EAGLES OF DEATH METAL

(ETATS UNIS)

PEACE LOVE DEATH METAL

(2004)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK

TAGS:
Groovy
"Premier jet des Américains, "Peace Love Death Metal" est un album à la fois anachronique et intemporel, dont l'identité ancrée dans le sol américain ne le rend pas moins universel."
CHILDERIC THOR (28.11.2016)  
3/5
(0) Avis (0) commentaire(s)
Il y a une éternité, il était cool d'écouter les Eagles Of Death Metal, une époque où les bobos aimaient s'encanailler au son de ce garage rock qui sent bon le sable chaud du désert américain. Mais ça, c'était avant, quand Jesse Hughes, leur patron, n'était pas encore persona non grata depuis qu'il a osé tenir des propos controversés après la barbarie du 13 novembre 2015 dans l'enceinte du Bataclan qui accueillait alors le groupe.

Qu'on adhère ou pas à ses opinions, reconnaissons que le moustachu a au moins le mérite de trancher au milieu de cette meute d'artistes aseptisés et inodores que les médias, installés bien au chaud, nous servent jusqu'à l'indigestion. L'homme renoue en cela avec les bad boys qui ont fait le rock, le vrai, avec un grand R, celui qui coule dans les veines de "Peace Love Death Metal", première cartouche gravée en 2003 et publié en mars 2004, que beaucoup attendent alors, attirés par la présence excitante de Josh Homme aux côtés de celui qui est un ami d'enfance, collaboration scellée par les "Desert Sessions III & IV" où figurait le titre 'The Gosso King Of Crater Lake'.

Toutefois ceux qui espéraient une sorte de Queens Of The Stone Age bis en seront bien entendu pour leurs frais, la musique vidangée par Eagles Of Death Metal ne nouant au final que très peu de liens avec celles de son aîné. Tout au plus partagent-ils ce même feeling désertique et crasseux, cette ambiance de rades enfumés perdus dans l'Amérique profonde (ce n'est pas péjoratif) ainsi que ce parfum d'interdit aux relents des substances illicites.

A la place du stoner rock orgasmique de QOTSA se déhanche une espèce de croisement fiévreux entre un rock poissé de cambouis et un bluegrass ivre de Jack Daniels. L'opus dégaine tranquillement quinze titres dont la plupart ne franchissent même pas la barre des trois minutes. Si les invités sont nombreux, citons le bassiste Nick Oliveri sur 'Already Died' et 'San Berdoo Sunburn' ou bien encore Alain Johannes et son piano bastringue sur 'English Girl', ces chansons n'en demeurent pas moins extrêmement dépouillées, réduites à leur plus simple expression, celle d'un rock presque primitif dans son accroche où guitares et percussions se taillent la part du lion.

Ce qui n'empêche pas Jesse Hughes de diversifier, de moduler ses lignes vocales, tour à tour roucoulant comme Elvis ou usant d'un registre plus appuyé sinon plus metal. Sans prétention et décomplexé, émaillé de nombreuses pépites, telles que 'Miss Alissa', 'I Only Want You' ou le désormais tristement célèbre 'Kiss The Devil', pendant l'interprétation duquel les terroristes ont choisi d'ouvrir le feu dans la salle de concert parisienne, l'album défile très vite, à la fois anachronique et intemporel et dont l'identité ancrée dans le sol américain ne le rend pas moins universel.
- Site officiel
GROUPES PROCHES:
QUEENS OF THE STONE AGE

LISTE DES PISTES:
01. Only Want You
02. Speakin Gin Tongues
03. So Easy
04. Flames Go Higher
05. Bad Dream Mama
06. English Girl
07. Stacks O' Money
08. Midnight Creeper
09. Stuck In The Middle With You
10. Already Died
11. Kiss The Devil
12. Whorehoppin (shit
13. Damn)
14. San Berdoo Sunburn
15. Wastin' My Time
16. Miss Alissa
17. Miss Sanders
18. Just Nineteen

FORMATION:
Jesse Hughes: Chant / Guitares / Batterie
Josh Homme: Guitares / Basse / Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
-/5 (0 avis)
STAFF:
3/5 (1 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
EAGLES OF DEATH METAL : CD/DVD live enregistré à l'Olympia en août
 
AUTRES CHRONIQUES
NIGHTMARE: Dead Sun (2016)
HEAVY METAL - Nightmare évolue ! Certains s'en réjouiront, d'autres le regretteront mais personne ne pourra remettre en cause le talent du groupe.
LEON ALVARADO: The Future Left Behind (2016)
ROCK PROGRESSIF - "The Future Left Behind" est la bande originale d'une nouvelle de science-fiction portée par des claviers d'un grand classicisme qui pourra plaire aux amateurs du genre.
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT EAGLES OF DEATH METAL
EAGLES-OF-DEATH-METAL_Zipper-Down
Zipper Down (2015)
4/5
-/5
UNIVERSAL / ROCK
EAGLES-OF-DEATH-METAL_HEART-ON
Heart On (2008)
4/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
EAGLES-OF-DEATH-METAL_DEATH-BY-SEXY
Death By Sexy (2006)
3/5
-/5
AUTRE LABEL / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024