ARTISTE:

KILLING JOKE

(ROYAUME UNI)
TITRE:

KILLING JOKE

(1980)
LABEL:

AUTRE LABEL

GENRE:

ROCK

TAGS:
80's, Chant éraillé, Chant grave, Chant screamo, Dissonant, Guitar-Hero, Mélancolique, Punk
"Premier album et première éruption d´un groupe prêt à en découdre avec le monde de la musique."
ADRIANSTORK (12.05.2015)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

1980, le punk bat déjà de l´aile. Par un réflexe de survie, une nébuleuse de groupes s'est détournée des grands-frères ​The Clash ​ou ​Sex Pistols​ en arpentant de nouvelles directions artistiques. Afin d'apporter un peu de sang neuf, les groupes oeuvrent en faveur d'un punk froid, gothique, marqué par l´usage des synthétiseurs et des boites à rythme et des thèmes plus proches de la dépression que d´un esprit anarchiste. Sous l´étiquette post-punk, puis cold wave, le mouvement sera finalement englouti sous un nouveau terme chaotique, celui de New Wave où Bauhaus côtoie Duran Duran ou Adam and The Ants...

Pourtant l´un  de ces groupes, ​Killing Joke​, va très rapidement se démarquer de ses contemporains. Jaz Coleman (chant, synthétiseurs) et Paul Ferguson (batterie, choeurs) ont rencontré Geordie Walker (guitare) et Martin ´´Youth´´ Glover (basse) par le biais d´une étrange petite annonce qu stipulait : "Vous souhaitez faire partie de la blague qui tue? Publicité totale - Anonymat total - Exploitation totale". Après un premier maxi LP "Turned to Red", le groupe sort enfin un album anonyme et exploité : à l´exception du titre en forme de camouflet, aucun crédit.

Dès son premier album, ​Killing Joke ​semble avoir déjà trouvé un son particulier qu'il n'abandonnera guère. Les compositions minimalistes et répétitives ont moins de point commun à faire valoir avec les terrains de jeux de Johnny Rotten qu'avec des séances de rituels occultes. La guitare sale de Geordie Walker tourne en boucle comme un oiseau de proie autour des oreilles de son auditeur ('Requiem' 'The Wait', ou le gothique 'S.o. 36'), les claviers graisseux sonnent tantôt une révolte grondante ('Requiem', 'Tomorrow's World'), tantôt sont truculents (sur 'Bloodsport', instrumental qui sonne comme une version déglinguée de Kraftwerk, on imagine aisément des vaisseaux spatiaux tirer des lasers), la basse de Youth est vrombissante, toujours prête à ouvrir un gouffre ('Primitive', 'Tomorrow's World), Paul Ferguson use de sa batterie comme un maître de cérémonie métronomique ('The Wait', 'Primitive').

Mais cet ensemble déjà glaçant ne pouvait entrer dans la légende sans la voix de Jaz Coleman. Du haut de ses vingt ans, le chanteur est le vrai maître d'oeuvre de cette étrange expérience sonore. Caverneuse, profonde, parfois suppliante, sa voix se fait l'écho de désastres imminents dans une optique alarmiste proche du punk. Les paroles nous dévoilent un monde égoïste et autophage ('Requiem', premier hymne du groupe, pourrait évoquer l'Angleterre de Thatcher. Sur l'industriel avant l'heure 'The Wait', une imagerie macabre évoque une vision sans concession du fameux 'London Calling', apparaissant bien ridicule en comparaison), une société qui s'appuie sur des stratégies perverses (sur 'Wardance', la voix déformée de Jaz Coleman nous fait part de constats alarmistes quant à l'industrie musicale produisant une parodie de musique en pure perte. Ironiquement, la chanson entrera dans le Billboard Américain dans la catégorie dance music) mais également des solutions : une nécessité d'en finir enfin avec les mensonges de nos élites ('Complications', ou l'hymne antimilitariste 'Tomorrow's World').

​Killing Joke ​fait des débuts fracassants sur la scène rock en prenant d´emblée le taureau par les cornes et en choisissant d'affronter son destin. Ce premier album éponyme constitue la parfaite porte d´entrée d´un groupe qui mûrira au fil d'une discographie solide. Certes on pourrait accuser le groupe d'utiliser toujours la même formule, comme de chanter en guise de refrain, le titre de la chanson, mais force est de constater le pouvoir de destruction de la blague qui tue.



Plus d'information sur http://www.killingjoke.com





LISTE DES PISTES:
01. Requiem
02. Wardance
03. Tommorow's World
04. Bloodsport
05. The Wait
06. Complications
07. S.o.m6
08. Primitine

FORMATION:
Jaz Coleman: Chant / Claviers
Kevin 'geordie' Walker: Guitares
Martin 'youth' Glover: Basse
Paul Ferguson: Chant / Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (3 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
KILLING JOKE et TURBOWOLF en concert à Paris le 27 octobre prochain
DERNIER ARTICLE
DOSSIER KILLING JOKE (2ème partie)
Killing Joke va fêter les 40 années de la sortie de son premier album, l'occasion est trop belle de revenir sur ce groupe aussi mystérieux que méconnu.
 
AUTRES CHRONIQUES
ARENA: The Unquiet Sky (2015)
ROCK PROGRESSIF - Après le décevant "The Seventh Degrees of Separation", Arena est de retour à ses basiques, évoluant entre l'inspiration mélodique de "Contagion" et la puissance d'"Immortal?".
CINIS: Subterranean Antiquity (2015)
DEATH METAL - "Subterranean Antiquity" est une rondelle éprouvante, brûlante, un manifeste pour tueur en série musical, qui se situe à mi-chemin entre Suffocation et Malevolent Creation.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT KILLING JOKE
KILLING-JOKE_MMXII
Mmxii (2012)
4/5
4.7/5
SPINEFARM RECORDS / METAL INDUSTRIEL
KILLING-JOKE_Revelations
Revelations (1982)
4/5
4/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
KILLING-JOKE_What-s-THIS-for--
What's This For...! (1981)
3/5
2.3/5
AUTRE LABEL / POST ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021