ARTISTE:

STRAY CATS

(ETATS UNIS)
TITRE:

ROCKED THIS TOWN: FROM LA TO LONDON

(2020)
LABEL:

MASCOT LABEL GROUP

GENRE:

ROCK

TAGS:
60's, 70's, Guitar-Hero, Happy, Live, Old School
"En un peu plus d'une heure et quart, les Stray Cats marquent les esprits en confirmant leur statut de légendes vivantes d'un rockabilly à l'énergie et à la bonne humeur bienvenues en ces temps maussades."
LOLOCELTIC (16.11.2020)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Une formation qui fête ses 40 ans d'existence, ce n'est pas courant. Pour immortaliser l'évènement, les Stray Cats s'étaient fendus d'un opus à se démettre les articulations et à rendre les antidépresseurs inutiles ("40" – 2019). Bien sûr, une tournée mondiale avait accompagné cet album inespéré et les Chats Errants, en ces temps d'enfermements répétés, nous font le plaisir de nous en offrir le témoignage discographique. Composé de 22 titres (23 pour la version vinyle), "Rocked This Town : From L.A. To London" couvre l'ensemble de la carrière des Cats même si le premier opus éponyme (1981) et le dernier né sont logiquement privilégiés. A contrario, l'injustement sous-estimé "Gonna Ball" (1981), "Rock Therapy" (1986) et "Let's Go Faster" (1990) sont totalement ignorés. Même chose, mais plus logiquement, pour l'album de reprises "Original Cool" sorti en 1993. Heureusement, quelques raretés viennent compenser ces absences, mais nous y reviendrons plus tard.

Produit par Brian Setzer lui-même et mixé par Vance Powell (Clutch, Tyler Bryant & The Shakedown, Buddy Guy, The White Stripes, etc…), "Rocked This Town: From L.A. To London" offre un son clair qui rend hommage à chaque instrument et rend compte de l'énergie sauvage du trio sur scène. Slim Jim Phantom semble toujours branché sur 100.000 volts et Lee Rocker malmène sa contrebasse avec puissance et dynamisme pour notre plus grand plaisir. Quant à Brian Setzer, il rappelle ici pourquoi il est une légende de la six-cordes avec sa Gretsch légendaire sur laquelle ses doigts semblent ne pas avoir de limite de vitesse, de technique, ni de sensibilité. Il est également un maître de cérémonie hâbleur et proche d'un public qu'il n'hésite pas à taquiner en lui demandant s'il a déjà entendu ce titre avant de lancer l'incontournable 'Stray Cat Strut' qui se fait encore plus félin avec les années.

En milieu d'opus, après une pause élégante le temps de la ballade 'I Won't Stand In Your Way' au chant crooner et charmeur, il enchaîne deux surprises offertes à un public déjà dans sa poche depuis longtemps. "Donne-moi la guitare violette" réclame-t-il à son roadie avant de se lancer dans la reprise du 'Cannonball Rag' rendu célèbre par Mule Travies et Chet Atkins. Rejoint par ses camarades de jeu, il enchaîne ensuite sur l'hymne du surf-rock qu'est le 'Misirlou' de Dick Dale dans une version dantesque à faire s'assoir John Travolta et Uma Thurman dans leur légendaire scène de Pulp Fiction. Enfin, si de nombreux titres restent proches de leur version studio sans que cela en altère l'efficacité, il serait dommage de passer à côté de quelques perles aux versions imparables. Sur '(She's) Sexy + 17', toute la complicité du trio éclate. Les Cats s'amusent et ils font participer le public à leur jeu. 'Blast Off' bénéficie d'une version décoiffante et survitaminée au solo hallucinant et à la contrebasse monstrueuse. Puis vient un 'Fishnet Stockings' introduit par une leçon détaillée de rockabilly avant de s'étaler sur plus de cinq minutes décorées de multiples soli. Après une nouvelle salve de titres en fusion dont l'incontournable 'Rock This Town', le monument 'Rumble In Brighton' conclut l'ensemble en laissant le public exsangue et ravi.

En un peu plus d'une heure et quart, le trio marque les esprits en confirmant son statut de légende vivante du rockabilly. Impossible d'imaginer que ces gars-là ont dépassé la soixantaine quand on les entend dégager une telle énergie et une telle joie de vivre. Alors poussez les meubles et préparez-vous à sauter dans tous les sens en oubliant le confinement. Les Chats Errants vont faire souffler un vent de liberté et de bonne humeur qui fera tomber les murs qui vous entourent.


Plus d'information sur http://www.straycats.com/



GROUPES PROCHES:
CHUCK BERRY, BOZ BOORER, POPA CHUBBY

LISTE DES PISTES:
01. Cat Fight (over A Dog Like Me) - 2:46
02. Runaway Boys - 3:14
03. Too Hip, Gotta Go - 3:03
04. Double Talkin' Baby - 3:38
05. Three Time's A Charm - 2:23
06. Stray Cat Strut - 3:22
07. Mean Pickin' Mama - 2:54
08. Gene & Eddie - 4:06
09. Cry Baby - 4:08
10. I Won't Stand In Your Way - 4:06
11. Cannonball Rag - 2:03
12. Misirlou - 2:58
13. When Nothing's Going Right - 3:07
14. (she's) Sexy + 17 - 3:56
15. Bring It Back Again - 3:17
16. Blast Off - 2:57
17. Lust 'n' Love - 3:42
18. Fishnet Stockings - 5:37
19. Rock This Town - 4:14
20. Rock It Off - 3:43
21. Built For Speed - 3:58
22. Rumble In Brighton - 4:24

FORMATION:
Lee Rocker: Basse
Brian Setzer: Chant / Guitares
Slim Jim Phantom : Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
DERNIERE ACTUALITE
STRAY CATS: Nouvel album live en septembre
 
AUTRES CHRONIQUES
SINNER'S BLOOD: The Mirror Star (2020)
METAL MELODIQUE - Proche de Masterplan, Evergrey ou DGM, ce "The Mirror Star" est un bel objet, compact, lourd, puissant et épique.
BLACK FOXXES: Black Foxxes (2020)
ROCK - Intense et émouvant, ce troisième album de Black Foxxes est une vraie réussite. Si vous cherchez l’album rock de l’année, vous l’avez trouvé.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT STRAY CATS
STRAY-CATS_40
40 (2019)
5/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020