ARTISTE:

THE UNITY

(ALLEMAGNE)
TITRE:

PRIDE

(2020)
LABEL:

STEAMHAMMER

GENRE:

METAL MELODIQUE

TAGS:
FM
""Pride" est un melting pot hard rock/speed/heavy/power mélodique qui peut rassembler les fans de tous bords."
LYNOTT (15.07.2020)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

The Unity est né en 2016 des cendres de Love Might Kill (deux albums en 2012-2013). Fort de deux opus de power metal réussis (celui éponyme de 2017 et "Rise" en 2018), le combo nous présente aujourd’hui sa nouvelle progéniture. "Pride" est son nom, et il nous interpelle. Ce nouvel opus mérite-t-il véritablement son patronyme ? Les Allemands ont-ils raison de bomber le torse, hautement satisfaits d'être les géniteurs de ce nouveau rejeton ? Music Waves va tâcher de creuser la question.

Sur le sujet du personnel de bord, aucun changement n'est à noter. Que les amateurs de Gamma Ray soient rassurés, son guitariste Henjo Richter est toujours associé à Michael Ehré son batteur. Sur la question du style musical, il semble évident que The Unity a souhaité varier les plaisirs, et ce n'est pas peu dire tant il y en a pour tous les goûts, ou presque, dans ce "Pride". Exit le power metal immuable, apprêtez-vous à être immergé au beau milieu d'un melting pot hard rock/speed/heavy/power aux prétentions mélodiques (oui, ça existe !).

Velléités mélodieuses donc... il est vrai que la première partie de l’œuvre relève le challenge de rendre ses harmonies addictives. Le power metal de 'Hands Of Time' entame les débats en passant en revue Judas Priest puis Gamma Ray et enfin Pretty Maids, notamment en raison de la voix de Gianbattista Manenti. Notons d'ailleurs ici que le Ronnie Atkins italien délivre sur cet opus une sacrée performance. A peine les débats entamés, on change déjà de registre avec 'Line And Sinker' et son hard mélodique easy listening hyper léché où un riff remarquable, une mélodie addictive et un solo bouillant font frétiller d'aise. 'We Don´t Need Them Here' remet ensuite le même couvert, mais en laissant cette fois parler la poudre. Avec 'Destination Unknown' qui lui succède, on est propulsé dans la cour d'Harem Scarem, la FM n'est pas loin et les amateurs du style radio friendly seront aux anges. Puis 'Angel Of Dawn' déboule pour casser la baraque et vous secouer comme un prunier. Ce hard rock mélodique-là est cette fois pesant, doté de gros riffs et dépositaire d'un refrain martelant et addictif soutenu par des chœurs gutturaux. Les premiers tours de manège viennent de s'achever, vous êtes passés d'une monture à l'autre et avez chopé la queue du Mickey. Profitez de votre plaisir, les tours suivants seront moins festifs.

En effet, la seconde partie de l’œuvre est d'un autre calibre. Elle attaque les hostilités avec du speed mélodique. 'Damn Nation', avec sa double pédale qui fait mal au crâne et sa voix ponctuellement énervée, qui nous fait un coup d’Helloween par-ci, un coup de Rainbow par-là, désarçonne l'auditeur par la rupture de ton imposée. Son voisin de plage ne le remettra pas d'aplomb. 'Wave Of Fear' est lourdingue et peu mélodieux, il s'égare dans un heavy hyper classique où l'on navigue entre Judas Priest et le Queensryche de la fin des 90's. C'est alors qu'incongrûment vient à nouveau la lumière grâce à 'Guess How I Hate This' qui revêt les frusques de Pretty Maids. Ici, tout est mélodie du début à la fin. On tient là le hit de l'album. Feu de paille que voilà, le fort priestien 'Scenery Of Hate' et son speed mélodique flatline nous ramène la double pédale et l'hybride 'Rusty Cadillac', boogie survitaminé virant au jazz-swing hard rock, nous remmène quant à lui l'ennui. On sortira de cette torpeur en clôture d'opus grâce à 'You Don´t Walk Alone' et son hard rock mélodique coincé entre Bon Jovi et Harem Scarem.

Voilà donc un album affichant deux parties distinctes. La première est linéaire dans la qualité, la seconde est plutôt chaotique dans ce domaine. Ce fils prodigue de Pretty Maids, d'Helloween/Gamma Ray et d'Harem Scarem devrait, sur ce coup-là, vous permettre de trouver votre compte dans cet album. En effet, la diversité de cette œuvre a de quoi rallier les adeptes de diverses obédiences. Elle pourrait également n'en attirer aucun.


Plus d'information sur http://unity-rocks.com/



GROUPES PROCHES:
GAMMA RAY

LISTE DES PISTES:
01. The New Pandora
02. Hands Of Time
03. Line And Sinker
04. We Don´t Need Them Here
05. Destination Unknown
06. Angel Of Dawn
07. Damn Nation
08. W ave Of Fear
09. Guess How I Hate This
10. Scenery Of Hate
11. Rusty Cadillac
12. You Don´t Walk Alone

FORMATION:
Gianba Manenti: Chant
Henjo Richter: Guitares
Jogi Sweers: Basse
Michael Ehré: Batterie
Sascha Onnen: Claviers
Stef E: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
DERNIERE ACTUALITE
The Unity: Nouvelle vidéo
 
AUTRES CHRONIQUES
WALTARI: Global Rock (2020)
METAL FUSION - "Global Rock" est une démonstration de plus du génie de la fusion des Finlandais de Waltari.
FLYING CIRCUS: 1968 (2020)
ROCK PROGRESSIF - "1968" est un disque intéressant et très diversifié qui rend un bel hommage à la musique de ces années-là.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020