ARTISTE:

ROSENKREUZ

(FRANCE)
TITRE:

CRYSTAL CITY

(2019)
LABEL:

ADIPOCÈRE

GENRE:

METAL GOTHIQUE

/ METAL INDUSTRIEL
TAGS:
Chant grave, Growl, Théatral
"Rosenkreuz nous fait visiter les bas fonds de "Crystal City" avec un metal industriel gothique dans lequel on aime s'enliser."
ADRIANSTORK (06.05.2020)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

"Crystal City" déploie fièrement ses formes architecturales dont l'éclat cristallin se reflète sous les rayons de lune. Mais au pied de ces géants de verre se révèle un marécage fangeux peuplé d'une faune pour le moins interlope. Là, tout n'est que désordre, laideur, vice, bruits et jouissances à la carte. Comme son collègue Shaârghot avec qui il a tourné, le jeune Rosenkreuz nous propose une visite guidée de cet enfer urbain pour son premier album studio.

Rosenkreuz, déformation volontaire du patronyme d'un personnage d'Hamlet ou plus directement hommage au fondateur de la société secrète des Rose-Croix, nous n'en saurons peut-être pas plus. Ce qui est certain, c'est qu'en 2017, le groupe français avait livré un galop d'essai, un EP ''Infinite'', qui révélait déjà un univers sonore et une tentation conceptuelle que nous retrouvons sur ce présent album. La bande-son de ce voyage à ''Crystal City'' se révèle sombre, lourde, œuvrant dans un metal industriel teinté de gothique. Les cartes sont abattues dès l'entrée de jeu. 'The Antisocial Manifesto' se déploie comme un hymne et nous présente les différentes facettes de Rosenkreuz : le chant growl est agressif mais sait se montrer parfois enjôleur, les guitares sont agitées mais l'énergie bouillonnante rencontre des moments de flottement. Rozenkreuz trouve ainsi un équilibre entre calme et fureur. Si le morceau éponyme 'Crystal City' est un monstre rampant avec sa voix visqueuse à souhait et l'atmosphère asphyxiante, la chanson succède toutefois à une ballade lumineuse, 'She's Lost'. Avec son solo de guitare périlleux et ses claviers très Nine Inch Nails première période, 'Lucretia' ajoute un nouvel atout de séduction gothique avec une voix féminine qui tempère l'ardeur explosive.

Le chant dont l'intonation rappelle parfois Till Lindemann est tout aussi théâtralisé et semble apporter une distance ironique avec le contenu thématique. Le groupe use d'artifices verbaux adéquats pour se lover dans la nasse (allant parfois jusqu'à la pornographie sur 'Die'). Les thèmes des chansons sont très glauques (critique du business, massacre industriel, guide du dragueur cynique ou de la parfaite pourriture). Le point faible de l'album réside peut-être dans cette surenchère de mauvais goût et de vulgarité mais comme l'a dit le poète, il faut savoir se perdre pour se retrouver. Si l'objectif de Rosenkreuz est de tendre un miroir à la face la plus repoussante de notre monde, on n'accusera pas le miroir d'être laid. Enfin 'This Is Is War' qui clôt l'album se complait dans un massacre généralisé (avec un slogan singeant le 'No Future' des Sex Pistols) et encadré, annonçant peut-être une suite plus monstrueuse.

Avec son premier album, Rosenkreuz s'affiche comme un petit frère de Porn et Shaârghot, déployant autour d'une musique sombre un univers thématique élaboré. L'esthétique repose sur un équilibre savant entre couleurs chatoyantes et ténèbres. Les riffs sont acérés, le growl nous invective mais les mélodies sont entraînantes et le groupe surprend toujours en abattant une carte dont on n'aurait pu anticiper la couleur.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/officialrosenkreuz





LISTE DES PISTES:
01. The Antisocial Manifesto - 4:16
02. Lucretia - 3:16
03. Crystal City - 4:08
04. She:s lost - 4:56
05. Die! - 4:31
06. Sin Addiction - 4:03
07. Vampire Killer - 3:40
08. Death Industry - 4:06
09. Libertine Lover - 3:30
10. For Eternity... - 3:53
11. This is War! - 4:44

FORMATION:
Gabriel: Batterie
L'abbé S. M.: Chant
Phil Wei: Guitares
Pjv: Claviers
Vivien: Basse
Yoann M-g: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE INTERVIEW
ROSENKREUZ (25 MARS 2020)
Emboîtant le pas à notre guide, Rosenkreuz, nous nous sommes aventurés dans les bas fonds de la nouvelle Sodome, Dark City. Une interview ténébreuse qui mettre en lumière les aspects les plus thématiques du premier album de ce groupe français.
 
AUTRES CHRONIQUES
ABORTED: La Grande Mascarade (2020)
DEATH METAL - En trois titres, Aborted montre une forme étincelante avec un death teinté de grind porté par une technique flamboyante.
PATRÓN: Patrón (2020)
STONER - Patrón nous invite dans sa DeLorean très customisée pour un voyage musical à travers 50 ans de rock américain.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021