ARTISTE:

MANGALA VALLIS

(ITALIE)
TITRE:

LYCANTHROPE

(2005)
LABEL:

MUSEA

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Old School, Théatral
"Un album bien construit et plutôt riche musicalement, malheureusement très abîmé par la prestation d'un chanteur trop expressif."
ABADDON (07.07.2006)  
3/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Qui connaît la qualité du prog italien nepeut qu’être impatient de découvrir ce “Lycanthrope” de Mangala Vallis.

Est-ce à cause du (ou grâce au) mellotron omniprésent (ne cherchez pas de son “chords” de synthé, il n’y en a pas ! ), l’ambiance est très 70's ("Foxtrot" par exemple, mais aussi "Isola di Niente" de PFM ... ou "Vacuum", de The Watch !), l’énergie de la section rythmique en plus.

Disons d’emblée que le travail de composition est excellent tout au long de ce “Lycanthrope”: varié, mélodique, inspiré, avec assez de ruptures pour surprendre (agréablement) l’auditeur.

L’album commence par une courte intro avant le premier vrai morceau, 'Cosmotraffic Jam', bien pêchu, et qui réunit tous les ingrédients du néo-prog bien assimilé : variations de rythme, numéros de clavier et de guitare, break final pour terminer calmement au piano solo, de la belle ouvrage.
La plage suivante, 'Call me alias', est remarquablement orchestrée (mellotron + guitare sèche + flûte + solo floydien), exprimant à fond l’émotion à fleur de peau de la partition vocale. Pour suivre, dans un bel esprit de diversité, 'Lycanthroparty', titre court au rythme fort sympathique et à la mélodie tenace, avec un joli enchaînement avec la piste suivante, au rythme plus lent et ample : belle leçon d’efficacité !

'The Boy that Howls at the Moon' regroupe à peu près tous les ingrédients qu’on peut trouver dans un bon gros morceau (plus de 13 minutes) de musique progressive : des développements bien variés autour d’un thème commun, avec changement de rythme, des solos bien trempés, un bon final ample bouclant l’ensemble. 'The Mask' est lui construit sur un rythmique plus heurtée et une mélodie moins évidente, ce qui en fait un titre d’abord moins facile, mais également intéressant.
L’album se clôt par 'The Transparent and the Obscure', un peu long mais avec un joli solo de guitare quasi bluesy.

A ce moment de lecture, le lecteur doit s’interroger sur la notation placée en haut de l’article : comment un album aussi prenant peut-il ne récolter qu’une note honorable ? Et là, il faut parler du cas du chanteur Bernardo Lanzetti. Le moins qu’on puisse dire, en ces temps de consensus mou et de chanteurs au profil formaté (je parle de variété, pas du prog !), c’est que celui-là ne laissera personne indifférent : avec sa manière bien à lui d’user et d’abuser d’un trémolo marqué et d’expressions outrées (c’est le seul chanteur qu’on entend grimacer à l’écoute ! ), il appelle forcément deux types de réactions diamétralement opposées: certains crieront au génie, d’autres pourront prétendre qu’il plombe sérieusement l’album. Pour moi, l’album perd deux points avec lui ...


Plus d'information sur https://www.facebook.com/mangala-vallis-81848018394/



GROUPES PROCHES:
MAGENTA, PREMIATA FORNERIA MARCONI, LANDMARQ, GENESIS, MOONGARDEN, KANSAS, CLEPSYDRA, TOTO

LISTE DES PISTES:
01. Echo Absolute - 1:45
02. Cosmotraffic Jam - 9:48
03. Call Me Alias - 7:14
04. Lycanthroparty - 5:14
05. Hum / Animal Song - 2:50
06. The Boy That Howls At The Moon - 13:31
07. The Mask - 11:42
08. The Transparent And The Obscure - 9:57

FORMATION:
Bernardo Lanzetti: Chant
Enzo Cattini: Claviers
Gigi Cavalli Cocchi: Chant / Batterie
Mirco Consolini: Guitares
Riccardo Scavetti: Basse
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
BENOÎT
21/08/2007
525
  0 0  
3/5
Je rejoins totalement la chronique de MW (pourquoi intervenir alors ?). Musicalement Mangala Vallis a franchi un pas énorme de puis son premier album. Là où celui-ci se révélait assez classique avec des compositions bien jouées mais somme toute assez banales, celui-ci atteint clairment les sommets du prog italien.

Mais la voix de Bernardo Lanzetti apporte effectivement un malaise qui plombe la note que l'on pourrait attribuer à l'album. Un peu de trémolos, c'est bien, trop c'est ...

KEITH_WAKEMAN
21/08/2007
  0 0  
3/5
7+
Dès la première note, le ton est donné : du "Genesis" période "Foxtrot" avec plein de mélotrons et une voix ( celle de Bernardo Lanzetti de PFM ) assez proche de celle du grand Peter ( ... non pas Hackett ... Peter Gabriel bien sûr... j'ai dis grand !!! ). Guère de surprise, si l'on connaît l'album précédent. Aucun titre faible, mais pas vraiment de titre fort. Je reste cependant béat d'admiration à écoute de "Call me Alias" tant l'émotion est grande ... j'adopte !!!

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3.8/5 (4 avis)
STAFF:
3/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
MANGALA VALLIS: premier extrait de 'Voices'
 
AUTRES CHRONIQUES
DEREK SHERINIAN: Blood Of The Snake (2006)
METAL PROGRESSIF -
FATAL FORCE: Fatal Force (2006)
METAL MELODIQUE -
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT MANGALA VALLIS
MANGALA-VALLIS_Voices
Voices (2020)
3/5
4/5
MA.RA.CASH RECORDS / A.O.R.
MANGALA-VALLIS_Microsolco
Microsolco (2012)
4/5
4.3/5
MARACASH / ROCK PROGRESSIF
MANGALA-VALLIS_The-Book-Of-Dreams
The Book Of Dreams (2002)
4/5
4.7/5
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021