ARTISTE:

ERIC BAULE

(ESPAGNE)
TITRE:

REVELATIONS ADRIFT

(2015)
LABEL:

AUTOPRODUCTION

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Concept-album, Neo
"Il nous semble nécessaire de vous ouvrir les yeux sur un groupe au talent indéniable qui peut faire très mal dans les années à venir. Proche des 5 étoiles si la production avait suivi."
PETE_T (02.06.2015)  
4/5
(2) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Eric Baulenas a mis près de quatre ans pour confectionner, petit à petit, un premier album nommé "Revelations Adrift "dans lequel trois autres musiciens ont pris part dans une formation classique guitare-voix/basse/batterie/claviers. Dire que l’accouchement est à la hauteur de la gestation n’est pas peu dire.

En effet, il s'agit d’un fort bel album aux allures de concept (pas de coupure dans l’enchaînement des titres) touchant du doigt le néo-progressif (les nappes de claviers, les sons typiques utilisés) ou le blues (le break de ‘Redemption’) tout en restant proche du rock mélodique (le final ‘Spring Disease’).

Les nombreux soli de six-cordes émaillent le disque, tantôt courts et emplis de technicité mais aussi en longueur comme Pink Floyd ou Porcupine Tree savent en délivrer. Les breaks sont légion au sein des compositions, trouvant refuge auprès de guitares proches de Marillion ou Harvest. Il y a donc du Franck Carducci dans "Revelations Adrift" ('Far From Here', ‘Flying High’ et leurs cassures), une folie maîtrisée qui fait que le disque devient petit à petit plus complet, plus fourni au fil des écoutes et rapidement nécessaire.

Largement basé sur des mid-tempi, les titres profitent de la voix monocorde et chaleureuse d’Eric soutenue par des chœurs. L’épique ‘Release From Duality’ condense toute la palette musicale de la formation : basse ronflante, clavier soliste et/ou accompagnant, changements d’atmosphères, guitares héroïques, lourdes ou captivantes, voix d’une multiformité impressionnante.

Manquant toutefois de profondeur, la production pêche un peu  sur la bande passante élevée, laissant un rendu concentré sur les médiums et les graves, délaissant un tant soit peu les hautes fréquences.

Avec un premier album de cet acabit, Eric Baule marche sur les traces de Franck Carducci quitte à en devenir le pendant espagnol. Harvest ne s’y est pas trompé puisqu’il va avoir la chance de partager une scène avec ces deux groupes en 2015. Il nous semble donc nécessaire de vous ouvrir les yeux sur un groupe (un homme ?) au talent indéniable qui, avec une production au niveau, peut faire très mal dans les années à venir.



Plus d'information sur https://www.facebook.com/ebaule



GROUPES PROCHES:
PINK FLOYD, HARVEST, DAVE KERZNER, PORCUPINE TREE, SHADOWLAND, FRANCK CARDUCCI

LISTE DES PISTES:
01. Tidal Wave - 01:41
02. Redemption - 08:40
03. Back To Nature - 06:34
04. Flying High - 08:31
05. Circle Od Dead Eyes - 08:10
06. Touching The Earth - 04:15
07. Release From Duality - 11:27
08. Undertow - 01:52
09. Far From Here - 09:50
10. Spring Disease - 08:17

FORMATION:
Dani Soto: Basse
Eric Baulenas: Chant / Guitares
Eric Rovira: Batterie / Choeurs
Isam Alegre: Claviers / Choeurs
   
(2) AVIS DES LECTEURS    
TONYB
13/05/2015
  0 0  
4/5
A la lecture de la chronique, j'avoue ne pas bien entendre la filiation avec Frank Carducci : on est en effet plus proche du métal mélodique par le biais d'un néo musclé, que des tendances genesiennes de l'homme au chapeau.
Néanmoins, on trouve ici un excellent album, truffé de mélodies à tomber aux rebondissements réjouissants, et de soli de guitare à la fois techniques et passionnants.
Une excellente découverte, capable de rassembler sous une même bannière les adeptes de rock, de prog et de métal.

TORPEDO
13/05/2015
  0 0  
4/5
Une véritable (bonne) surprise que ce Revelations Adrift ! Eric Baule n'invente certes rien mais il réalise un album parfaitement équilibré qui plaira à coup sur aux amateurs de rock progressif "mainstream".
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
3/5 (1 avis)
STAFF:
4/5 (3 avis)
MA NOTE :
 
 
AUTRES CHRONIQUES
BERTRAND LOREAU: From Past To Past (2015)
ROCK PROGRESSIF - Quand Bertrand Loreau se met dans la peau des grands noms de la Berlin School, le résultat est tout simplement incontournable.
LID: In The Mushroom (1997)
STONER - Unique témoignage de cette éphémère association, "In The Mushroom" est un bon disque au demeurant, entaché d’un goût de rendez-vous manqué, à prendre pour ce qu’il est – un album de Eric Wagner – et non pour ce que l’on aurait aimé qu’il soit : la rencontre entre Trouble et Anathema.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021