVERKILL, NIRVANA

LISTE DES PISTES:
01. The Colour Of Love
02. Confessions Of A Dopamine Addict
03. Cyr
04. Dulcet In E
05. Wrath
06. Ramona
07. Anno Satana
08. Birch Grove
09. Wyttch
10. Starrcraft
11. Purple Blood
12. Save Your Tears
13. Telegenix
14. Black Forest, Black Hills
15. Adrennalynne
16. Haunted
17. The Hidden Sun
18. Schaudenfreud
19. Tyger, Tyger
20. Minerva

FORMATION:
Billy Corgan: Chant / Guitares
James Iha: Guitares
Jeff Schroeder: Basse
Jimmy Chamberlin: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(4) COMMENTAIRE(S)    
 
 
ADRIANSTORK
15/12/2020
  0
La note de 2 correspond à ''peut mieux faire''. Depuis plusieurs années, la créativité de Billy Corgan est féconde mais manque cruellement d'inspiration. Certes, en éliminant des pistes, on peut arriver à un album potable (je dis bien potable, pas excellent) comme pouvait l'être le précédent EP. Mais en l’occurrence, la chronique ici présente traite de l'album en son intégralité et c'est bien le problème soulevé. Comme je le disais, on a aimé Billy Corgan et les Smashing Pumpkins mais cet attachement ne doit pas nous rendre sourd. On ne peut même pas parler de grand album malade mais d'une collection de pistes pas toujours inspirées. Note justifiée selon moi.
PASCALJ
15/12/2020
  1
Pas le meilleur album du groupe, malgré quelques titres dispensables il reste quand même de la matière à écouter.
TORPEDO
15/12/2020
  0
Il n'est pas si mauvais que ça cet album... Il démarre plutôt bien même avec The Colour of love et Confessions, deux titres qui accrochent. On peut regretter le trop plein avec 20 titres mais à l'époque des playlists, il y en a bien une dizaine à sélectionner. Alors est-ce vraiment un problème ?
JACKMAM45
14/12/2020
 
1
0
je ne suis pas d'accord avec cette avis. c'est sur ce n'est pas le meilleur album de ce groupe
mais mérite mieux que cette note très dur à mon avis.
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2.6/5 (5 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
THE SMASHING PUMPKINS: Les détails sur 'Cyr', le nouvel album
 
AUTRES CHRONIQUES
AUÐN: Vökudraumsins Fangi (2020)
BLACK METAL - Trouvant le juste équilibre entre noirceur abrasive et atmosphères belles comme un paysage d'automne, Auðn offre avec "Vökudraumsins Fangi" un très grand disque de black metal sculpté dans la roche islandaise.
VERBAL DELIRIUM: From The Small House Of Weakness (2013)
ROCK PROGRESSIF - Bien plus contrasté et moins homogène que son prédécesseur, "From The Small House of Weakness" est un album au caractère avant-gardiste et expérimental beaucoup plus affirmé. Troublant et séduisant.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE SMASHING PUMPKINS
THE-SMASHING-PUMPKINS_SHINY-AND-OH-SO-BRIGHT-VOL-1-LP-NO-PAST-NO-FUT
Shiny And Oh So Bright Vol. 1 / Lp: No Past. No Future. No Sun (2018)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
THE-SMASHING-PUMPKINS_MONUMENTS-TO-AN-ELEGY
Monuments To An Elegy (2014)
4/5
4/5
BMG / ROCK
THE-SMASHING-PUMPKINS_Oceania
Oceania (2012)
4/5
4/5
EMI / ROCK ALTERNATIF
THE-SMASHING-PUMPKINS_Mellon-Collie-And-The-I
Mellon Collie And The Infinite Sadness (1995)
5/5
4.5/5
VIRGIN / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021