ARTISTE:

PLEASUREAGONY

(ALLEMAGNE)
TITRE:

PLEASUREAGONY

(2017)
LABEL:

FASTBALL

GENRE:

THRASH

TAGS:
Chant éraillé, Groovy
"Avec son premier album éponyme, Pleasureagony montre de la bonne volonté mais n'arrive pas à éviter les longueurs en partant trop souvent dans tout les sens."
NOISE (26.10.2017)  
2/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Originaire de Stuttgart, Pleasureagony a vu le jour en 2011 et nous propose un premier disque éponyme. Il évolue dans l’air du temps en balançant un thrash moderne teinté de hardcore qui emprunte autant chez Biohazard que chez Pantera. Pas avare de musique, le groupe propose un disque de longue durée de 13 titres pour plus de 70 minutes.

Si cela est généreux, c’est aussi risqué car nombreux sont les groupes qui se sont plantés à trop vouloir en faire. Et Pleasureagony plonge les deux pieds dans ce piège. Son disque est trop long et manque de cohérence en dépit de bonnes idées. De plus il souffre d’un problème de puissance, tant au niveau du son qu’au niveau du chant de Valentin, assez souvent mal maîtrisé.

Cela donne un disque bancal et difficile à écouter d’une traite.  On sent de bonnes idées et une bonne volonté annihilées soit par un chant médiocre soit par des passages hors de propos. Le résultat n’est pas catastrophique en soi, mais peu de titres sont bons d’un bout à l’autre. ‘Aged To Perfection’ commençait bien l’album en mélangeant thrash et hardcore avec un côté gras sludge intéressant.  Il faut attendre la seconde partie de l’album pour relancer la machine avec ‘Desaster, un bon titre de heavy thrash avec des soli rapides et maîtrisés, tandis que ‘Let If Flow’ convainc avec de nouveau ce côté bien gras et un bon refrain.

A côté, il y a souvent une gêne. ‘Face The Mask’, ‘(The Living) Envy The Dead’, ‘Never-Ending’ et ‘Did Him A Favour’ sont handicapés par un chant clair manquant de justesse et par des passages lents hors de propos là où on attendait quelque chose de plus pêchu. Pleasureagony rate aussi ses titres lents, l’émotion cédant surtout la place à l’ennui. ‘Prelude’ est très long, manque de force et est  mal situé en plein centre d’album. Il en va de même en fin de disque pour ‘When All Is Tried’ qui manque cruellement de maîtrise.

Le bilan est donc assez moyen, Pleasureagony a des idées et de la bonne volonté mais part dans trop de directions et se perd souvent en route. De fait, il a pas mal de travail devant lui et il lui faudra surtout régler rapidement les petites défaillances vocales s’il veut se construire une carrière.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/plagony/



GROUPES PROCHES:
DOWN, PANTERA, HATEBREED, CROWBAR


LISTE DES PISTES:
01. Aged To Perfection
02. Face The Mask
03. Nerves Like Strings
04. Clash With Truth And Lies
05. (the Living) Envy The Dead
06. Prelude
07. Desaster
08. Nerver-ending
09. It's In My Nature (but I Don't Give A...)
10. Walk Beside Me
11. Let It Flow
12. When All Is Tried
13. Did Him A Favor

FORMATION:
Andy.:
Dennis.:
Ramiro: Guitares
Thommy: Batterie
Valentin.:
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
2/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
QUIET RIOT: Road Rage (2017)
HARD ROCK - Quiet Riot nous revient avec un "Road Rage" bloqué dans le temps, qui ne brille ni par son originalité, ni par son dynamisme.
FACE DOWN: Soylent Green (2017)
THRASH - Face Down confirme un talent certain pour un metal sudiste plein de groove et de feeling.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021