GROUPE/AUTEUR:

TIM BOWNESS

(ROYAUME UNI)

TITRE:
LATE NIGHT LAMENTS (2020)
LABEL:
INSIDEOUT MUSIC
GENRE:
ROCK ATMOSPHERIQUE

"A refuser de sortir de sa zone de confort, Tim Bowness prend le risque de lasser son auditoire."
CORTO1809 - 24.09.2020 - (0) Avis des lecteurs - (0) commentaire(s)
3/5
Pour son sixième album solo, Tim Bowness reste fidèle pour le mixage et la production à l'équipe qui s'est occupée de ces opérations sur "Flowers at the Scene", son précédent album. On retrouve donc ses complices Brian Hulse et Steven Wilson avec qui il a collaboré au sein de Plenty pour le premier et No-Man pour le second. Et tant qu'à travailler avec l'ex-leader de Porcupine Tree, pourquoi ne pas embarquer d'autres membres de ce groupe pendant qu'on y est ? C'est ce qu'a dû se dire Bowness puisque se retrouvent au sein du line-up le bassiste et le claviériste de cette formation, respectivement Colin Edwin et Richard Barbieri.

Si "Late Night Laments" n'est pas un concept album à proprement parler, il poursuit au travers des neuf titres qui le constituent une thématique fort sombre, tirée des informations télévisées en continu (quelle belle époque nous vivons !), évoquant la folie, les crimes haineux, la maladie, l'exclusion, le suicide, le terrorisme… Autant dire qu'avec de tels sujets, la musique n'est pas des plus primesautières, mais elle ne sombre pas non plus dans le dépressif et le pathos. Les chansons s’enchaînent sur un tempo plutôt lent, déroulant leurs mélodies mélancoliques interprétées de façon intimiste par les musiciens et chantées à la manière confidentielle dont ne se départit jamais Tim Bowness.

Et c'est bien le reproche majeur qui peut être fait à ce disque : à moins de porter une attention particulière au moindre détail (de l'aveu de Tim Bowness, il l'a imaginé pour une écoute au casque), tous les titres finissent par se ressembler et l'album s'écoute dans un confort douillet et incite à la rêverie, quand ce n'est pas à une certaine somnolence. Chaque chanson prise séparément est agréable mais l'ensemble manque de surprises et finit par devenir monotone. Si une écoute très attentive et une production irréprochable permettent de savourer la palette sonore des différents claviers et le jeu tout en finesse des percussions (mention spéciale au vibraphone), une écoute plus distraite laisse malheureusement une impression d'uniformité ennuyeuse.

Certains titres se détachent néanmoins un peu du lot : 'Northern Rain' auquel une belle ligne de basse apporte du relief, 'Darkline' où se juxtaposent nappes de clavier élégiaques, sonorités tubulaires du vibraphone et guitares distordues ou l'harmonieux mélange des synthés et du vibraphone (encore lui !) sur 'One Last Call' font partie des bons moments de l'album. C'est un peu juste.

Si les qualités d'écriture, d'exécution et de production sont indéniables, la linéarité des mélodies et de l'interprétation rend l'ensemble un peu fade, "Late Night Laments" ne se distinguant pas par ailleurs de ses prédécesseurs. A refuser de sortir de sa zone de confort, Tim Bowness risque de lasser son auditoire. Un album à réserver à ceux qui ne connaissent pas encore cet artiste ou aux hard-die fans qui ne se sont pas encore lassés d'un style un brin répétitif.

Plus d'information sur http://www.timbowness.co.uk/



GROUPES PROCHES:
NO MAN, NOSOUND, PETER HAMMILL, STEVEN WILSON, MEMORIES OF MACHINES

LISTE DES PISTES:
01. Northern Rain (04:49)
02. I'm Better Now (03:52)
03. Darkline (03:57)
04. We Caught The Light (03:56)
05. The Hit-man Who Missed (03:21)
06. Never A Place (04:41)
07. The Last Getaway (04:55)
08. Hidden Life (05:05)
09. One Last Call (04:15)


FORMATION:
Tim Bowness: Chant / Synthétiseurs
Colin Edwin: Basse / Invité / Contrebasse
Evan Carson: Batterie / Invité / Percussions
Kavus Torabi : Guitares / Invité / Choeurs
Melanie Woods: Invité / Chant (2) / Choeurs
Richard Barbieri: Claviers / Invité
Tom Atherton: Invité / Percussions


TAGS:
Intimiste, Mélancolique
 
 
(0) AVIS DES LECTEURS
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Haut de page
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur cette chronique ou sur cette production
Haut de page
EN RELATION AVEC TIM BOWNESS
DERNIERE ACTUALITE
TIM BOWNESS: Les détails sur 'Late Night Laments'
Toutes les actualités sur TIM BOWNESS
NOTES
3/5 (1 avis) 2.7/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
AUTRES CHRONIQUES
CHRONIQUE PRECEDENTE
EN MINOR: When The Cold Truth Has Worn Its Miserable Welcome Out (2020)
ROCK ALTERNATIF Avec ce nouveau projet En Minor, Phil Anselmo se complait dans la déprime. "When The Cold Truth Has Worn Its Miserable Welcome Out" est un album profondément ennuyeux.
 
CHRONIQUE SUIVANTE
NAPALM DEATH: Throes Of Joy In The Jaws Of Defeatism (2020)
DEATH METAL Toujours ancré dans son époque, "Throes Of Joy In The Jaws Of Defeatism", intense et violent, remue les tripes tout en interrogeant les consciences.
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT TIM BOWNESS
TIM-BOWNESS_Flowers-At-The-Scene
Flowers At The Scene (2019)
3/5
-/5
BURNING SHED / ROCK ATMOSPHERIQUE
TIM-BOWNESS_Lost-In-The-Ghost-Light
Lost In The Ghost Light (2017)
4/5
-/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK ATMOSPHERIQUE
TIM-BOWNESS_Stupid-Things-That-Mean-The-World
Stupid Things That Mean The World (2015)
3/5
-/5
BURNING SHED / ROCK ATMOSPHERIQUE
TIM-BOWNESS_Abandoned-Dancehall-Dreams
Abandoned Dancehall Dreams (2014)
4/5
4/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK ATMOSPHERIQUE
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020