ARTISTE:

RUSH

(CANADA)
TITRE:

CARESS OF STEEL

(1975)
LABEL:

MERCURY

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Old School, Technique
"Malgré son échec commercial, "Caress Of Steel" est une œuvre importante dans la carrière de Rush, à la fois dernier album estampillé Hard Rock et amorce du virage épique et progressif qui rendra le groupe célèbre."
CHILDERIC THOR (13.05.2015)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Gravé entre juin et juillet 1975, soit seulement quatre mois à peine après la sortie de "Fly By Night", "Caress Of Steel" est le troisième album du trio canadien dont le but avoué est alors d'accéder à l'étage supérieur en terme de succès. Ironie du sort, cet opus se soldera pourtant par un (relatif) échec commercial, alors qu'il n'en reste pas moins une œuvre importante dans la carrière de Rush puisqu'il fait plus qu'affirmer l'évolution progressive timidement entamée par son prédécesseur.
Jusque là prisonnier d'un schéma resserré dont il n'osait que (trop) rarement s'éloigner, le groupe prend cette fois-ci le risque de s'aventurer hors des sentiers battus pour se lancer dans des périples épiques, préparant ainsi le terrain aux "2112" et autre "Hemispheres", pierres angulaires à venir de ses vertes années.

Corollaire de cette maturité artistique, son identité commence à s'affiner, quand bien même le chant de Geddy Lee ne s'éloigne pas (encore) des canons haut-perchés et appuyés alors en vigueur, donnant toujours l'impression de singer quelque peu Robert Plant, personnalité qui doit autant à ce goût pour les longues pièces que pour les textes d'une grande richesse du batteur Neil Peart, désormais parfaitement intégré.

"Caress Of Steel" se divise en deux parties. La première rassemble trois compositions au format standard mais n'est pas pour autant à négliger, moins pour 'Lakeside Park', bon titre au demeurant, sur lequel plane toujours trop l'ombre du zeppelin, que pour 'Bastille Day', amorce nerveuse qu'illumine le jeu du guitariste Alex Lifeson, et 'I Think I'm Going Bald', plein d'une rythmique toute en rondeur.

La seconde partie réunit les deux morceaux de bravoure de l'écoute. Il s'agit tout d'abord de 'The Necromancer', épopée quasi-instrumentale où les lignes vocales sont reléguées au rang d'utilités au profit d'une partition virtuose à la géographie vallonnée permettant aux trois musiciens de faire feu de tout bois.
Puis du haut de ses presque vingt minutes au garrot, 'The Fountain Of Lamneth' boucle le menu, pulsation qui puise dans "Le Seigneur des Anneaux" sa sève épique, sans museler cette fois-ci l'organe de Geddy Lee, plus émotionnel qu'à l'accoutumée. Là encore, Rush fait montre d'une belle audace technique au service d'une écriture plus aboutie, illustration parfaite de la maîtrise du canevas progressif auquel les Canadiens sont très vite parvenus.

Malgré l'accueil mitigé qui sera réservé à "Caress Of Steel", ses auteurs poursuivront pourtant dans cette voie, plus complexe et personnelle pour accoucher de leur première pièce maîtresse: "2112". 


Plus d'information sur http://www.rush.com





LISTE DES PISTES:
01. Bastille Day
02. I Think I'm Going Bald
03. Lakeside Park
04. The Necromancer
05. The Fountain Of Lamneth

FORMATION:
Alex Lifeson: Guitares
Geddy Lee: Chant / Basse
Neil Peart: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (1 avis)
STAFF:
3.3/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
RUSH : Décès du batteur Neil Peart
DERNIER ARTICLE
W-FILES : LES PRODUCTEURS (1/4) : TERRY BROWN
Dans le cadre des W-Files dédiés aux producteurs, Ping Ping rencontre aujourd'hui LE producteur prog Terry Brown notamment connu pour avoir produit les albums de Rush, Fates Warning, Tiles, Under The Sun...
 
AUTRES CHRONIQUES
THE PRODIGY: The Day Is My Enemy (2015)
ROCK - Un album sérieux, ou le laborieux l'emporte sur la folie et la surprise. Du pur Prodigy.
DECLINE OF THE I: Rebellion (2015)
BLACK METAL - "Rebellion" est une œuvre glauque à ne pas mettre entre toutes les oreilles, une galette dont aucun espoir n'émerge. On est subjugué par le chaos, comme on pouvait l'être à l'écoute de "Cloak of Altering" et son black nauséabond.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RUSH
RUSH_Clockwork-Angels
Clockwork Angels (2012)
4/5
4.4/5
ROADRUNNER RECORDS / ROCK PROGRESSIF
RUSH_Time-Machine-11-Live-In-Cleveland
Time Machine 2011: Live In Cleveland (2011)
4/5
4.3/5
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
RUSH_Snakes--Arrows
Snakes & Arrows (2007)
4/5
3.3/5
ATLANTIC RECORDS / HARD ROCK
RUSH_Replay-x3
Replay x3 (2006)
5/5
4.7/5
ANTHERN / ROCK PROGRESSIF
RUSH_Feedback
Feedback (2004)
4/5
4/5
ATLANTIC RECORDS / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022