ARTISTE:

TRIVIUM

(ETATS UNIS)
TITRE:

THE SIN AND THE SENTENCE

(2017)
LABEL:

ROADRUNNER RECORDS

GENRE:

THRASH

TAGS:
Chant aigu, Chant screamo, Technique
"Trivium poursuit sa route sur ce "The Sin And The Sentence" en proposant un metalcore mélodique efficace et savamment construit."
DARIALYS (06.11.2017)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

On ne présente plus Trivium, acteur majeur de la scène thrash/metalcore mélodique depuis près de 20 ans, qui sort ce mois-ci son huitième album, ‘The Sin And The Sentence’. En parlant de sentence, quelle sera celle rendue par les fans, habitués de longue date à une certaine recette et à un style bien définis ?

Pour continuer de plaire à son public, Trivium déroule son savoir-faire et ses ingrédients habituels : un son parfaitement calibré et incisif, des refrains à plusieurs voix particulièrement accrocheurs (comme ceux de ‘Beyond Oblivion’ ou de ‘The Revanchist’, véritables temps forts du CD), une alternance de riffs rapides et destructeurs et une batterie déchaînée, garantissant un résultat toujours aussi efficace.

Pour un groupe de metalcore somme toute assez mainstream, reconnaissons-le, l’album, bien que relativement accessible, reste assez recherché musicalement. Le dosage chant clair/chant guttural est optimal et les guitares passent aisément d’un registre heavy à un style plus mélodique en un clin d’œil et sans le moindre accroc qui rappelleront notamment Avenged Sevenfold (sur le refrain de ’Other Worlds’ notamment et l’intro de ‘The Heart From Your Hate’ fidèle à celle de ‘Hail To The King’). La technicité des musiciens, à la fois évidente et impressionnante, n’est quant à elle pas en reste. Saluons notamment le gros travail d’Axel Bent, tout nouveau derrière les fûts, pour sa précision, sa dextérité et sa justesse dans l’interprétation des morceaux.

Malgré ces aspects intéressants, le côté radio-friendly s’avère parfois quelque peu dérangeant lorsque les mélodies (du chant notamment) prennent un côté mielleux. Les paroles tantôt poussives n’arrangent pas vraiment le tableau avec quelques lourdeurs trop entendues, à l’image des passages "You can’t help me, because you don’t understand me" sur le titre éponyme, et "Maybe you were right, maybe I was wrong" sur ‘The Heart From Your Hate’, donnant un arrière-goût un peu mièvre.

Il faudra attendre le cœur du disque où l’ambiance se raffermit un peu plus sur les titres ‘Betrayer’, ‘Sever The Hand’, et surtout ‘The Wretchedness Inside’, et où le scream prend plus de place qu’à l’accoutumée au détriment du chant clair, pour surfer sur des sonorités metalcore plus crues qui raviront les fans de la première heure.

Roadrunner Records ne s’était donc pas trompé en faisant signer Trivium qui propose à nouveau une valeur sûre avec ce dernier opus bien ficelé et finement équilibré, idéal pour faire découvrir le metalcore mélodique aux non-initiés de par sa facilité d’accès. Un avantage qui pourrait également être un inconvénient : l’album ne nécessitant que peu d’écoutes pour être apprivoisé et apprécié dans sa globalité, il pourrait être assez rapidement oublié. Il n'en reste pas moins diaboliquement efficace et son exécution s'avère parfaite malgré la haute technicité de la musique.



Plus d'information sur https://www.facebook.com/trivium





LISTE DES PISTES:
01. The Sin And The Sentence
02. Beyond Oblivion
03. Other Worlds
04. The Heart From Your Hate
05. Betrayer
06. The Wretchedness Inside
07. Endless Night
08. Sever The Hand
09. Beauty In The Sorrow
10. The Revanchist
11. Thrown Into The Fire

FORMATION:
Alex Bent: Batterie
Corey Beaulieu: Chant / Guitares
Matt Heafy: Chant / Guitares
Paolo Gregoletto: Basse
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
TRIVIUM: Les détails sur 'In The Court Of The Dragon'
 
AUTRES CHRONIQUES
NOTHING BUT THIEVES: Broken Machine (2017)
POP - Le phénomène du rock alternatif britannique prend quelques risques sur ce deuxième album. Au final, quelques joyaux côtoient des titres un peu moins convaincants.
FABULAE DRAMATIS: Solar Time’s Fables (2017)
AUTRES - Inclassable, déroutant et iconoclaste, "Solar Time’s Fables" de Fabulae Dramatis est promis au titre d’objet musical le moins identifiable de l’année.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT TRIVIUM
TRIVIUM_In-The-Court-Of-The-Dragon
In The Court Of The Dragon (2021)
4/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / THRASH
TRIVIUM_What-The-Dead-Men-Say
What The Dead Men Say (2020)
4/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / THRASH
TRIVIUM_Vengeance-Falls
Vengeance Falls (2013)
3/5
-/5
ROADRUNNER RECORDS / THRASH
TRIVIUM_In-Waves
In Waves (2011)
4/5
4/5
ROADRUNNER RECORDS / METALCORE
TRIVIUM_Shogun
Shogun (2008)
2/5
3/5
ROADRUNNER RECORDS / THRASH
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021