ARTISTE:

XINEMA

(SUÈDE)
TITRE:

BASIC COMMUNICATION

(2006)
LABEL:

UNICORN DIGITAL

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
FM
""
MANU (21.09.2006)  
4/5
(1) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Xinema est un trio qui nous vient du pays qui nous a vraisemblablement fourni le plus de groupes à chroniquer dans ces pages, à savoir la Suède. Entre deux des styles dont les groupes suédois sont passés maîtres, le progressif et l'AOR, Xinema a visiblement eu du mal à choisir. C'est ainsi que sur ce "Basic Communication" deuxième album du groupe, on a affaire une musique qu'aurait pu proposer RPWL s'ils avaient été influencés par Rush, Asia et Styx au lieu du Floyd (oui je sais c'est dur à imaginer). Ces diverses influences étant parfaitement maîtrisées, cela donne un album rafraîchissant, accessible et qui s'avère être une des très bonnes surprises de l'année.

Le groupe marque les esprits dès le début de l'album avec 3 titres de haute volée. En particulier, "Colours" est un morceau d'ouverture entêtant en diable grâce à des couplets incisifs et ses claviers virevoltants. "Talk" est un petit bijou de prog-FM, sur lequel on entend du Simple Minds, du U2, du Marillion (période Holidays in Eden) avant d'aboutir à un final rushien épatant, le tout en à peine plus de 5 minutes.

C'est alors que commence la suite "Speak to the world" divisée en 4 parties, dont 2 sont instrumentales. On retrouve dans "Newton's Cradle" tout ce qui a fait la réussite du début de l'album avec un incontestable côté épique supplémentaire. Le morceau titre, qui constitue le final de la suite, se révèle le tournant de l'album qui prend un tournant nettement plus sombre. Le morceau est particulièrement minimaliste et se termine par un solo de guitare poignant. On pourrait appliquer la même description à l'atmosphérique "Life's the way I knew it" très émouvant qui sépare les deux suites.

"Ghost of a memory" développe un côté plus obscur du groupe, les parties de guitare se durcissent et les morceaux se font un tantinet moins immédiats sans perdre de saveur bien au contraire. Sorte de ballade progressive baignée dans un torrent de claviers, "Dust in your eyes" conclut en beauté ces 50 minutes qui, comme c'est le cas avec les belles réussites semblent bien courtes.

L'interprétation est de très grande qualité, les duels guitares-claviers sont nombreux et savoureux ("Black pigeon") et le chanteur quasiment impeccable (seulement un peu en difficulté dans les rares aigus). La principale imperfection réside dans la construction un peu simpliste des deux suites dont les sous-parties semblent un peu artificiellement reliées mais, lorsque la qualité est au rendez-vous, c'est le genre de défaut que l'on pardonne facilement aux plus grands (je pense à Spock's Beard sur Octane). Nul doute que Xinema, avec un peu de maturité en plus, en fera très vite partie. A découvrir absolument !


Plus d'information sur http://www.xinemaworld.com



GROUPES PROCHES:
SAGA, ASIA, SCAPELAND WISH, LITTLE KING


LISTE DES PISTES:
01. Colours (5:08)
02. Train To Nowhere (4:50)
03. Talk (5:54)
04. Speak To The World Part I - Awakenings (1:57)
05. Speak To The World Part Ii - Newtons Cradle (4:58)
06. Speak To The World Part Iii - At The Hovel Of Eddies (0:51)
07. Speak To The World Part Iv - Basic Communication (4:48)
08. Life The Way I Knew It (3:41)
09. Ghost Of A Memory Part I - Nothing To Fear (4:00)
10. Ghost Of A Memory Part Ii - Grapes Of Wrath (0:43)
11. Ghost Of A Memory Part Iii - The Passage (1:18)
12. Ghost Of A Memory Part Iv - Black Pigeon (5:22)
13. Ghost Of A Memory Part V - Deus Ex Machina (1:26)
14. Dust In Your Eyes (5:40)

FORMATION:
Jonas Thurén: Chant / Batterie
Mikael Askemur: Chant / Guitares / Basse / Claviers
Sven Larsson: Chant / Guitares
   
(1) AVIS DES LECTEURS    
TONYB
21/08/2007
  0 0  
4/5
Complètement d'accord avec Manu : cet album réussit la synthèse improbable du meilleur Simple Minds (les sons de claviers semblent avoir été samplés à partir de Street Fighting Years), du Marillion période Hogarth des débuts, avec juste ce qu'il faut de guitare pour éviter le coup de mou.
De plus, à l'instar de Saga, Xinema réussit à faire du prog sans allonger les morceaux de manière déraisonnable, évitant ainsi l'ennui.
Une bien belle réussite.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (2 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
DARJEELING: L'envers Du Décor (2005)
METAL PROGRESSIF -
RETROHEADS: Introspective (2006)
ROCK PROGRESSIF - Moins direct et facile d'accès que son prédécesseur, "Introspective" n'en est pas moins intéressant et Retroheads reste une valeur sûre du rock progressif.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT XINEMA
XINEMA_Different-Ways
Different Ways (2001)
3/5
-/5
UNICORN DIGITAL / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021